Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : UNADIF MEDIAS
  • : Pour être informé de l'actualité UNADIF-FNDIR, de l'actualité des UNADIF départementales. Pour être informé de l'actualité mémorielle, évènements, cérémonies, expositions, conférences, livres, films, pages d'Histoire ...
  • Contact

  

 

 

 

a2

 

  sur le BLOG MEDIAS

de l'Union Nationale

des Associations de Déportés,

Internés et Familles de Disparus

logo unadifndir grd taille 

et de la Fédération Nationale

des Déportés et Internés

de la Résistance

  

UNADIF - FNDIR

 Triangle rouge

compteur

 

 

__

 

Ici Londres ! Les français parlent aux français !

 

__

 

 

UNADIF est aussi sur

logo-facebook-circulaire.png

Derniers Articles Publies

  • Le livre des 9 000 déportés de France à Mittelbau-Dora
    L'INFO n° 1 311 Le projet initié en 1998 par notre ami André Sellier, Déporté-Résistant, Historien, Président de l'UNADIF-FNDIR de la Somme, voit le jour cette année, le " livre des 9 000 déportés de France à Mittelbau-Dora " c'est un mémorial de papier...
  • Entretenir la mémoire des résistants et des victimes du nazisme
    L'INFO n° 1 310 UNADIF - FNDIR de la Manche UNADIF-FNDIR 50 Il se bat pour entretenir la mémoire des résistants et des victimes du nazisme Dans le Val-de-Saire, Yves Sassignol est marqué par l'histoire de son grand-père, résistant, qui fut déporté suite...
  • Comment devient-on le général de Gaulle ?
    L'INFO n° 1 309 UNADIF - FNDIR des Deux-Sèvres UNADIF-FNDIR 79 Nicole Sibileau, Présidente UNADIF-FNDIR des Deux-Sèvres vous convie à une Conférence de Frédérique Neau-Dufour, Historienne : " Comment devient-on le général de Gaulle ? " Mardi 13 octobre...
  • Timbres UNADIF-FNDIR du 75ème anniversaire
    L'INFO n° 1 308 UNADIF - FNDIR L’UNADIF - FNDIR a toujours été liée historiquement à la Poste, et notamment par Eugène THOMAS, membre fondateur de la FNDIR, Président de l’UNADIF en 1959 et ancien Ministre des PTT, notamment sous le Général de Gaulle...
  • Nouveau Mur des Noms
    L'INFO n° 1 307 UNADIF - FNDIR de l'Oise UNADIF-FNDIR 60 COMPIEGNE, vendredi 14 février 2020 C’est un bel hommage qui a été rendu avec l’inauguration du nouveau Mur des Noms au Mémorial de l’Internement et de la Déportation du camp du Royal Lieu de Compiègne....
  • La Voix du rêve - Le film
    L'INFO n° 1 306 UNADIF - FNDIR La Voix du rêve - Le film Ce film-documentaire vient d'être validé, en février 2020, par le ministère de l'Education nationale et de la Jeunesse. Ce documentaire est consacré aux derniers témoignages des Déportés-Résistants...
  • Cérémonie-hommage à Nathalie Demeurisse
    L'INFO n° 1 305 UNADIF-FNDIR de l'Oise UNADIF-FNDIR 60 Soucy, samedi 15 février 2020 Hommage à Nathalie Demeurisse-Sokolowsky, porte-drapeau UNADIF-FNDIR, décédée brutalement à 54 ans, le 15 février 2019. Le Président Gérard Bocquery et des membres UNADIF-FNDIR...
  • Sortie républicaine et mémorielle
    L'INFO n° 1 304 UNADIF-FNDIR de la Meurthe-et-Moselle UNADIF-FNDIR 54 Paris, Palais-Bourbon A l'invitation de notre Député Laurent GARCIA, nous avons affrété un car afin de nous rendre, le mardi 4 février 2020, à l'Assemblée nationale pour une visite...
  • Journées nationales et cérémonies officielles
    L'INFO n° 1 303 UNADIF - FNDIR Pour répondre à de nombreuses demandes d'internautes, voici la liste des journées nationales et cérémonies officielles : JOURNEES NATIONALES & CEREMONIES OFFICIELLES Photo d'illustration D.R. 11 MARS La journée nationale...
  • 75ème anniversaire de la libération d'Auschwitz
    L'INFO n° 1 302 UNADIF - FNDIR de l'Oise UNADIF-FNDIR 60 COMPIEGNE , mémorial de l'internement et de la déportation du camp du Royal Lieu Lundi 27 janvier 2020 Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l'holocauste et de la prévention...

S'abonner à notre revue

- Vous souhaitez vous abonner à notre revue trimestrielle "Le Déporté pour la Liberté"

- Vous souhaitez acquérir nos livres, notre CD ou autre

Liste et bon de commande

http://www.unadif.fr/histoire-et-temoignages/les-publications

Commander nos ouvrages

2 mars 2020 1 02 /03 /mars /2020 05:30

 

L'INFO n° 1 301

 

 

Service international de Recherche

 

ITS de Bad Arolsen

 

 

Près de 50 millions de documents sur 17,5 millions de personnes victimes du nazisme :

internés, déportés, prisonniers, raflés, otages...

 

85% des documents ont été numérisés et sont consultables en un clic

 

En 2025 ce sera la totalité qui sera alors en ligne.

image d'illustration

image d'illustration

 

Regardez cette vidéo :

 

Message de Agnès Perrot-Isquin, fille de François Perrot, Déporté-Résistant :

 

" Le site internet de AROLSEN ARCHIVES est très simple d'utilisation et permet d'avoir un accès immédiat aux documents concernant chaque déporté.

Il suffit de taper le nom de la personne concernée et, en un seul clic, les documents originaux numérisés apparaissent et sont facilement enregistrables.

C'est un outil extraordinaire !

J'ai moi-même fait cette recherche sur leur site et j'ai ainsi pu retrouver en 3 minutes les papiers de mon père, François PERROT, à Buchenwald.

Il y a même une photo datant de son arrivée au camp.

C'est tellement émouvant de se trouver face à cela.

Je n'ai qu'un seul regret, c'est qu'il n'ait pas pu les voir.

J'encourage vivement tous les enfants ou familles de déportés à faire cette démarche ".

 

 

Message de Jean-Philippe Lampin, fils de Serge Lampin, Déporté-Résistant :

 

" Merci mille fois à Agnès Perrot et à Gérard Bocquery.

Je viens en effet de scanner les documents concernant mon père, Serge, remplis, d'abord à l'arrivée au Struthof, puis à Dachau quand il rentré - un peu avant la libération du camp - en provenance de Dautmergen, puis Vaihingen.

C'est autant hallucinant par la netteté des documents que bouleversant !

Je vais transmettre les éléments au reste de ma famille, ceci, hasard du destin, 9 ans tout juste après son décès ! "

 
 
 
 
 

#UNADIF #FNDIR

 

#UNADIFFNDIR

 

#CAMP #CONCENTRATION #DEPORTATION #INTERNEMENT #DOCUMENTS #ARCHIVES #FICHES #FICHIERS #AROLSEN #RECHERCHE #INTERNATIONALE #SERVICE

 

Accéder aux documents :

 

 

 

Partager cet article

Repost0
26 février 2020 3 26 /02 /février /2020 05:30

 

L'INFO n° 1 300

 

 

 

UNADIF - FNDIR de l'Isère

 

 

UNADIF-FNDIR 38

 

 

GRENOBLE

 

Le samedi 18 janvier 2020, à la caserne de gendarmerie OFFNER, l'UNADIF-FNDIR 38, a rassemblé 40 adhérents du département pour la traditionnelle galette des rois.

 

Ce fut l'occasion pour Jean-Paul Blanc, président de l'association, de remercier Martine Jullian pour ses actions en tant que déléguée à la Mémoire de la ville de Grenoble.  Etait également présent Renaud Pras, directeur de l'ONAC-VG de l'Isère.

 

 

            L'agenda 2020 sera bien rempli pour l'UNADIF-FNDIR 38, précisa le président : « Cette année, nous commémorerons le 75ème anniversaire de la Libération des camps de concentration et celui du 8 mai qui marque la fin de la guerre et la défaite du nazisme. Ce sera également le 80ème anniversaire de l'Appel du Général de Gaulle. A ce sujet, l'association réalisera un film sur le retour des déportés des camps de concentration et un autre sur le vécu des grenoblois face à la capitulation de l'Allemagne nazie ».

 

 

            Dans sa brève allocution le président remercia Martine Jullian, pour tout le travail réalisé par la ville de Grenoble pour la mémoire. Il précisa « En six ans de mandat, la ville de Grenoble, n'avait jamais réalisé autant d'évènements, et cela grâce à votre opiniâtreté. Vous n'avez rien lâché. Inaugurations de rues, en donnant des noms de Résistantes à des rues de Grenoble, ce qui n'avait pas été réalisé, depuis fort longtemps, de nombreuses conférences, je ne peux toutes les énumérer car cela prendrait trop de temps ».

 

            Pour remercier Madame Jullian, le président Jean-Paul Blanc lui offrit un livre UNADIF-FNDIR.

L'ensemble des membres autour du président Jean-Paul Blanc et de Madame Martine Jullian

L'ensemble des membres autour du président Jean-Paul Blanc et de Madame Martine Jullian

Partager cet article

Repost0
22 février 2020 6 22 /02 /février /2020 07:00

 

L'INFO n° 1 299

 

 

UNADIF - FNDIR de la Meuse

 

 

UNADIF-FNDIR 55

 

 

Il vient d'avoir 98 ans et continue de témoigner de sa douloureuse histoire et du martyr qu'il a subi durant 25 mois au camp de concentration de Sachsenhausen (Allemagne) d'avril 1943 à mai 1945. Pour que personne n'oublie !

 

Infatigable, Jean Manchette continue de témoigne de sa captivité durant la Seconde Guerre mondiale.

Depuis des années il enchaîne les conférences, dans les établissements scolaires notamment, pour que la mémoire de son martyr et celui de ses camarades perdurent. Un engagement pour l'Histoire et la mémoire collective qu'il poursuit alors qu'il a aujourd'hui 98 ans.

 

 

 

 

Jean Manchette lors d'une intervention publique le 31 janvier 2020 à Tronville-en-Barrois (Meuse) / © Lodoïs Gravel - France 3 Lorraine
Jean Manchette lors d'une intervention publique le 31 janvier 2020 à Tronville-en-Barrois (Meuse) / © Lodoïs Gravel - France 3 Lorraine

Jean Manchette lors d'une intervention publique le 31 janvier 2020 à Tronville-en-Barrois (Meuse) / © Lodoïs Gravel - France 3 Lorraine

Partager cet article

Repost0
18 février 2020 2 18 /02 /février /2020 05:30

 

L'INFO n° 1 298

 

 

UNADIF-FNDIR de l'Eure-et-Loir

 

 

UNADIF-FNDIR 28

 

 

ADIEU MICHEL !

 


Le trésorier de notre association UNADIF-FNDIR d’Eure-et-Loir (les Résistants-déportés ayant répondu à l'Appel du Général de Gaulle, et leurs descendants), Michel Lanier est décédé samedi 25 janvier 2020, suite à un cancer fulgurant, détecté il y a tout juste quelques mois...

 

Les destins similaires de nos pères, Héros de la Résistance, déportés après leur arrestation et décédés tous les deux il y a 9 ans, avaient scellé une amitié indéfectible entre nous.

 

Michel, tu vas terriblement me manquer !

A droite Michel Lanier, au centre Jean-Philippe Lampin, à gauche Francis Arth

A droite Michel Lanier, au centre Jean-Philippe Lampin, à gauche Francis Arth

 

La photo ci-dessus a été prise à l'issue de la "Journée Nationale du Souvenir des Victimes et des Héros de la Déportation" le 28 avril 2019 à Chartres.

 (A droite) Michel Lanier est dans l'axe du glaive de Jean Moulin, (à gauche) Francis Arth, le porte-drapeau.

 

Jean-Philippe Lampin, président UNADIF-FNDIR d’Eure-et-Loir (au centre sur la photo)

Partager cet article

Repost0
14 février 2020 5 14 /02 /février /2020 05:30

 

L'INFO n° 1 297

 

 

UNADIF-FNDIR de la Meurthe-et-Moselle

 

 

UNADIF-FNDIR 54

 

 

Saint-Max, mercredi 22 janvier 2020

 

René RHEIN, Déporté, membre de l'UNADIF-FNDIR 54, unique rescapé de la rafle de mars 1943 à NANCY qui l'a conduit à SACHSENHAUSEN, a été mis à l'honneur pour le don d'un magnifique tableau offert à la municipalité de SAINT-MAX.

 

Cette fresque de 4m X 1,50m retrace la bataille de NANCY dont l'original se trouve au musée des Beaux-Arts, Place Stanislas à NANCY, Oeuvre d’Eugène DELACROIX de 1831.

 

René RHEIN, vitrier d'art, sculpteur, dessinateur et peintre a mis 4 ans pour réaliser ce tableau qui ressemble à s'y méprendre, à l'original.

 

Le Maire de la localité a chaleureusement remercié René pour ce don.

Au centre : René Rhein, Déporté, aux côtés de son fils Stéphane et du président Jean-Pierre Pesson

Au centre : René Rhein, Déporté, aux côtés de son fils Stéphane et du président Jean-Pierre Pesson

 

Le neveu de René RHEIN, Jacques WERA et son fils Stéphane qui sont à l'origine du don ainsi que Jean-Pierre PESSON, Président de l'UNADIF-FNDIR 54 étaient aux côtés de l'artiste pour cette émouvante cérémonie.

 

En attendant la réalisation du nouvel Hôtel de ville de Saint-Max où cette Oeuvre sera mise en valeur, elle a été déposée à l'espace Victor Hugo, lieu de convivialité des petits et grands Maxois.

 

Jean-Pierre Pesson, président UNADIF-FNDIR de Meurthe-et-Moselle

Partager cet article

Repost0
10 février 2020 1 10 /02 /février /2020 05:30

 

L'INFO n° 1 296

 

 

 

UNADIF - FNDIR du Morbihan

 

 

UNADIF-FNDIR 56

 

 

Les descendants de Déportés-Résistants veulent « travailler ensemble pour préserver la mémoire »

 

Disparitions des derniers déportés, baisse d’effectifs…

 

À l’heure du 75ème anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz, les représentants, dans le Morbihan, des deux grandes fédérations d’anciens Déportés-Résistants (UNADIF-FNDIR) et d'anciens Déportés-Politiques (FNDIRP), dressent le même constat face aux difficultés à venir et veulent travailler ensemble.

 

 

Bruno Vigouroux, Président de l'UNADIF-FNDIR du Morbihan & Patrick Philbée, membre Bureau exécutif de la FNDIRP

Bruno Vigouroux, Président de l'UNADIF-FNDIR du Morbihan & Patrick Philbée, membre Bureau exécutif de la FNDIRP

Article OUEST-FRANCE - Bretagne - Morbihan - Marie Merdrignac

Article OUEST-FRANCE - Bretagne - Morbihan - Marie Merdrignac

 

 

Lire l'article sur notre page FACEBOOK : UNADIF

Partager cet article

Repost0
6 février 2020 4 06 /02 /février /2020 05:30

 

L'INFO n° 1 295

 

 

 

UNADIF - FNDIR du Nord - Pas-de-Calais

 

 

UNADIF-FNDIR 59 - 62

 

 

DUNKERQUE

 

 

Stupeur, pour les Dunkerquois qui ont vu le matin du mercredi 22 janvier la statue des martyrs de la Résistance, située entre la gare et la sous-préfecture, décapitée et amputée d'une partie de son buste et de ses deux bras.

Un acte de vandalisme dont la motivation reste pour l'instant un mystère.

 

 

Vol de bronze ?


La police de Dunkerque, qui a ouvert une enquête, évoque la piste probable d'un vol de bronze. Le 9 janvier dernier, un buste en bronze a été dérobé à Valenciennes.

 

Sauf que la statue des martyrs de la résistance de Dunkerque n'a rien d'une statue en bronze, elle est creuse. "C'est un moulage en résine. Ce n'est pas une statue pleine de matière. La peinture dorée n'est qu'une pellicule, il n'y a pas de bronze", précise-t-on à la mairie.

 

La tête cassée et un bras de la statue ont été laissés au pied du monument. Le signe d'une certaine déception de potentiels voleurs ? Ou juste un acte de vandalisme gratuit ?

 

Cette statue, oeuvre datant de 1980 de Gilles Bauthian, alors professeur à l'école des Beaux-Arts de Dunkerque, avait déjà été dégradée sur son précédent emplacement. Elle avait eu un bras arraché il y a quelques années, à une époque où elle était sombre.

 Une cérémonie de commémoration et de recueillement a eu lieu devant la statue, fin janvier, avant son enlèvement pour sa restauration.

 

 

 

La statue des Martyrs de la Résistance de Dunkerque a été vandalisée dans la nuit du 21 au 22 janvier 2020 / © FLAVIEN BELLOUTI - FRANCE 3 NORD PAS-DE-CALAIS

La statue des Martyrs de la Résistance de Dunkerque a été vandalisée dans la nuit du 21 au 22 janvier 2020 / © FLAVIEN BELLOUTI - FRANCE 3 NORD PAS-DE-CALAIS

Partager cet article

Repost0
2 février 2020 7 02 /02 /février /2020 07:00

 

L'INFO n° 1 294

 

 

UNADIF - FNDIR de l'Eure

 

 

UNADIF-FNDIR 27

 

 

André Biaux est le dernier Déporté-Résistant de l'Eure.

 

À presque 95 ans, il a été élevé au grade de Commandeur dans l'Ordre national de la Légion d'Honneur. Les insignes lui ont été remis lundi 20 janvier dernier par le ministre des Collectivités territoriales, Sébastien Lecornu, lors d'une cérémonie à la résidence préfectorale de l'Eure.

 

André Biaux avait reçu la Légion d'honneur en 1958. Le décret avait été signé par le président de la République René Coty. Il avait été promu officier en 1971.

 

Lundi 20 janvier 2020, devant un parterre d'invités et sa famille, le nonagénaire s'est vu remettre les insignes de Commandeur de la Légion d'honneur des mains de Sébastien Lecornu. "Cher André Biaux, vous êtes un exemple de droiture républicaine", a dit le ministre chargé des Collectivités territoriales. 

 

À l'époque, André Biaux, à peine 17 ans, entre dans la Résistance en tant qu'agent de renseignement et d'observation, avant d'intégrer le réseau Turma-Vengeance en décembre 1942. "C'était une révolte contre les Allemands, contre l'occupation, parce qu'on manquait de liberté. On n'avait plus le droit de sortir la nuit, plus le droit de se réunir, il y avait plein d'interdits", résume André Biaux pour expliquer son engagement. 

 

L’adolescent est alors apprenti opticien à Évreux et se voit confier ses premières missions : la distribution de journaux résistants clandestins dans la vallée de l'Iton. En mairie, il vole des tickets de rationnement pour venir en aide aux résistants. Au sein du réseau, le jeune André prend du galon. Il devient agent P2 en juin 1943 avec le grade de sous-lieutenant et assure le transport d'armes et de munitions. Il sauve également des aviateurs alliés. 

 

Dénoncé, le résistant est arrêté par la Gestapo le 20 mai 1944 et déporté au camp de Neuengamme, en Allemagne. 

 

"C'était une période plutôt difficile, c'était un bagne quoi !" - André Biaux

 

 

André Biaux, dernier Déporté-Résistant de l'Eure
André Biaux, dernier Déporté-Résistant de l'Eure

André Biaux, dernier Déporté-Résistant de l'Eure

 

Libéré des camps le 8 mai 1945, André Biaux pèse 38 kilos à son retour en France. Pour autant, et ce même si depuis plus de cinquante ans, il témoigne dans les écoles, les collèges et les lycées de l'Eure et de Seine-Maritime, il n'a jamais vraiment parlé de cette période difficile à sa fille unique, Monique.

 

 

"Mon père, c'est mon héros"

 

Jeanine, sa femme, Monique, sa fille, ses petits-enfants, ses arrière-petits-enfants, tous étaient présents lors de la cérémonie lundi 20 janvier à Évreux. "C'est très émouvant et c'est bien mérité", estime la fille du couple, visiblement fière de son père. 

 

À bientôt 95 ans, André n'a pas de canne, pas de lunettes et "pas malade", détaille Monique. Seul un appareil auditif trahit un peu son âge. Le secret de la forme d'André : des balades, deux fois par semaine "tous les jeudis, je fais 10 -12 kilomètres avec ma fille". Monique confirme : "Il n'est pas derrière, il est devant moi, il marche bien" et elle conclut : "C'est un bon papa, c'est mon héros !"

 

 

Source : France Bleu

 

Geneviève Darrieussecq, secrétaire d'Etat auprès de la ministre des Armées, refuse d'octroyer la Légion d'honneur à un ancien Résistant de 94 ans  :

 

" la candidature du Résistant ne souscrit pas aux "conditions très strictes" fixées par le Conseil national de l'Ordre de la Légion d'honneur. Ces conditions, qui nécessitent de justifier de "services homologués" au sein de la Résistance ou de responsabilités associatives à l'échelle départementale ou régionale, ne lui ont apparemment pas permis de recevoir cette éminente distinction honorifique. "

Partager cet article

Repost0
30 janvier 2020 4 30 /01 /janvier /2020 05:30

 

L'INFO n° 1 293

 

 

Le Mémorial du Mont Valérien organise une conférence de Jean-Marc Berlière



L’État français, autoritaire, antidémocratique et antisémite, porteur d’un projet idéologique fondé sur l’exclusion de « l’anti-France », a porté un intérêt constant à la police qui constituait - avec la Justice - un des seuls instruments régaliens dont il disposait pour affirmer sa souveraineté face à l’occupant.

Il va donc réformer cet instrument hérité de la IIIe République et charger polices et policiers de missions inédites en contradiction avec les principes républicains.

Confrontés à cette dérive des missions et des pratiques, comment ont réagi des policiers acculturés au « devoir d’obéissance » et au respect de la loi ?
 


Le conférencier reviendra sur la nécessaire prise en compte de la complexité de l’Histoire et le devoir d’en saisir ses multiples nuances.
 

Polices et policiers sous l'occupation

 

L’intervenant


Jean-Marc Berlière est professeur émérite d’histoire contemporaine.
Historien des polices, il est l’auteur de nombreux ouvrages dont "Polices des temps noirs" (Perrin, 2018) préfacé par Patrick Modiano et "Policiers français sous l’Occupation" (2e édition, Perrin / Tempus, 2011)



Présentation de l’exposition : Désobéir pour sauver, des policiers et des gendarmes « Justes parmi les nations »


Hommage aux 68 policiers et gendarmes « Justes parmi les Nations » et à leurs nombreux collègues restés à ce jour anonymes, cette exposition révèle les parcours de ces hommes et ces femmes dont les chemins se sont croisés aux heures les plus sombres de notre Histoire. Elle invite à réfléchir sur la responsabilité de l’État français dans la répression antisémite et la déportation des Juifs de France.

 

 

Date : Mercredi 5 février 2020 à 18h30

Lieu de la conférence : Préfecture des Hauts-de-Seine
167, avenue Joliot-Curie - 92000 Nanterre

Informations et renseignements :

communication@mont-valerien.fr
ou au 01 47 28 46 35

Gratuit

Inscription obligatoire par courriel :

reservation@mont-valerien.fr
ou sur : http://bit.ly/Berliere, avant le 4 février 2020

 

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2020 7 26 /01 /janvier /2020 07:00

 

L'INFO n° 1 292

 

 

Evènement organisé par "Conférences Sara Yalda" et "Éditions Les Arènes"



Simone Veil - L’aube à Birkenau



Textes lus par Léa Drucker et Talila
En présence de Paul Schaffer, rescapé des camps
Récit recueilli et mis en espace par David Teboul



Pour cette soirée unique, le cinéaste David Teboul a demandé à la comédienne Léa Drucker et la chanteuse Talila de faire entendre la voix de Simone Veil dans un montage des textes de son livre : L’aube à Birkenau (éditions les arènes).



L’enfance à Nice, l’arrestation, la déportation, la relation à sa mère, le retour des camps. Simone Veil raconte là l’origine de ses combats, de ses prises de position politiques et personnelles, l’histoire d’une femme libre.



Paul Schaffer, compagnon de déportation et ami de Simone Veil, apportera son témoignage au regard des images inédites filmées et présentées par David Teboul.

 



La genèse du projet :

À la fin des années 1990, David Teboul, jeune cinéaste, propose à Simone Veil de lui consacrer un documentaire. C’est le point de départ d’une amitié qui va durer jusqu’à sa mort. Au fil des années, il enregistre plus de quarante heures d’entretiens.

C’est cette intimité qu’il donne à lire dans L’aube à Birkenau, qu’il donne à entendre sur la scène du théâtre Antoine.

La vérité qui se dégage du texte est saisissante. Les sentiments de David Teboul à son égard, son obsession d’écouter et de comprendre, le temps passé avec elle, expliquent pourquoi Simone Veil s’est livrée telle qu’elle était, sans fard, digne et vibrante.

Simone Veil - L'aube à Birkenau

 

Informations pratiques :

Lundi 27 janvier 2020 à 20 heures

Durée : 1 heure

Théâtre Antoine - 14 Boulevard de Strasbourg - 75010 Paris

Tarifs : de 17 à 41 euros

Billetterie en ligne : www.theatre-antoine.com

Réservation par téléphone : 01 42 08 77 71

Une production Sara Yalda, le théâtre Antoine - Jean-Marc Dumontet et les éditions les arènes.

Lien de l'évènement : https://www.facebook.com/events/539580419962561/

Partager cet article

Repost0