Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : UNADIF MEDIAS
  • UNADIF MEDIAS
  • : Pour être informé de l'actualité UNADIF-FNDIR, de l'actualité des ADIF départementales. Pour être informé de l'actualité mémorielle, évènements, cérémonies, expositions, conférences, livres, films, pages d'Histoire ...
  • Contact

  

 

 

 

a2

 

  sur le BLOG MEDIAS

de l'Union Nationale

des Associations de Déportés,

Internés et Familles de Disparus

logo unadifndir grd taille 

et de la Fédération Nationale

des Déportés et Internés

de la Résistance

  

UNADIF - FNDIR

 Triangle rouge

compteur

 

 

__

 

Ici Londres ! Les français parlent aux français !

 

__

 

 

UNADIF est aussi sur

logo-facebook-circulaire.png

Derniers Articles Publies

  • Libération de Nancy et de Pont-à-Mousson
    L'INFO n° 1 139 UNADIF-FNDIR de la Meurthe-et-Moselle UNADIF-FNDIR 54 Samedi 16 septembre a eu lieu la commémoration du 73ème anniversaire de la libération de NANCY à la Petite-Malpierre sur le territoire de la commune de CHAMPIGNEULLES orchestrée par...
  • Concours de la Résistance et de la Déportation : une flamme qui ne doit pas s’éteindre
    L'INFO n° 1 138 UNADIF-FNDIR de la Meuse UNADIF-FNDIR 55 Concours de la Résistance et de la Déportation : une flamme qui ne doit pas s’éteindre Et qui ne s’éteindra pas, pour paraphraser le Général de Gaulle. Grâce au concours national de la résistance...
  • 73ème anniversaire de la Libération
    L'INFO n° 1 137 ADIF-FNDIR de l'Oise UNADIF-FNDIR 60 COMPIEGNE Vendredi 1er septembre 2017 Un hommage appuyé a été rendu aux Résistants FFI et FFL et aux Armées alliées, un étudiant-ingénieur de l'Université de Technologie de Compiègne a rédigé un magnifique...
  • Journée Tous Unis pour la Cité
    L'INFO n° 1 136 ADIF-FNDIR de l'Oise UNADIF-FNDIR 60 COMPIEGNE La 5ème édition de la journée TUC : Tous Unis pour la Cité aura lieu demain Mercredi 6 Septembre 2017 à Compiègne. Une journée sous le signe de l'engagement social et citoyen pour lycéens...
  • Cérémonie du Souvenir
    L'INFO n° 1 135 ADIF-FNDIR de l'Oise UNADIF-FNDIR 60 Forêt de Compiègne, La Faisanderie Samedi 26 août 20I7 Un immense merci à toutes les personnes présentes ayant répondu à l'invitation de notre association UNADIF-FNDIR de l'Oise ADIF de l'OISE et des...
  • Stèle du Dernier Train
    L'INFO n° 1 134 ADIF-FNDIR de l'Oise UNADIF-FNDIR 60 COMPIEGNE Dimanche 20 août 2017 Belle et émouvante cérémonie, où une nombreuse assistance était présente. Chaque année, les familles de Déportés de ce convoi, venues de toutes les régions de France,...
  • Germaine Latasse, Déportée-Résistante, fête ses 105 ans
    L'INFO n° 1 133 " Avant de débuter la trêve estivale pour les publications sur notre blog UNADIF MEDIAS , sur notre site www.unadif.fr et notre page facebook UNADIF , terminons par cet article consacré à la doyenne de nos associations. L'ensemble des...
  • ROUTE LECLERC 20I7
    L'INFO n° 1 132 L'association VIVE LA RESISTANCE présidée par notre ami Christophe Bayard nous informe du programme de la ROUTE LECLERC 20I7 « ROUTE LECLERC » 73ème anniversaire de la Libération du I0 au I9 août 20I7 L’association Vive la Résistance,...
  • Rosine Deréan, Déportée-Résistante
    L'INFO n° 1 131 ADIF-FNDIR de l'Indre-et-Loire UNADIF-FNDIR 37 Rosine Deréan fut une véritable star du cinéma des années 30. Déportée à Ravensbrück pour son engagement dans la Résistance, elle s’est retirée à Genillé. C'est un nom qui semble s'effacer...
  • Conseil représentatif des Déportés et Internés de la Résistance
    L'INFO n° 1 130 UNADIF - FNDIR Grenoble, samedi 1er juillet 2017. Conseil représentatif des Déportés et Internés de la Résistance Lors de l'Assemblée générale de nos associations, durant nos Congrès nationaux 2017, le Conseil d'administration de la FNDIR...

S'abonner à notre revue

- Vous souhaitez vous abonner à notre revue trimestrielle "Le Déporté pour la Liberté"

- Vous souhaitez acquérir nos livres, notre CD ou autre

Liste et bon de commande

http://www.unadif.fr/histoire-et-temoignages/les-publications

Commander nos ouvrages

22 avril 2016 5 22 /04 /avril /2016 04:30

L'INFO n° 966

 

 

ADIF-FNDIR de l'Aisne (02)

 

 

Hommage aux Frères Desjardin, résistants de l'Aisne, fusillés ensemble par l'occupant pour que la France vive !

Hommage aux frères Desjardin

 

ETREILLERS Il y a 72 ans, les Allemands fusillaient les frères Desjardin

 

 

Lucien et Edmond Desjardin étaient à l’origine du détachement de résistance local baptisé « La Corse » du mouvement des Francs tireurs partisans de l’Aisne

(http://archives.aisne.fr/expositions/salle-dans-la-clandestinite-actions-de-resistance-15/n:104)

 

 

Chaque année, la commémoration de l’exécution de 27 résistants au champ de tir de la Sentinelle de Saint-Quentin, le 8 avril 1944, prend un sens particulier pour les communes d’Étreillers et Busigny, toutes deux pourvues d’une rue baptisée aux noms des frères Lucien et Edmond Desjardin.
De souche étreilloise, où elle tenait un café jusqu’au milieu des années 1920 dans la rue de la Fausse porte (aujourd’hui rue Louis-Flamant), la famille Desjardin s’est installée par la suite à Busigny, bien que certains membres de la famille soient restés dans le village jusqu’à un passé très récent.

 

 

Ils ont mené la vie dure aux nazis

 

Lucien Desjardin, né en 1920, et son frère Edmond, en 1922, n’ont quitté le secteur que lors de l’exode de 1940. N’acceptant pas l’occupation et le joug allemand, les frères Desjardin ont été à l’origine de l’organisation du détachement de résistance local baptisé La Corse du mouvement des Francs tireurs partisans (FTP) de l’Aisne.

Lucien Desjardin a pris la tête d’un groupe comprenant en majorité des agents SNCF. Après avoir peaufiné son organisation, le groupe a agi dès l’été 1943. Sabotages de voies ferrées, d’installations ferroviaires et de locomotives, les résistants locaux ont multiplié les actions avec également à leur actif le transport d’armes et la réception de parachutage.

 

 

Ils n’ont jamais parlé

 

Très mobiles et efficaces, les résistants locaux ont mené des actions dans le nord de l’Aisne et le sud du Nord, notamment à Busigny, Bohain, Hirson, Fresnoy et Caudry. Pendant huit mois, les frères Desjardin et leur réseau ont mené la vie dure aux Allemands.

Suite aux nombreuses arrestations de membres du réseau Musician Tell du commandant Guy Bieler dans le secteur de Saint-Quentin, et probablement grâce à des aveux obtenus sous la torture, la Gestapo monte une opération à Busigny le 4 février 1944. Les frères Desjardin sont arrêtés avec Edmond Degond. Le lendemain, c’est au tour de Pierre Galiègue d’être emmené. C’en est fini du réseau du groupe FTP, il est démantelé. Malgré des interrogatoires musclés menés par les nazis, les frères Desjardin ne parleront jamais. Après un simulacre de procès, le 6 avril 1944, Lucien et Edmond ont été condamnés à mort, à respectivement 23 et 21 ans, avec 25 autres prisonniers.

 

 

 

Lettres d’adieu

 

Deux heures avant de mourir pour la France à la Sentinelle, route Cambrai, les frères Desjardin, âgés respectivement de 23 et 21 ans, ont chacun écrit une lettre posthume à leur mère chérie, leur papa étant décédé.

 

Lettre d’adieu de Lucien Desjardin. Prison de Saint-Quentin, le 8 avril 1944.

 

« Chère mère, c’est donc la dernière fois que je t’écris. Tu peux voir par mon écriture que je ne tremble pas ! Je n’ai pas peur de la mort, car je suis chrétien et je saurai mourir en bon chrétien ! Dans deux heures, nous serons exécutés et je n’aurai pas eu le plaisir de te revoir et de t’embrasser. Mes dernières pensées seront pour toi, qui vas tant pleurer par notre faute ! Mais je veux que tu vives pour prier pour nous ! Avec l’argent qui se trouve dans mon porte-monnaie, tu feras dire une messe pour papa et pour nous. Je crois que Pâques, c’est dimanche. Donc, demain, nous allons arriver au ciel pour retrouver papa pour un beau jour de fête. Je crois que nous allons voir un aumônier allemand avant de partir. Sois forte et courageuse. Embrasse nos parents pour nous et Yvette et nos amis de Busigny. Si tu peux, fais revenir nos corps avec papa. Pense que si nous avions été soldats, nous serions peut-être morts depuis longtemps. Je suis content d’avoir un chapelet. Il va m’aider à mourir et il m’accompagnera dans la tombe. Je ne regrette pas trop la vie, mais seulement de te faire souffrir. Donc adieu maman et bons baisers. »

 

 

Lettre d’adieu d’Edmond Desjardin. Prison de Saint-Quentin, le 8 avril 1944.

 

« Chère mère, je viens par ces quelques mots te dire au revoir. Nous avons été prévenus tout à l’heure et nous avons communié et nous sommes confessés. Chère mère, ne te désole pas trop ! C’est que cela devait arriver ! C’était la destinée et nous n’y pouvons rien. Prends bien soin de toi ! Vis ta vie, toi qui n’as jamais pensé à toi ! Et vis bien, car tu sais, il faut mourir le plus tard possible, tu le mérites ! Ta vie n’a jamais été que tendresse et je t’en remercie ! Bien tendrement. Nous allons voir tout à l’heure notre père, Lucien et moi. Et nous t’y attendrons en te protégeant du mieux que nous pourrons. Et que ta vie soit douce et sans souci maintenant ! »

 

 

 

Source :

Partager cet article

Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans actualité ADIF
commenter cet article

commentaires