Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : UNADIF MEDIAS
  • UNADIF MEDIAS
  • : Pour être informé de l'actualité UNADIF-FNDIR, de l'actualité des ADIF départementales. Pour être informé de l'actualité mémorielle, évènements, cérémonies, expositions, conférences, livres, films, pages d'Histoire ...
  • Contact

  

 

 

 

a2

 

  sur le BLOG MEDIAS

de l'Union Nationale

des Associations de Déportés,

Internés et Familles de Disparus

logo unadifndir grd taille 

et de la Fédération Nationale

des Déportés et Internés

de la Résistance

  

UNADIF - FNDIR

 Triangle rouge

compteur

 

 

__

 

Ici Londres ! Les français parlent aux français !

 

__

 

 

UNADIF est aussi sur

logo-facebook-circulaire.png

Derniers Articles Publies

  • Libération de Nancy et de Pont-à-Mousson
    L'INFO n° 1 139 UNADIF-FNDIR de la Meurthe-et-Moselle UNADIF-FNDIR 54 Samedi 16 septembre a eu lieu la commémoration du 73ème anniversaire de la libération de NANCY à la Petite-Malpierre sur le territoire de la commune de CHAMPIGNEULLES orchestrée par...
  • Concours de la Résistance et de la Déportation : une flamme qui ne doit pas s’éteindre
    L'INFO n° 1 138 UNADIF-FNDIR de la Meuse UNADIF-FNDIR 55 Concours de la Résistance et de la Déportation : une flamme qui ne doit pas s’éteindre Et qui ne s’éteindra pas, pour paraphraser le Général de Gaulle. Grâce au concours national de la résistance...
  • 73ème anniversaire de la Libération
    L'INFO n° 1 137 ADIF-FNDIR de l'Oise UNADIF-FNDIR 60 COMPIEGNE Vendredi 1er septembre 2017 Un hommage appuyé a été rendu aux Résistants FFI et FFL et aux Armées alliées, un étudiant-ingénieur de l'Université de Technologie de Compiègne a rédigé un magnifique...
  • Journée Tous Unis pour la Cité
    L'INFO n° 1 136 ADIF-FNDIR de l'Oise UNADIF-FNDIR 60 COMPIEGNE La 5ème édition de la journée TUC : Tous Unis pour la Cité aura lieu demain Mercredi 6 Septembre 2017 à Compiègne. Une journée sous le signe de l'engagement social et citoyen pour lycéens...
  • Cérémonie du Souvenir
    L'INFO n° 1 135 ADIF-FNDIR de l'Oise UNADIF-FNDIR 60 Forêt de Compiègne, La Faisanderie Samedi 26 août 20I7 Un immense merci à toutes les personnes présentes ayant répondu à l'invitation de notre association UNADIF-FNDIR de l'Oise ADIF de l'OISE et des...
  • Stèle du Dernier Train
    L'INFO n° 1 134 ADIF-FNDIR de l'Oise UNADIF-FNDIR 60 COMPIEGNE Dimanche 20 août 2017 Belle et émouvante cérémonie, où une nombreuse assistance était présente. Chaque année, les familles de Déportés de ce convoi, venues de toutes les régions de France,...
  • Germaine Latasse, Déportée-Résistante, fête ses 105 ans
    L'INFO n° 1 133 " Avant de débuter la trêve estivale pour les publications sur notre blog UNADIF MEDIAS , sur notre site www.unadif.fr et notre page facebook UNADIF , terminons par cet article consacré à la doyenne de nos associations. L'ensemble des...
  • ROUTE LECLERC 20I7
    L'INFO n° 1 132 L'association VIVE LA RESISTANCE présidée par notre ami Christophe Bayard nous informe du programme de la ROUTE LECLERC 20I7 « ROUTE LECLERC » 73ème anniversaire de la Libération du I0 au I9 août 20I7 L’association Vive la Résistance,...
  • Rosine Deréan, Déportée-Résistante
    L'INFO n° 1 131 ADIF-FNDIR de l'Indre-et-Loire UNADIF-FNDIR 37 Rosine Deréan fut une véritable star du cinéma des années 30. Déportée à Ravensbrück pour son engagement dans la Résistance, elle s’est retirée à Genillé. C'est un nom qui semble s'effacer...
  • Conseil représentatif des Déportés et Internés de la Résistance
    L'INFO n° 1 130 UNADIF - FNDIR Grenoble, samedi 1er juillet 2017. Conseil représentatif des Déportés et Internés de la Résistance Lors de l'Assemblée générale de nos associations, durant nos Congrès nationaux 2017, le Conseil d'administration de la FNDIR...

S'abonner à notre revue

- Vous souhaitez vous abonner à notre revue trimestrielle "Le Déporté pour la Liberté"

- Vous souhaitez acquérir nos livres, notre CD ou autre

Liste et bon de commande

http://www.unadif.fr/histoire-et-temoignages/les-publications

Commander nos ouvrages

27 mars 2016 7 27 /03 /mars /2016 06:00

L'INFO n° 952

 

 

 

ADIF-FNDIR de l'Ille-et-Vilaine (35)

 

 

Il était soigneusement plié dans une boîte. Camouflé au fond d’une armoire. Les affres du temps l’ont quelque peu abîmé, effilé. Mais il est toujours là. Résistant lui aussi. Avec ses broderies et ses lettres dorées, et flanqué de sa Croix de Lorraine rougissante.

Pierre Demalvilain et le drapeau secret de la Résistance bretonne

Pierre Demalvilain et le drapeau secret de la Résistance bretonne

 

Copie d’une pièce unique, cela fait plus de 70 ans que ce symbole de la résistance bretonne a été confectionné. Il revient aujourd’hui légitimement à Pierre Demalvilain, l’une des rares figures de la Résistance malouine encore de ce monde. Il est l’un des derniers survivants du « réseau Andréïs », du nom d’un médecin malouin, chef de ce réseau de la Résistance bretonne.

 

Le Malouin n’était qu’un gamin quand il l’a rejoint. Même pas 15 ans mais déjà l’âme d’un vrai patriote. Résistant de la première heure, dès 1941, à une époque où beaucoup de courageux étaient encore tapis dans l’ombre.

 

 

« Vous les femmes de Bretagne »

 

L’histoire de ce fameux drapeau, c’est un peu la sienne à Pierre. À 88 ans, l’esprit alerte et le regard captivant, il vous plonge dans ce passé, fait aussi d’hommes et femmes à la foi inébranlable. « Ce drapeau, ce fut une idée de Claude Andréïs, raconte Pierre. Il avait dit à son épouse : « Imagine-toi un beau drapeau tricolore avec Croix de Lorraine que vous broderiez, vous les femmes de Bretagne, et que nous ferions passer là-bas ».

« Là-bas », c’était l’Angleterre, et le QG londonien du Général de Gaulle.

 

Alors on s’activa pour que ce « témoignage fraternel et solidaire des femmes de la Résistance bretonne prenne corps ». Dans la plus stricte confidentialité, il va s’en dire. Imaginez un Allemand tombait sur ce drapeau et c’était la prison -au mieux- assurée.

 

 

La soie envoyée de Lyon

 

Première difficulté : comment trouver un joli tissu et de la soie ? Tout sauf une mince affaire en ces temps de vache maigre. Il a fallu multiplier les contacts et « beaucoup de persévérance ». La soie, finalement, arriva de Lyon. Les fils d’or qui formeraient la frange du drapeau, eux aussi, vinrent de zone libre. « Comme si, spontanément, le pays tout entier avait voulu manifester sa solidarité », écrira plus tard le docteur Andréïs.

 

De Bretagne, plus généralement, et du pays de Saint-Malo, tout spécialement, de nombreuses petites mains apportèrent leur touche, leur broderie, leur doigté dans la confection. Le drapeau désormais tissé et frappé des mots « Honneur et Patrie » arriva à Saint-Malo le 28 novembre 1942. « Il fut accueilli avec joie, admiré de tous, avant d’être béni des mains de l’abbé Liziou ».

 

 

Grâce aux services secrets belges

 

Restait néanmoins un détail à régler. Et pas des moindres. Comment faire acheminer cette œuvre malouine-bretonne de la Résistance au Chef de la France Libre ? Le beau drapeau aura droit à un sacré périple, passant par Paris avant d’être remis aux mains des Services secrets belges, qui se chargeront de lui faire traverser la Manche. Le 8 mai 1944, Radio Londres se fera l’écho de son arrivée à bon port. L’étendard était enfin entre les mains du Général de Gaulle.

 

Malheureusement, la belle histoire devait finir par souffrir d’un imprévu. « Il fut décidé que le drapeau rejoindrait le sol de France en juin 44, avec le retour du Général de Gaulle. Mais la vedette qui l’accompagnait, et portait ses bagages, sauta sur une mine… » Tel un combattant, l’étendard malouin sombra au champ d’honneur. Une copie fut heureusement réalisée et remise au docteur Andréïs, à son retour des camps de concentration.

 

 

Le dernier gardien

 

À sa mort, peu de temps après, ce fut une autre résistante malouine, Janine Leclerc, qui hérita de cette copie sacrée. Le drapeau fut brandi dans toutes les cérémonies patriotiques, puis seulement dans les grandes occasions.

 

Quelque peu oublié, il ressortit de son armoire et rejaillit dans les mémoires. Pierre Demalvilain en était devenu le dernier gardien. Après, seulement après, le drapeau de la Résistance rejoindra les pièces d’un musée.

« Mais je ne suis pas pressé de leur remettre », glissa-t-il d’un œil malicieux. Nous non plus Pierre, on préfère le voir entre vos mains.

 

Pierre Demalvilain nous a quittés en octobre 2015, à l'âge de 89 ans. Le drapeau a rejoint le musée.

 

Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans actualité ADIF
commenter cet article
25 mars 2016 5 25 /03 /mars /2016 05:30

L'INFO n° 951

 

 

 

Lundi 14 mars a  débuté  l'exposition

 

"Honneur aux Braves ! La Croix de Guerre"

 

au Service historique de la Défense (SHD) de Vincennes

Honneur aux Braves !

 

Trois visites commentées sont proposées au public :

 

Samedi 26 mars à 10h00


Samedi 9 avril à 10h00


Vendredi 22 avril à 17h00

 

 

Service historique de la Défense – Château de Vincennes – Avenue de Paris

94306 Vincennes Cedex

 

Inscription sur le site internet du SHD :
 

 

 

CROIX de GUERRE 100 ans de bravoure

Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans actualité exposition
commenter cet article
23 mars 2016 3 23 /03 /mars /2016 19:00

L'INFO n° 950

 

 

L'UNADIF-FNDIR et ses ADIF départementales

 

 

 

Attentats à Bruxelles
Attentats à Bruxelles

 

Horrifiés une nouvelle fois par les attentats meurtriers d'hier matin, nous adressons à nos amis Belges tout notre soutien et notre entière solidarité.

 

Nos pensées vont vers tous les blessés et leurs familles, nous exprimons nos condoléances très attristées aux familles de toutes ces innocentes victimes et vers le peuple Belge tout entier.

 

 

L'UNADIF-FNDIR et ses ADIF départementales

 

 

 

 

.

Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans UNADIF-FNDIR
commenter cet article
19 mars 2016 6 19 /03 /mars /2016 08:00

L'INFO n° 949

 

 

ADIF-FNDIR de l'Eure (27) et de Seine-Maritime (76)

 

 

Des lycéens et collégiens rencontrent l’ancien déporté André Biaux à Rouen

 


Mardi 23 février 2016, plus de 150 lycéens des classes de première du lycée professionnel Gustave-Flaubert de Rouen et douze élèves du collège Rousseau de Darnétal, ont répondu à l’invitation de leur camarade Solange Schneider, membre du conseil de vie lycéenne, pour une conférence sur le thème « La mémoire des anciens déportés ».

 

Âgée de 17 ans, en Bac pro gestion-administration, Solange a eu l’idée de monter ce projet « pour un intérêt éducatif. Il ne faut pas oublier tous ces meurtres. Je souhaite qu’ils apprennent et retiennent les détails de cette période terrible ». Pour ce faire, avec l’aide de son camarade Arthur Roussel et l’Union nationale des associations de déportés, internés et familles de disparus (UNADIF), la lycéenne a accueilli dans la salle polyvalente le résistant André Biaux

 Les lycéens Arthur Roussel et Solange Schneider ont accueilli André Biaux et Jean-Paul Jouachim, pour écouter leurs témoignages (photo D.R. P-N)

Les lycéens Arthur Roussel et Solange Schneider ont accueilli André Biaux et Jean-Paul Jouachim, pour écouter leurs témoignages (photo D.R. P-N)

 

Agir pour se souvenir

 

Le survivant du camp de concentration de Neuengamme en Allemagne, accompagné de Jean-Paul Jouachim, vice-président national de l’UNADIF et fils de déporté, a raconté son histoire dans un silence de cathédrale. Avec de multiples anecdotes dont celle du chien du commandant ou du commando des lapins, André Biaux, a narré sa vie de prisonnier déclenchant de temps en temps quelques signes d’intérêts des jeunes.

À 90 ans, André Biaux participe une quinzaine de fois par an à ces rencontres.


Après quelques questions, il a ponctué son intervention par des vers d’un de ces amis d’infortune : « redevenir sauvage dans une faune primaire ». Le héros qui a sauvé de nombreuses vies a conclu avec un trait d’humour : « Aujourd’hui, le camp est visitable. Par contre, je ne sais pas si l’entrée est gratuite. J’y suis allé, mais je n’ai pas payé ».

 

Une intervention auprès des jeunes pour transmettre des valeurs républicaines et de liberté. Un devoir de mémoire porté par les plus jeunes.

 

 

 

Source : Paris-Normandie

Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans actualité ADIF
commenter cet article
17 mars 2016 4 17 /03 /mars /2016 05:00

L'INFO n° 948

 

 

Ancien avocat au barreau de Versailles, François Cartigny a l’élégance de la France d’antan qui porte blazer bleu marine à boutons dorés et termine ses correspondances par « Votre dévoué ».

L’homme écrit. Beaucoup. Enormément. Ses courriers, documentés et précis, envoyés à l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG), l’aident à accomplir sa « Mission » – avec un grand M, insiste-t-il : honorer la mémoire des martyrs oubliés de la Résistance et de la Déportation.

 

 Croquis réalisé par le capitaine G. H. Pauwels emprisonné et torturé dans les géoles japonaises en 1945 (D.R.)

Croquis réalisé par le capitaine G. H. Pauwels emprisonné et torturé dans les géoles japonaises en 1945 (D.R.)

 

Le septuagénaire vient de remporter une victoire historique : deux soldats de l’infanterie coloniale, les Martiniquais Agnès-Albert Aly et Onésime Vernes, ont obtenu de la France, à titre posthume, la mention « Mort en déportation ».

Leurs noms figurent au Journal officiel du 7 février. Ce sont les premiers à recevoir cet honneur national en étant décédés non pas dans un camp nazi, mais dans un camp japonais en Indochine, en 1945.

« Il devrait y en avoir bientôt beaucoup d’autres, convient Daniel Arnaud, chef du département reconnaissance et réparation à l’ONACVG. Même si cela n’est spécifié dans aucun document, l’esprit de la loi Badinter du 15 mai 1985 qui a instauré cette dignité visait les hommes, les femmes et les enfants déportés sur le sol européen. Nos services ont d’abord et surtout porté leurs efforts sur eux. »

 

 

La comptabilité inachevée de cette barbarie ignoble – on estime à 150 000 environ le nombre de personnes envoyées dans les camps à partir de la France et à 125 000 ceux qui y périrent.

 

 

 

Article de Marie-Béatrice BAUDET (Antibes (Alpes-Maritimes), Escassefort (Lot-et-Garonne), envoyée spéciale)

 

Source  :  http://www.lemonde.fr/societe/article/2016/03/11/deportes-d-indochine-70-ans-d-oubli_4880927_3224.html

Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans Histoire
commenter cet article
15 mars 2016 2 15 /03 /mars /2016 11:30

L'INFO n° 947

 

 

ADIF-FNDIR de l'Oise (60)

 

 

Conférence

 

« Contexte et enjeux du statut des internés civils dans le droit international »

Les Internés civils dans le droit international

 

Conférence menée par Tiphaine Dupuy de Méry - maître en histoire -, cette conférence est réalisée dans le cadre de l’exposition temporaire actuellement visible au Mémorial

 

« Les Internés oubliés, les Américains du camp B de Royallieu ».

 


Cette conférence  nous permettra d’aborder la question du statut des victimes civiles des guerres dans le droit international à travers le cas très particulier des internés civils américains emprisonnés à Compiègne de 1941 à 1944 et qui ont pu bénéficié d’un statut privilégié grâce à une institution genevoise.

 

Quelle est cette institution ?

 

Ces internés américains ont-ils, de par leur existence, engendré une évolution du droit international ?

 

Avaient-ils un statut juridique au moment de leur internement ?

 

 

 

 Conférence, ce samedi 19 mars à 15 heures au Mémorial de l’Internement et de la Déportation du camp de Compiègne-Royallieu

 

Avenue des Martyrs de la Liberté - 60200 Compiègne

Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans actualité colloque
commenter cet article
13 mars 2016 7 13 /03 /mars /2016 16:00

L'INFO n° 946

 

 

Des actes odieux ont été commis ce week-end à Rive-de-Gier (Loire)

 

Actes à punir avec la plus grande sévèrité !

 

On ne touche pas aux Monuments aux Morts pour la France !

 

On les respecte au plus haut point !

 

 

 

Profanation de Monuments aux Morts pour la France
Profanation de Monuments aux Morts pour la France

 

EN SAVOIR +

 

Liens ci-dessous

 

Communiqué de presse de Monsieur le Maire de Rive-de-Gier.

 


Profanation du Monument aux morts le12/03/2016



Monsieur le Maire de Rive-de-Gier, Jean Claude CHARVIN crie sa colère, indigné de voir, le monument aux morts profané, souillé d’huile, d’essence et de peinture.


Comment peut-on être aussi irrespectueux vis-à-vis des femmes et des hommes de notre commune qui ont donné leur vie pour la FRANCE, pour notre NATION ?


C’est tout simplement inadmissible.


Aussi pour dénoncer des écrits faisant l’apologie du terrorisme, emprunt de haine ; mais également pour rendre hommage à nos PERES. Il propose que chacun d’entre nous, habitants de Rive-de-Gier ou non, accompagnés des associations patriotiques se rassemblement :


LUNDI 14 MARS à 18h30 face à ce monument sur la place du Général Valluy.

Profanation de Monuments aux Morts pour la France
Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans Histoire
commenter cet article
12 mars 2016 6 12 /03 /mars /2016 05:30

L'INFO n° 945

 

 

Il y a 137 ans aujourd'hui,

 

le 12 mars 1879 naissait Charles Delestraint

 

Le général Charles Delestraint. Image : ministère de la Défense/DMPA

Le général Charles Delestraint. Image : ministère de la Défense/DMPA

Charles Delestraint est né à Biache-Saint-Vaast (Pas-de-Calais), le 12 mars 1879. Il est issu d'une famille modeste du Nord, qui a souffert de l'invasion allemande de 1870. Le jeune Charles est élevé dans le respect de la patrie et de l'armée. Il veut devenir soldat. Travailleur et intelligent, il accède à Saint-Cyr en 1887. Mais à la suite d'une blessure, il perd une année et n'en sort qu'en octobre 1900. Il sert alors dans les chasseurs à pied.

 

Capitaine en 1913, il est admis à l'École de guerre quelques mois avant la déclaration de la guerre de 1914. Le 25 août, à la tête de sa compagnie, il réussit une action d'éclat, une surprise, qui interdit momentanément à une division saxonne la traversée de la Meuse. Cependant, le 30 août, le capitaine Delestraint tombe avec sa compagnie dans une embuscade. Il est fait prisonnier et y reste jusqu'à fin 1918. Ce sera sa première captivité en Allemagne.

 

 

EN SAVOIR +

Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans Histoire
commenter cet article
8 mars 2016 2 08 /03 /mars /2016 05:00

L'INFO n° 944

 

 

ADIF-FNDIR de l'Oise (60)

 

 

L'ADIF-FNDIR de l'Oise est partie active et partenaire de TUC-UTC depuis la première édition qui eut lieu en 2013

 

 

 

L’intégration citoyenne des étudiants de Compiègne primée par le ministère de la Défense

 

 

TUC 2015 primée par le ministère
TUC 2015 primée par le ministère
TUC 2015 primée par le ministère

Le Prix sera remis le 10 mars prochain par Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense.

 

 

Mais les bénévoles de l’association Tous Unis pour la Cité (TUC) qui accompagne chaque année les 2 500 nouveaux étudiants de Compiègne savent d’ores et déjà qu’ils vont recevoir le 2ème accessit du Prix Réserve-Jeunesse 2016.

 

Le concours récompense la journée d’intégration qui s’est déroulée le 3 septembre dernier, et notamment la promotion faite du lien armée-nation avec la présence sur le village citoyen des réservistes de la compagnie de gendarmerie de Compiègne ou des pompiers volontaires.

 

Les actions de TUC concernent aussi le devoir de mémoire avec l'ADIF-FNDIR de l'Oise, avec des visites organisées sur les sites importants de la région de Compiègne (Mémorial de l'Internement et de la Déportation du camp du Royal Lieu, Mémorial de la Clairière de l'Armistice... ). Des défis environnementaux sont aussi proposés aux étudiants.

 

Prochaine édition, le 8 septembre prochain.

 

 

http://www.leparisien.fr/compiegne-60200/l-integration-citoyenne-des-etudiants-de-compiegne-primee-01-03-2016-5590075.php

Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans actualité ADIF
commenter cet article
6 mars 2016 7 06 /03 /mars /2016 07:30

L'INFO n° 943

 

 

Il y a 100 ans, la bataille de Verdun faisait rage.

 

 

Rendons hommage à nos grands-parents ! A tous nos "Poilus" !

 

 

 

 

Il y a 100 ans, Verdun...
Il y a 100 ans, Verdun...

 

Pierre Recobre est né le 25 novembre 1889 à Labouygue - Marcolès dans le Cantal et est décédé dans le même Cantal à Aurillac le 30 octobre 1983.

 

Pierre Recobre fut le personnage le plus représentatif de l’Ancien Combattant de la Première Guerre mondiale.

 

Toujours présent aux défilés commémoratifs avec sa capote bleue horizon du 339ème Régiment d’Infanterie, ses décorations, sa fière moustache.

 

Il fit son service militaire au 139e R.I. (1910-1912) puis il fut mobilisé durant toute la première guerre mondiale.

 

Blessé en 1915, plusieurs fois cité à l’ordre du régiment comme de la division : brancardier courageux et dévoué.

 

Le 17 mai 1918 sa troisième citation le décrit ainsi : brancardier dévoué, d’une audace allant jusqu'à la témérité.

 

Volontaire pour toutes les opérations du régiment, après 22 jours de durs engagements et l’attaque du 22 avril, il s’est encore présenté comme volontaire pour l’attaque du 2 mai où il s’est admirablement dévoué …

 

 

Il reçoit en 1928 la Croix de Guerre avec étoile d’argent ; quarante années plus tard, il reçoit la Croix de Chevalier dans l’Ordre national de la Légion d’honneur en 1968, puis l’Ordre national du Mérite (officier) sans compter d’innombrables autres décorations.

 

Il est photographié comme soldat brancardier au 339ème R.I.

 

Il personnifiait la place du premier conflit mondial dans la mémoire collective et familiale du XXème siècle.

Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans Histoire
commenter cet article