Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : UNADIF MEDIAS
  • UNADIF MEDIAS
  • : Pour être informé de l'actualité UNADIF-FNDIR, de l'actualité des ADIF départementales. Pour être informé de l'actualité mémorielle, évènements, cérémonies, expositions, conférences, livres, films, pages d'Histoire ...
  • Contact

  

 

 

 

a2

 

  sur le BLOG MEDIAS

de l'Union Nationale

des Associations de Déportés,

Internés et Familles de Disparus

logo unadifndir grd taille 

et de la Fédération Nationale

des Déportés et Internés

de la Résistance

  

UNADIF - FNDIR

 Triangle rouge

compteur

 

 

__

 

Ici Londres ! Les français parlent aux français !

 

__

 

 

UNADIF est aussi sur

logo-facebook-circulaire.png

Derniers Articles Publies

  • Conseil représentatif des Déportés et Internés de la Résistance
    L'INFO n° 1 130 UNADIF - FNDIR Grenoble, samedi 1er juillet 2017. Conseil représentatif des Déportés et Internés de la Résistance Lors de l'Assemblée générale de nos associations, durant nos Congrès nationaux 2017, le Conseil d'administration de la FNDIR...
  • Retour en images sur nos Congrès nationaux 20I7
    L'INFO n° 1 129 UNADIF - FNDIR Vous pouvez consulter les albums-photos de nos Congrès nationaux UNADIF et FNDIR sur notre page nationale Facebook UNADIF : ALBUM 1 : Journée du vendredi 30 juin ALBUM 2 : Journée du samedi 1er juillet ALBUM 3 : Journée...
  • Remise des Prix départementaux du CNRD dans l'Eure
    L'INFO n° 1 128 UNADIF-FNDIR de l'Eure UNADIF-FNDIR 27 La remise des prix départementaux du concours national de la Résistance et de la Déportation a eu lieu le mercredi 28 juin 2017 dans la salle Claude Monet de la préfecture de l’Eure. Cette année,...
  • Jean-Paul Didierjean nous a quittés
    L'INFO n° 1 127 UNADIF-FNDIR du Haut-Rhin UNADIF-FNDIR 68 C’est avec une immense tristesse que je porte à votre connaissance la disparition samedi le 8 juillet 2017 à Marckolsheim, sa commune natale près de Colmar, à l’âge de 94 ans, de Jean-Paul DIDIERJEAN...
  • Remise des Prix départementaux du CNRD en Seine-Maritime
    L'INFO n° 1 126 UNADIF-FNDIR de Seine-Maritime UNADIF-FNDIR 76 Remise des prix aux lauréats du CNRD de Seine Maritime La remise des prix a eu lieu dans le grand salon de la préfecture de Seine Maritime à Rouen le mercredi 28 juin 2017 en présence de Madame...
  • Remise des prix départementaux aux lauréats du CNRD
    L'INFO n° 1 125 UNADIF-FNDIR des Yvelines UNADIF-FNDIR 78 Juin 2017 Remise des prix départementaux du Concours national de la Résistance et de la Déportation 2016-2017 84 collégiens et lycéens des Yvelines lauréats avec leurs professeurs et leurs familles...
  • Hommage national à Simone Veil
    L'INFO n° 1 124 Disparition de Simone Veil - Communiqué UNADIF-FNDIR « Union Nationale des Associations de Déportés et Internés de la Résistance et Familles » C’est avec une très grande tristesse que nous avons appris la disparition de Simone Veil à l‘âge...
  • Remise des Prix aux lauréats du CNRD du Haut-Rhin
    L'INFO n° 1 123 ADIF-FNDIR du Haut-Rhin UNADIF-FNDIR 68 COLMAR, mercredi 24 mai 2017 La remise des Prix départementaux aux lauréats du CNRD du Haut-Rhin (Concours national de la Résistance et de la Déportation) a eu lieu dans le salon Schoelcher de la...
  • CONGRES NATIONAUX 2017
    L'INFO n° 1 122 UNADIF - FNDIR Les Congrès nationaux UNADIF-FNDIR 2017, se déroulent du vendredi 30 juin au lundi 3 juillet. Comme en 1964 et 1984, nos congrès nationaux ont lieu, cette année, dans la belle ville de Grenoble (Isère - 38). L'organisation...
  • Les Journées de la Déportation dans le Territoire de Belfort
    L'INFO n° 1 121 ADIF-FNDIR du Territoire de Belfort UNADIF-FNDIR 90 Les Journées de la Déportation dans le Territoire de Belfort Vendredi 28 avril 2017 Comme tous les ans nous avons participé à la cérémonie républicaine en la Synagogue de BelfortLes drapeaux...

S'abonner à notre revue

- Vous souhaitez vous abonner à notre revue trimestrielle "Le Déporté pour la Liberté"

- Vous souhaitez acquérir nos livres, notre CD ou autre

Liste et bon de commande

http://www.unadif.fr/histoire-et-temoignages/les-publications

Commander nos ouvrages

6 mars 2016 7 06 /03 /mars /2016 07:30

L'INFO n° 943

 

 

Il y a 100 ans, la bataille de Verdun faisait rage.

 

 

Rendons hommage à nos grands-parents ! A tous nos "Poilus" !

 

 

 

 

Il y a 100 ans, Verdun...
Il y a 100 ans, Verdun...

 

Pierre Recobre est né le 25 novembre 1889 à Labouygue - Marcolès dans le Cantal et est décédé dans le même Cantal à Aurillac le 30 octobre 1983.

 

Pierre Recobre fut le personnage le plus représentatif de l’Ancien Combattant de la Première Guerre mondiale.

 

Toujours présent aux défilés commémoratifs avec sa capote bleue horizon du 339ème Régiment d’Infanterie, ses décorations, sa fière moustache.

 

Il fit son service militaire au 139e R.I. (1910-1912) puis il fut mobilisé durant toute la première guerre mondiale.

 

Blessé en 1915, plusieurs fois cité à l’ordre du régiment comme de la division : brancardier courageux et dévoué.

 

Le 17 mai 1918 sa troisième citation le décrit ainsi : brancardier dévoué, d’une audace allant jusqu'à la témérité.

 

Volontaire pour toutes les opérations du régiment, après 22 jours de durs engagements et l’attaque du 22 avril, il s’est encore présenté comme volontaire pour l’attaque du 2 mai où il s’est admirablement dévoué …

 

 

Il reçoit en 1928 la Croix de Guerre avec étoile d’argent ; quarante années plus tard, il reçoit la Croix de Chevalier dans l’Ordre national de la Légion d’honneur en 1968, puis l’Ordre national du Mérite (officier) sans compter d’innombrables autres décorations.

 

Il est photographié comme soldat brancardier au 339ème R.I.

 

Il personnifiait la place du premier conflit mondial dans la mémoire collective et familiale du XXème siècle.

Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans Histoire
commenter cet article
5 mars 2016 6 05 /03 /mars /2016 05:30

L'INFO n° 942

 

 

ADIF-FNDIR de l'Oise (60)

 

 

Chaque année, début mars, la Ville de Compiègne et l'ADIF-FNDIR de l'Oise rendent hommage aux Résistants du groupe "Le Bataillon de France".

Groupe de Résistants compiégnois et des villages environnants.

 

 

 

Hommage aux Résistants du Bataillon de France

Dimanche 6 mars, à 9h30, une messe sera célébrée en l'église Saint Jacques de Compiègne en mémoire du groupe de Résistants "Le Bataillon de France", groupe infiltré par un agent du contre-espionnage allemand.

Déportés, les membres du Bataillon de France furent, pour la plus grande partie, exécutés par décapitation à Cologne le 7 décembre 1943.

Les autres moururent en prison ou dans un camp.

Seuls, deux Déportés revinrent : René Nicot et Maurice Rousselet 

 

 

Le groupe Bataillon de France fut l’un des premiers groupes armés de la Résistance française.

Créé dès l'automne 1940, il fut détruit en mars 1942 par le contre-espionnage allemand, la Geheime Feldpolizei, deux mois après son ralliement au mouvement Combat Zone Nord.

 

 

 

 

 

Dimanche 6 mars prochain, à l'issue de la messe, les familles, la Ville de Compiègne et les représentants de l'ADIF-FNDIR de l'Oise déposeront une gerbe au pied du Monument aux Morts de la Ville, après l'Appel des Morts du Bataillon de France.

 

 

Soyez nombreux à cette cérémonie-hommage !

 

 

 

Rassemblement des Autorités et des Porte-Drapeaux à 9h15 sur le parvis de l'église Saint Jacques.

Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans actualité ADIF
commenter cet article
4 mars 2016 5 04 /03 /mars /2016 05:00

L'INFO n° 941

 

 

Yves Guéna, né le 6 juillet 1922 à Brest est décédé, hier 3 mars à Paris, dans sa 94ème année.

Yves Guéna, Grand'Croix de la Légion d'honneur

Yves Guéna, Grand'Croix de la Légion d'honneur

 

Homme politique et écrivain français. Gaulliste de la première heure, il a été député, ministre, sénateur, conseiller général et maire. Nommé membre du Conseil constitutionnel français en 1997, il présida cette institution de 2000 à 2004.

 

Résistant de la première heure. En 1940, après la défaite lors de la bataille de France et la demande d'armistice du maréchal Pétain, annoncée aux Français le 17 juin 1940, Yves Guéna, élève au lycée de Brest, entend parler de l'appel à la Résistance lancé par le général de Gaulle le soir du 18 juin 1940.

 

Le 19 juin, il monte à bord d'un remorqueur de la marine qui l'emmène à Ouessant. Puis, dans la nuit du 19 au 20 juin, il embarque sur un chalutier en direction de l'Angleterre. Arrivé à Plymouth, il est envoyé à Annerley School, près de Londres, avant de rejoindre l'Olympia Hall, où sont regroupés les engagés de la France Libre.

 

Le 6 juillet (jour de ses 18 ans), le général de Gaulle vient les rencontrer. Dirigé ensuite vers le camp de Camberley, il participe au défilé du 14 juillet, à Londres.

 

Après une longue période de formation, il est envoyé en Afrique et, en 1942, il est affecté au 1er RMSM avec lequel il participe notamment à la seconde bataille d'El Alamein.

 

En août 1944, lieutenant au 4ème escadron du RMSM, il débarque, avec la 2ème DB du général Leclerc, en Normandie où il est grièvement blessé.

 

 

Yves Guéna était Grand'Croix dans l'Ordre national de la Légion d'honneur, titulaire de la Croix de Guerre 1939-1945 et médaillé de la Résistance française.

 

 

Les honneurs militaires lui seront rendus mardi 8 mars à 10h30 aux Invalides.

 

Les obsèques d'Yves Guéna seront célébrées jeudi 10 mars, à Chantérac, en Dordogne.

 

 

L'UNADIF et la FNDIR présentent leurs plus sincères condoléances attristées à toute sa famille et ses amis.

 

Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans Histoire
commenter cet article
2 mars 2016 3 02 /03 /mars /2016 05:45

L'INFO n° 940

 

 

ADIF-FNDIR de l'Hérault (34)

 

 

Le Centre Régional d’Histoire de la Résistance et de la Déportation de Castelnau-le-Lez, fondé par le général Véran Cambon de Lavalette (1923-2014), Déporté-Résistant, ancien président de l'ADIF-FNDIR de l'Hérault, organise avec l’académie de Montpellier une exposition temporaire sur le thème « Résister par les arts et la littérature » de 1940 à 1945.

 


Le but est d'accompagner les élèves et les professeurs préparant le Concours national de la Résistance et de la Déportation 2015-2016, dont les épreuves écrites auront lieu le vendredi 25 mars prochain.

 

 

 

Résister par les arts et la littérature
Résister par les arts et la littérature

Cette exposition inaugurée le 13 janvier dernier durera jusqu’au 30 juin 2016 et mettra en valeur les productions artistiques et littéraires de l’époque transmises par les médias (radios, presses, éditions, papillons…).

 

 

Des livres édités aux Editions de Minuit, écrits par des auteurs célèbres comme Louis Aragon, Elsa Triolet, François Mauriac, Jean Bruller (plus connu sous le nom de Vercors), mais aussi des poèmes composés par Paul Eluard, Robert Desnos, Max Jacob sont présentés, ainsi que des revues d'information diffusant des œuvres littéraires interdites par la censure allemande.

 

 

Plusieurs chansons et dessins, dont des caricatures, soulignent l'usage de la dérision et de l'humour par les Français Libres et les Alliés anglo-saxons pour combattre la propagande des forces d'occupation et du régime de Vichy. Ces œuvres montrent la volonté de remonter le moral des Français, résignés face à la domination nazie, à part quelques exceptions, mais aussi la stratégie mise en place pour briser le moral des occupants et des collaborateurs. Cette exposition permet ainsi de faire connaissance avec des éléments de guerre psychologique employés par les opposants au nazisme.

 

 

Quelques dessinateurs font l'objet d'une attention particulière parce qu'ils ont réussi à faire des esquisses témoignant du quotidien des camps de concentration. En effet, au cours de leurs déportations, Léon Delarbre à Auschwitz, Henri Gayot au camp de Natzweiler-Struthof et Bernard Aldebert à Mauthausen, ont clandestinement dessiné et réussi à dissimuler leurs œuvres, faisant preuve d'un courage exemplaire, puisqu'il est rigoureusement interdit aux détenus de représenter la réalité des camps nazis.

 

Aujourd'hui, ces dessins exposés offrent une vision saisissante de la brutalité qui a régné dans l'univers concentrationnaire né dans les premiers mois qui suivent l'arrivée au pouvoir d'Adolph Hitler en 1933. Ils nous invitent à ne pas oublier cette période de l'histoire où presque tout un peuple, réputé être l'un des plus civilisés, a plongé dans une barbarie abominable faisant subir toutes sortes de supplices aux résistants, aux opposants, aux juifs, aux tsiganes, aux homosexuels, etc.

 

 

 

Cette exposition, dont l'entrée est gratuite, permettra aux élèves et aux enseignants de découvrir des formes de résistances artistiques et littéraires méconnues et d'accomplir un travail de mémoire.

 

 

Informations pratiques

 

Centre Régional d’Histoire de la Résistance et de la Déportation de Castelnau-le-Lez


1, place de la Liberté  -  34170 Castelnau-le-Lez


Courriel : crhrd@cegetel.net


Téléphone : 04 67 14 27 45

 

 

Horaires :
Lundi, mardi, jeudi, vendredi : 9h-12h / 13h-17h
Mercredi : 9h-12h30 / 13h30-17h

 

Entrée gratuite.

 

 

Vous trouverez le communiqué de presse et plus d’informations sur le site de l’académie de Montpellier (lien ci-dessous)

 

Comme chaque, notre site internet met à disposition des élèves et des enseignants de nombreuses brochures pédagogiques d'aide à la préparation du concours.

 

http://www.unadif.fr/documents-pedagogiques

 

 

 

Vous trouverez, également, en page d'accueil de notre site internet, les informations sur les expositions liées au CNRD 2015-2016

 

http://www.unadif.fr

 

 

 

 

Le général Véran Cambon de Lavalette, fondateur et président du Centre Régional d’Histoire de la Résistance et de la Déportation (CRHRD) de Castelnau-le-Lez

 

(Lien ci-dessous, nécrologie de janvier 2014)

Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans C N R D
commenter cet article
29 février 2016 1 29 /02 /février /2016 06:00

L'INFO n° 939

 

 

Reinhold Hanning, ancien garde d'Auschwitz jugé en Allemagne à 94 ans, a écouté hier en silence le récit d'un rescapé du camp au premier jour de son procès, sans s'exprimer sur son propre rôle dans la Shoah.

Reinhold Hanning, ancien garde du camp d'Auschwitz (photo AFP)

Reinhold Hanning, ancien garde du camp d'Auschwitz (photo AFP)

« Nous avons presque le même âge. Nous ferons bientôt face à nos derniers juges », lui a lancé Léon Schwarzbaum, 95 ans, l'exhortant à expliquer pourquoi 35 membres de sa famille « et des millions de Juifs, de Roms et d'autres » ont été exterminés par les nazis.

 

Jugé pour « complicité » dans le meurtre de 170 000 personnes entre janvier 1943 et juin 1944, l'accusé est entré à petits pas dans une vaste salle de Detmold (Ouest), où le procès a été délocalisé en raison de l'affluence médiatique et de la présence d'une quarantaine de parties civiles venues des États-Unis, du Canada ou d'Israël.

 

Scruté par plus de 200 personnes, M. Hanning a laissé ses deux avocats décliner son état civil, et n'a pas dévié le regard de la table installée devant lui.

 

Il compte « écouter les témoins » avant de décider s'il prend la parole, a expliqué sa défense.

 

L'une des figures de proue du négationnisme allemand, Ursula Haverbeck, 87 ans, a tenté d'assister au procès. Prise à partie par plusieurs membres du public, elle a été éloignée par la police.

 

Reinhold Hanning, dont l'état de santé ne permet que deux heures d'audience par jour, encourt 3 à 15 ans de prison, un risque essentiellement théorique vu son âge. Parquet et parties civiles attendent surtout une condamnation de principe, martelant qu'il faut poursuivre « jusqu'au bout » les criminels nazis.

 

Il est le troisième accusé d'une vague de procédures entamées en 2011.

 

Le parquet ne reproche à Reinhold Hanning aucun geste criminel précis mais l'accuse d'avoir été l'un des « rouages » de l'extermination. À la différence des précédents procès, l'accusation ne se limite plus aux meurtres dans les chambres à gaz, mais englobe les exécutions sommaires et « l'extermination par les conditions de vie ».

 

 

 

 

Moins de 50 SS condamnés sur les 6 500 qui ont survécu

 

Avec ces ultimes procès, il s'agit de rattraper « les manquements de la justice allemande », rappelait Christoph Heubner, vice-président du Comité International Auschwitz. Sur les 6 500 SS du camp qui ont survécu à la guerre, moins de 50 ont été condamnés, dans un climat longtemps marqué en Allemagne par l'envie de tourner la page, et l'influence des anciens nazis.

 

Léon Schwarzbaum, déporté à 22 ans depuis le ghetto polonais de Bendzin, à 50 kilomètres d'Auschwitz, a décrit la faim, la soif, le labeur épuisant et surtout la terreur constante de mourir, alimentée par les exécutions régulières, les candidats à l'évasion tués par les chiens et laissés en évidence, et la vision des convois partant pour les chambres à gaz.

 

« J'en rêve encore souvent », a confié cet ancien antiquaire, né à Hambourg et venu vivre à Berlin après guerre. Malgré l'invasion de la Pologne par le Reich, a-t-il expliqué, sa famille n'a pas perçu d'emblée la menace parce que son père voyait les Allemands « comme des poètes et des philosophes ».

 

 

 

Source : La Dépêche du Midi – Vendredi 12 février 2016

Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans Histoire
commenter cet article
27 février 2016 6 27 /02 /février /2016 06:00

L'INFO n° 938

 

 

Prochaine conférence du samedi au Mémorial Leclerc-Musée Jean Moulin

 

FLORENCE CONRAD, ROCHAMBELLE : LES FEMMES DANS LA DIVISION LECLERC

 

 

 

Florence Conrad, Rochambelle : les femmes dans la Division Leclerc

 

Rochambelle est le nom donné aux conductrices ambulancières de l'unité Rochambeau qui faisait partie de la 2e division blindée (2e DB) du Général Philippe Leclerc pendant la Seconde Guerre mondiale.

 

En 1940, Florence Conrad, une américaine francophile qui vivait en France et avait déjà participé à des actions sociales et sanitaires pendant la Première Guerre mondiale puis au début de la Seconde Guerre mondiale sur la ligne Maginot, retourne à New York, y rassemble des fonds et achète dix-neuf ambulances neuves.


Elle recrute quatorze femmes françaises vivant à New York, dont Suzanne Torrès (future épouse de Jacques Massu), qui sera son lieutenant, et crée une unité sanitaire qui prend le nom d'unité Rochambeau.

 

 

Le groupe arrive au Maroc à Rabat en septembre 1943, s'installe à bord d'une péniche sur le Bouregreg. 25 nouvelles jeunes femmes, françaises pour la plupart, s'engagent.

 

D'autres Rochambelles s'engageront aussi en Angleterre ou en France. Certaines d'entre elles poursuivront leur engagement jusqu'en Indochine. Au total, une soixantaine de femmes furent des Rochambelles.

 

 

Les Rochambelles sont intégrées à la 2e division blindée (1re compagnie médicale du 13e bataillon médical). Elles rejoignent l'Angleterre par convoi sur le paquebot Capetown Castle entre le 20 mai et le 31 mai 1944, débarquent en Normandie à Utah Beach dans la nuit du 4 au 5 août 1944, participent à la campagne de Normandie, à la Libération de Paris le 25 août 1944, effectuent les campagnes de Lorraine et d'Alsace et vont jusqu'en Allemagne.

 

 

Samedi 5 mars 2016 à 10 heures

Sur réservation au 01 40 64 39 44 ou 01 40 64 39 52

ou par courriel :   cecile.cousseau@paris.fr

 

Lieu : Mémorial Leclerc - salle "Libération de Paris"
23, allée de la 2ème DB - 75015 Paris

Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans actualité colloque
commenter cet article
25 février 2016 4 25 /02 /février /2016 06:00
Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans C N R D
commenter cet article
23 février 2016 2 23 /02 /février /2016 07:00

L'INFO n° 936

 

 

Le 18 juin 1940, le Général de Gaulle émettait un discours depuis Londres appelant les Français à résister contre l’occupant allemand.

 

Replongez au coeur de cet acte historique à travers une web-série de 14 épisodes intitulée :

 

« La véritable histoire du 18 juin 1940 »

 

 

(lien sous l'image)

La véritable histoire du 18 juin 1940
Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans Histoire
commenter cet article
21 février 2016 7 21 /02 /février /2016 08:00

L'INFO n° 935

 

 

Les collégiens et lycéens lauréats du Concours national de la Résistance et de la Déportation, pour l’année scolaire 2014-2015, ont reçu leurs Prix nationaux, le mardi 2 février 2016 à l’Hôtel national des Invalides.

 

 

L’édition 2014-2015 du concours dont le palmarès a été établi en septembre 2015 avait pour thème

 

"La libération des camps nazis, le retour des déportés

et la découverte de l’univers concentrationnaire"

 


 

 

 

 

photo D.R. MinDef Jacques Robert

photo D.R. MinDef Jacques Robert

 

Les élèves ont été récompensés lors de cette cérémonie à Paris, en présence de Thierry Mandon, secrétaire d'État à l'Enseignement supérieur et à la Recherche ; de Jean-Marc Todeschini, secrétaire d'État à la Défense, chargé des Anciens Combattants et de la Mémoire ; de Joëlle Dusseau, présidente du jury national du CNRD.

 

 

L'UNADIF et la FNDIR renouvellent leurs plus sincères félicitations à tous les jeunes lauréats, ainsi qu'à leurs enseignants et leur rappellent, que, comme chaque année, de nombreuses brochures d'aide à la préparation du CNRD sont à leur disposition sur le site internet de l'UNADIF-FNDIR  :   Cliquez ICI

 

Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans C N R D
commenter cet article
19 février 2016 5 19 /02 /février /2016 06:00

L'INFO n° 934

 

 

 

La bataille de Verdun eut lieu du 21 février au 19 décembre 1916.

 

Elle fit plus de 700 000 victimes françaises et allemandes, morts, disparus ou blessés.

Centenaire de la bataille de Verdun
Centenaire de la bataille de Verdun

 

Dimanche 21 février 2016, jour-anniversaire du centenaire du début de la bataille, le mémorial réouvre ses portes, après plus de deux années de travaux d'agrandissement et de rénovation.

 

 

 

Consultez le communiqué de presse, en savoir +

 

 

A NE PAS RATER !

 

Soirée spéciale "Apocalypse Verdun" sur France 2

 

Dimanche 21 février, à partir de 20h50

 

 

 

En savoir +

Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans Histoire
commenter cet article