Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : UNADIF MEDIAS
  • UNADIF MEDIAS
  • : Pour être informé de l'actualité UNADIF-FNDIR, de l'actualité des ADIF départementales. Pour être informé de l'actualité mémorielle, évènements, cérémonies, expositions, conférences, livres, films, pages d'Histoire ...
  • Contact

  

 

 

 

a2

 

  sur le BLOG MEDIAS

de l'Union Nationale

des Associations de Déportés,

Internés et Familles de Disparus

logo unadifndir grd taille 

et de la Fédération Nationale

des Déportés et Internés

de la Résistance

  

UNADIF - FNDIR

 Triangle rouge

compteur

 

 

__

 

Ici Londres ! Les français parlent aux français !

 

__

 

 

UNADIF est aussi sur

logo-facebook-circulaire.png

Derniers Articles Publies

  • Libération de Nancy et de Pont-à-Mousson
    L'INFO n° 1 139 UNADIF-FNDIR de la Meurthe-et-Moselle UNADIF-FNDIR 54 Samedi 16 septembre a eu lieu la commémoration du 73ème anniversaire de la libération de NANCY à la Petite-Malpierre sur le territoire de la commune de CHAMPIGNEULLES orchestrée par...
  • Concours de la Résistance et de la Déportation : une flamme qui ne doit pas s’éteindre
    L'INFO n° 1 138 UNADIF-FNDIR de la Meuse UNADIF-FNDIR 55 Concours de la Résistance et de la Déportation : une flamme qui ne doit pas s’éteindre Et qui ne s’éteindra pas, pour paraphraser le Général de Gaulle. Grâce au concours national de la résistance...
  • 73ème anniversaire de la Libération
    L'INFO n° 1 137 ADIF-FNDIR de l'Oise UNADIF-FNDIR 60 COMPIEGNE Vendredi 1er septembre 2017 Un hommage appuyé a été rendu aux Résistants FFI et FFL et aux Armées alliées, un étudiant-ingénieur de l'Université de Technologie de Compiègne a rédigé un magnifique...
  • Journée Tous Unis pour la Cité
    L'INFO n° 1 136 ADIF-FNDIR de l'Oise UNADIF-FNDIR 60 COMPIEGNE La 5ème édition de la journée TUC : Tous Unis pour la Cité aura lieu demain Mercredi 6 Septembre 2017 à Compiègne. Une journée sous le signe de l'engagement social et citoyen pour lycéens...
  • Cérémonie du Souvenir
    L'INFO n° 1 135 ADIF-FNDIR de l'Oise UNADIF-FNDIR 60 Forêt de Compiègne, La Faisanderie Samedi 26 août 20I7 Un immense merci à toutes les personnes présentes ayant répondu à l'invitation de notre association UNADIF-FNDIR de l'Oise ADIF de l'OISE et des...
  • Stèle du Dernier Train
    L'INFO n° 1 134 ADIF-FNDIR de l'Oise UNADIF-FNDIR 60 COMPIEGNE Dimanche 20 août 2017 Belle et émouvante cérémonie, où une nombreuse assistance était présente. Chaque année, les familles de Déportés de ce convoi, venues de toutes les régions de France,...
  • Germaine Latasse, Déportée-Résistante, fête ses 105 ans
    L'INFO n° 1 133 " Avant de débuter la trêve estivale pour les publications sur notre blog UNADIF MEDIAS , sur notre site www.unadif.fr et notre page facebook UNADIF , terminons par cet article consacré à la doyenne de nos associations. L'ensemble des...
  • ROUTE LECLERC 20I7
    L'INFO n° 1 132 L'association VIVE LA RESISTANCE présidée par notre ami Christophe Bayard nous informe du programme de la ROUTE LECLERC 20I7 « ROUTE LECLERC » 73ème anniversaire de la Libération du I0 au I9 août 20I7 L’association Vive la Résistance,...
  • Rosine Deréan, Déportée-Résistante
    L'INFO n° 1 131 ADIF-FNDIR de l'Indre-et-Loire UNADIF-FNDIR 37 Rosine Deréan fut une véritable star du cinéma des années 30. Déportée à Ravensbrück pour son engagement dans la Résistance, elle s’est retirée à Genillé. C'est un nom qui semble s'effacer...
  • Conseil représentatif des Déportés et Internés de la Résistance
    L'INFO n° 1 130 UNADIF - FNDIR Grenoble, samedi 1er juillet 2017. Conseil représentatif des Déportés et Internés de la Résistance Lors de l'Assemblée générale de nos associations, durant nos Congrès nationaux 2017, le Conseil d'administration de la FNDIR...

S'abonner à notre revue

- Vous souhaitez vous abonner à notre revue trimestrielle "Le Déporté pour la Liberté"

- Vous souhaitez acquérir nos livres, notre CD ou autre

Liste et bon de commande

http://www.unadif.fr/histoire-et-temoignages/les-publications

Commander nos ouvrages

5 août 2015 3 05 /08 /août /2015 08:00

L'INFO n° 852

 

 

N'OUBLIONS PAS !

71ème anniversaire

 

 

Le 25 juillet 1944, les soldats allemands détruisent et incendient une centaine de maisons à La Chapelle-en-Vercors (26).

 

La population est alors divisée en deux groupes, l'un rassemblant les jeunes hommes, l'autre les hommes plus âgés, les femmes et les enfants. Ces derniers sont alors enfermés dans l'école.

 

Le soir même, les allemands fusillent au hasard 16 jeunes hommes dans la cour de la ferme Albert qu'ils incendient aussi. Ils dégoupilleront ensuite des grenades sur les cadavres sans aucune autre raison que la barbarie.

 

Pour évoquer cet évènement, une stèle en verre a été installée dans la cour de l'ancienne ferme, un espace muséographique créé afin de retracer ces évènements tragiques, une invitation à se souvenir et se recueillir.

 

Les victimes sont :


Jean Allouard (18 ans)
Aimé Bouvet (17ans)
René Bayoud (19 ans)
Pierre Bènevène (36 ans)
Georges Borret (37 ans)
René Phabert (18 ans)
Jules Fontanabona (23 ans)
Nello Fontanabona (20 ans)
Stanislas Sitarz (38 ans)
Philippe Saint André (35 ans)
Roger Revol (28 ans)
Fernand Roine (37 ans)
Maurice Rolland (17 ans)
Leopold Rolland (19 ans)
Robert Rochas (18 ans)
Paul Morin (19 ans)

La Chapelle-en-Vercors
La Chapelle-en-Vercors
Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans Histoire
commenter cet article
3 août 2015 1 03 /08 /août /2015 07:00

L'INFO n° 851

 

 

ADIF-FNDIR du Morbihan (56)

 

 

Germaine TILLION honorée dans une école primaire à PLUNERET dans le Morbihan.

 

PLUNERET se situe à proximité immédiate d’Auray et à une quinzaine de kilomètres de Plouhinec. Et c’est dans ce dernier bourg situé au bord de l’océan que Germaine TILLION a vécu pendant presque quarante ans, une bonne partie de l’année.

 

L’école publique primaire éponyme de Pluneret honore Germaine TILLION. Dans le Morbihan, une seule école porte son nom.

 

Le jour de son entrée au Panthéon, un tableau retraçant la vie et l’action de cette ethnologue résistante et déportée, réalisé à l’initiative de M. Arnaud BAYEUX directeur de l’ONAC-VG du Morbihan, a été inauguré le 27 mai 2015. 

 

Le directeur d’école M. Thierry GUYARD a expliqué le travail pédagogique effectué par son équipe auprès des élèves. Madame l’inspectrice d’académie a félicité le directeur et les professeurs. Monsieur le sous-préfet de Lorient  a prodigué quelques conseils aux écoliers, félicité encore toute l’équipe pédagogique de l’école Germaine TILLION.

 

Le tableau a été dévoilé par le sous-préfet de Lorient, l’inspectrice d’académie, le directeur de l’ONAC-VG, le maire de Pluneret et le directeur de l’école.

 

Le drapeau de l’ADIF-FNDIR du Morbihan représentait les anciens déportés.

 

Les enfants rangés par carré et revêtus de polos bleu, blanc et rouge suivant les trois couleurs du drapeau français ont chanté les trois premiers couplets de la Marseillaise et sont retournés en bon ordre à leurs occupations après la cérémonie.

Germaine Tillion honorée à Pluneret
Germaine Tillion honorée à Pluneret
Germaine Tillion honorée à Pluneret
Germaine Tillion honorée à Pluneret
Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans actualité ADIF
commenter cet article
1 août 2015 6 01 /08 /août /2015 08:00

L'INFO n° 850

 

 

N'OUBLIONS PAS !

75ème anniversaire

Les Oubliés du Meknès

À la mémoire des 420 marins qui périrent dans le torpillage du paquebot Meknès le 24 juillet 1940.

Le 20 juillet 1940, l’Amirauté Britannique fait savoir au commandant du Meknès, que son paquebot était prévu avec d’autres pour assurer le rapatriement de marins de l’Etat Français, se trouvant en Angleterre et les conduire en France.

Le mercredi 24 juillet, le Meknès commandé par le Capitaine au long cours Dubroc – appareille en fin d’après-midi, de Southampton en Angleterre, sans escorte, à destination de Marseille, avec plus de 1 300 marins français dont 102 appartenaient à l’équipage, 99 officiers et 1 080 marins qui étaient tous personnel de la Marine Nationale.

La France ayant capitulé en juin, ces hommes qui n’avaient pas voulu demeurer en Grande-Bretagne étaient rapatriés dans leurs familles. Le Meknès naviguait avec ses feux de position allumés et brillamment éclairé, ce qui rendait ainsi impossible toute méprise quant à sa nationalité. Vers 22h30, alors qu’il se trouvait au large de Portland, il fut intercepté par la vedette allemande S-27, Oblt Klug, qui ouvrit le feu à la mitrailleuse sur le paquebot. Le commandant fit alors stopper son navire et signala clairement son nom et sa nationalité, dans l’attente d’une explication de la part des Allemands mais en guise de réponse, il reçut une torpille et coula en dix minutes.

Parmi les hommes présents à bord du paquebot, 420 furent tués ou portés disparus. Près de 900 rescapés furent récupérés par des navires Anglais qui prirent la direction de Portsmouth pour les débarquer. Les cadavres du naufrage du Meknès furent retrouvés au pied des falaises de la côte normande en août et septembre 1940. Du Havre (76) à Ault (80), ils furent inhumés dans les sépultures communales, puis en 1948, repris par les familles ou inhumés dans les cimetières militaires.

Les Oubliés du Meknès
Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans Histoire
commenter cet article
30 juillet 2015 4 30 /07 /juillet /2015 05:00

L'INFO n° 849

 

 

ADIF-FNDIR du Territoire de Belfort (90)

 

Jean-Pierre BORGO, membre du Bureau national de l'UNADIF et président de l'ADIF-FNDIR 90, a créé un groupe « Jeunesse et Relayeurs » chargé de prendre le témoin de la mémoire et de le transmettre ».

 

Deux Drapeaux ADIF-FNDIR ont été confectionnés, portant les mentions :

« La Mémoire a un avenir » et « Jeunesse et Relayeurs ».

 

Ces Drapeaux sont portés, lors des cérémonies patriotiques, par deux jeunes, membres du conseil municipal des adolescents : Mathis BOURGEOIS et Chemseddine BAÏDAR.

 

Sincères félicitations à ces jeunes relayeurs, très impliqués dans la mémoire de la Résistance et de la Déportation.

 

Les Jeunes "relais de la mémoire"
Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans actualité ADIF
commenter cet article
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 10:00

L'INFO n° 848

 

 

IL Y A  71 ANS

 

 

Le 27 juillet 1944, cinq résistants détenus à la prison Montluc sont exécutés place Bellecour à Lyon.

La statue du Veilleur de pierre se dresse à l'endroit de l'explosion d'une bombe posée par la résistance lyonnaise le 26 juillet 1944 et où des résistants furent fusillés le lendemain en conséquence.

Le café qui s'y trouvait alors, le « Moulin à Vent », était fréquenté par des officiers allemands et des membres de la Gestapo. L’explosion ne fait aucune victime, mais déclenche la vengeance immédiate des Allemands.

LE VEILLEUR DE PIERRE, place Bellecour à Lyon

LE VEILLEUR DE PIERRE, place Bellecour à Lyon

Le mémorial a été réalisé par l’architecte Louis Thomas et le sculpteur Salendre. On y lit le nom des cinq résistants fusillés ainsi que les lieux de massacres commis dans le Rhône pendant la Deuxième Guerre mondiale, ainsi que la mention :

« Passant, va dire au monde qu'ils sont morts pour la liberté ».

 

Outre Albert Chambonnet (Didier) et Gilbert Dru, le groupe était composé de :
René Bernard, né le 3 octobre 1904 à Malakoff, militant communiste, arrêté le 22 juillet 1944 ;
Léon Pfeffer, né le 12 octobre 1922 à Nancy, militant communiste ;
Francis Chirat, né le 7 août 1916 à Villeurbanne, militant catholique.

 

Albert Chambonnet, alias Didier, né le 4 octobre 1903 à Bessèges et mort exécuté par la Gestapo le 27 juillet 1944 à Lyon, Officier de carrière dans l'armée de l'air, il reste dans l'Armée de Vichy après l'armistice tout en participant activement à la résistance. En 1942, il est chef d'état-major régional de l’Armée secrète à Bron.
En octobre 1943, sous le pseudonyme de Didier, il devient le chef régional de l'Armée secrète ; en janvier 1944 il devient le chef régional des Forces françaises de l'intérieur pour la Région R1. Le 10 juin 1944, il est arrêté place des Terreaux à Lyon et remis à la Gestapo. Albert Chambonnet est compagnon de la Libération. Il est inhumé au cimetière du Val d'Enfer à Cerdon (01).

 

Gilbert Dru est un résistant français et militant chrétien, né le 2 mars 1920 à Viols-le-Fort et mort à Lyon le 27 juillet 1944.
Ancien élève du lycée Saint-Marc, responsable de la Jeunesse étudiante chrétienne, Gilbert Dru refuse la défaite face à l'Allemagne nazie et participe au mouvement de résistance spirituelle et organise, avec Maurice-René Simonnet, la Résistance dans les milieux de la jeunesse chrétienne.

Il rédige au cours de l'été 1943 un Projet d'introduction à une action révolutionnaires des jeunes français. Il propose de fonder un Mouvement républicain de libération regroupant la « mystique des droits de l'homme et la mystique démocrate et d'inspiration chrétienne ». Il obtient l'accord d'André Colin et Maurice-René Simonnet, président et secrétaire général de l'ACJF, puis à Paris, celui de Marc Sangnier, Francisque Gay et Georges Bidault. Ce projet marque de façon profonde l'établissement du futur Mouvement républicain populaire.


Après son arrestation le 17 juillet 1944, il est exécuté par la Gestapo, place Bellecour à Lyon, le 27 juillet 1944, à l'âge de 23 ans, avec quatre autres résistants, dont Albert Chambonnet.


Louis Aragon lui a dédié, avec trois autres résistants (Gabriel Péri, Honoré d'Estienne d'Orves et Guy Môquet, soit deux chrétiens et deux communistes), son poème La Rose et le Réséda, qui contient en refrain les célèbres vers « Celui qui croyait au Ciel / Celui qui n'y croyait pas ».

Cinq résistants sont exécutés place Bellecour à Lyon
Cinq résistants sont exécutés place Bellecour à Lyon
Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans actualité cérémonie
commenter cet article
26 juillet 2015 7 26 /07 /juillet /2015 15:00

L'INFO n° 847

 

 

 

Journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l'Etat Français et d'hommage aux "Justes" de France

Dimanche 19 juillet dernier, une très belle cérémonie a eu lieu au Mémorial de la Résistance et de la Déportation du Fort-Queuleu de Metz à l'occasion de la journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l'Etat Français et d'hommage aux "Justes" de France.

Journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l'Etat Français et d'hommage aux "Justes" de France
Journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l'Etat Français et d'hommage aux "Justes" de France

Merci et bravo aux jeunes porte-drapeaux.

Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans actualité cérémonie
commenter cet article
12 juillet 2015 7 12 /07 /juillet /2015 10:00

L'INFO n° 846

 

 

ADIF-FNDIR du Morbihan (56)

De Bubry à Neuengamme

En 2006, Robert POURCHASSE natif de Bubry dans le Morbihan, Déporté-Résistant de Neuengamme, a voulu montrer et raconter à ses proches l’enfer qu’il avait subi dans ce camp de concentration.

 

En 2012, son fils Philippe a écrit un livre pour raconter ce pélerinage du souvenir en Allemagne. Son père répond simplement aussi aux questions posées par sa petite-fille. Il évoque aussi sa vie avant son arrestation, les tortures, son passage par la prison de Rennes, les camps de Compiègne et Neuengamme.

 

Robert fait prendre conscience à sa petite-fille de la réalité des camps nazis. Et la chance qu’il a eue de s’en sortir et maintenant de témoigner devant ses enfants, petits-enfants et les élèves qu’ils rencontrent pour le Concours national de la Résistance et de la Déportation.

 

Arrêté sur dénonciation, après avoir organisé le cambriolage de la mairie pour voler des tampons officiels, Robert nous rappelle clairement quelques vérités sur les militants bretons devenus des SS impitoyables envers les résistants bretons.

 

 

Un livre qui est à mettre entre toutes les mains de nos enfants et petits-enfants !

 

 

 

Robert Pourchasse, Déporté-Résistant

Robert Pourchasse, Déporté-Résistant

 

 

ISBN :978-2-84497-236-1

Disponible chez : LIV’EDITIONS

20, rue de Portz-en-Haie
56320 LE FAOUET

Tél : 02 97 23 10 89

Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans actualité lecture
commenter cet article
9 juillet 2015 4 09 /07 /juillet /2015 05:30

L'INFO n° 845

 

 

ADIF-FNDIR de l'Oise (60)

 

 

 

Le président départemental de la FNAME, le président départemental de l'ADIF de l'Oise Gérard Bocquery, et Yves Bouvier, porte-drapeau suppléant de l'ADIF de l'Oise
Le président départemental de la FNAME, le président départemental de l'ADIF de l'Oise Gérard Bocquery, et Yves Bouvier, porte-drapeau suppléant de l'ADIF de l'Oise

Le président départemental de la FNAME, le président départemental de l'ADIF de l'Oise Gérard Bocquery, et Yves Bouvier, porte-drapeau suppléant de l'ADIF de l'Oise

L'Assemblée générale annuelle de l'ADIF-FNDIR de l'Oise aura lieu samedi 11 juillet, une cérémonie avec dépôts de gerbes aura lieu au Monument des Déportés et Internés du camp du Royal Lieu de Compiègne à 11h30.

 

Pour cette année du 70ème anniversaire de la libération des camps et de la création de la FNDIR et du 65ème anniversaire de la création de l'UNADIF*, les ADIF des trois départements de la région Picardie seront représentées, AISNE, SOMME, OISE, avec la présence de mes deux collègues, les présidentes des ADIF de l'Aisne (02) Mireille LEGRAND et de la Somme (80) Micheline MANSION. Seront également présents les représentants du Conseil départemental de l'Oise, de la Ville de Compiègne et les présidents et dirigeants d'associations patriotiques.

 

* Rappel : L'UNADIF fut créée le 3 juin 1950 à Compiègne, lors du 5ème congrès national de la FNDIR.

Photos D.R. UNADIF : La présidente de l'ADIF-FNDIR de l'Aisne, Mireille LEGRAND et le président de l'ADIF-FNDIR de l'Oise, Gérard BOCQUERY, tous deux membres du Bureau national de l'UNADIF. La présidente de l'ADIF-FNDIR de la Somme, Micheline MANSION.
Photos D.R. UNADIF : La présidente de l'ADIF-FNDIR de l'Aisne, Mireille LEGRAND et le président de l'ADIF-FNDIR de l'Oise, Gérard BOCQUERY, tous deux membres du Bureau national de l'UNADIF. La présidente de l'ADIF-FNDIR de la Somme, Micheline MANSION.

Photos D.R. UNADIF : La présidente de l'ADIF-FNDIR de l'Aisne, Mireille LEGRAND et le président de l'ADIF-FNDIR de l'Oise, Gérard BOCQUERY, tous deux membres du Bureau national de l'UNADIF. La présidente de l'ADIF-FNDIR de la Somme, Micheline MANSION.

Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans actualité ADIF
commenter cet article
7 juillet 2015 2 07 /07 /juillet /2015 06:00

L'INFO n° 844

 

 

 

 

Message destiné uniquement aux Membres du Comité de rédaction de notre revue

 

LE DEPORTE POUR LA LIBERTE

 

le deporte pour la liberte-w630

 

La prochaine réunion des membres du  Comité de Rédaction se tiendra

jeudi 9 juillet 2015 à partir de 11h30

au siège national 49, rue du Faubourg du Temple 75010 Paris

(Métro : "République" ou "Goncourt")

Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans le déporté pour la liberté
commenter cet article
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 05:00

L'INFO n° 843

 

 

Comment trois femmes déportées à Auschwitz ont réussi à sauver leur bébé

 

BIBILOTHEQUE GLOBALE - Dans un monde en mouvement qui vit au rythme des crises, le récit et la réflexion sont indispensables. Le service Etranger du JDD recense ici les livres qui traitent de l'actualité internationale. Aujourd'hui : Naître et survivre, de Wendy Holden, qui retrace le parcours de trois femmes déportées à Auschwitz et qui envers et contre tout réussirent à sauver leur bébé.

Naître et survivre

"Sind Sie schwanger, fesche Frau?". "Etes-vous enceinte, charmante dame?". "Guten Morgen hübsche Dame, Sind Sie schwanger?". "Bonjour, belle dame, êtes-vous enceinte?". Ah, il a le sens du compliment l'homme à la blouse blanche avec ses manières affables proche de la prévenance. Il arbore même un léger sourire.

 

Il sifflote en marchant d'un pas à la fois nonchalant et décidé dans les rangs de ces femmes jeunes ou moins jeunes, qui se présentent devant lui, toutes nues et le crâne rasé. Priska, Rachel et Hanka ne connaissent pas encore son nom, le reste du monde non plus. Mais la rumeur du camp leur déjà parvenu : être enceinte est une tragédie, l'homme à la blouse blanche fait des choses.

 

 

"L'Ange de la Mort"


L'homme à la blouse blanche, c'est le docteur Joseph Mengele, surnommé "L'Ange de la mort. Un scientifique qui s'est épanoui dans le camp de concentration de Auschwitz, en Pologne. Un médecin qui présente pourtant si bien. Si les autres affichent des bottes crottées, les siennes en revanche sont impeccablement cirées, l'uniforme étincelant, la mine fraîche et rasée de près. Une seule chose le trahit : ses yeux. Froids comme la banquise. Les trois jeunes femmes qui ne se connaissent pas, le sentiront tout de suite.

 

Instinctivement, elles ont compris qu' il leur faut dissimuler leur état de grossesse. "Elles ignorent qu'un coup de gant vers la droite signifie la vie, tandis qu'un coup à gauche les condamne à mort". Mais elles en sont convaincues, l'homme à la blouse blanche leur veut du mal. Il traque le moindre signe de grossesse. Il pince les têtons des femmes pour s'assurer qu'elles n'ont pas de lait, donc qu'elles ne mentent pas. Le docteur Mengele hait les Juifs et ne soigne pas. Le docteur Mengele expérimente.

 

 

"Enceinte? Pas possible, je partage la même couchette"


Des expériences dont les objectifs dépassent l'entendement. Nous sommes en octobre 1944, Camp d'Auschwitz II-Birkenau. Un avant la fin de la guerre, un an avant la libération, une éternité, neuf mois de souffrance totale et absolue, neuf mois à cacher cette étincelle de vie dans leurs corps faméliques qui survit en chacune d'elle. Rachel enceinte? "Impossible, lance Bala, l'une de ses soeurs. Je le saurais, j'ai partagé la même couchette pendant des mois".

 

Enceinte Anka? Son amie lui fabrique un soutien-gorge dans un morceau de tissu afin de cacher au maximum sa poitrine alourdie par la grossesse. Enceinte Priska qui pèse à peine quarante kilos? "Oui, hurle hystérique une déportée tchèque. Tu vas toutes nous faire tuer". Et de fait, Priska a une peur panique d'être exécutée sur le champ. Mais les nazis la regardent dégoûtés et la laissent tranquille. Lorsqu'elle accouche quelques jours après avoir été démasquée, elle donne la vie à une petite "fille" pour elle, mais le "diable" aux yeux des nazis.

 

 

Les Nazis n'ont plus de gaz


Mais la grande Histoire est en marche. La défaite est à portée de canon. Les Allemands s'organisent à nouveau. Ils vident les camps et traînent avec eux dans leur fuite mortifère des milliers de prisonniers, prisonnières, dans un état de privation abyssal. Les trois jeunes femmes prématurément vieillies et officiellement enregistrées comme "Juive polonaise", "Juive slovaque" et enfin "Juive tchèque", ont marché, pris le train, seize jours dans des wagons à bestiaux à travers toute l'Europe centrale.

 

Le convoi numéro 90124 arrive enfin en gare de Mauthausen, le 29 avril 1945. Priska et sa petite Hana de dix-sept jours, Rachel et son petit Mark de neuf jours et Hanka qui n'a pas encore accouché. La vie et la mort dans le combat le plus intime qu'il soit : celui de ce que l'on porte en soi. Une lutte féroce. La force d'une mère contre la puissance dévastatrice des nazis. Le gaz vient à manquer pourtant. La marche vers la mort, de fait, décroît. Le destin est enfin du côté des trois femmes.

 

 

"Survivors"


Le titre original du livre de Wendy Holden. Parce que comment ces trois femmes ont-elles pu survivre? Comment ont-elles pu sauver leurs nouveaux-nés? Wendy Holden retrace leur parcours avec une minutie d'historienne à laquelle elle ajoute une empathie réelle pour Rachel, Priska et Anka. Mais la journaliste romancière britannique est allé encore plus loin. Elle a retrouvé les enfants de ces survivantes, Hana, Mark et Eva. Les "bébés" se sont retrouvés à Mauthausen, en 2010.

 

 

Naître et survivre de Wendy Holden

Traduction de Karine Reigner-Guerre et Agathe Peltereau-Villeneuve

Editions Presse de la Cité

442 pages

21,50 €.

 

 

Source : Karen LAJON - Le Journal du Dimanche

Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans actualité lecture
commenter cet article