Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : UNADIF MEDIAS
  • : Pour être informé de l'actualité UNADIF-FNDIR, de l'actualité des UNADIF départementales. Pour être informé de l'actualité mémorielle, évènements, cérémonies, expositions, conférences, livres, films, pages d'Histoire ...
  • Contact

  

 

 

 

a2

 

  sur le BLOG MEDIAS

de l'Union Nationale

des Associations de Déportés,

Internés et Familles de Disparus

logo unadifndir grd taille 

et de la Fédération Nationale

des Déportés et Internés

de la Résistance

  

UNADIF - FNDIR

 Triangle rouge

compteur

 

 

__

 

Ici Londres ! Les français parlent aux français !

 

__

 

 

UNADIF est aussi sur

logo-facebook-circulaire.png

Derniers Articles Publies

  • Le livre des 9 000 déportés de France à Mittelbau-Dora
    L'INFO n° 1 311 Le projet initié en 1998 par notre ami André Sellier, Déporté-Résistant, Historien, Président de l'UNADIF-FNDIR de la Somme, voit le jour cette année, le " livre des 9 000 déportés de France à Mittelbau-Dora " c'est un mémorial de papier...
  • Entretenir la mémoire des résistants et des victimes du nazisme
    L'INFO n° 1 310 UNADIF - FNDIR de la Manche UNADIF-FNDIR 50 Il se bat pour entretenir la mémoire des résistants et des victimes du nazisme Dans le Val-de-Saire, Yves Sassignol est marqué par l'histoire de son grand-père, résistant, qui fut déporté suite...
  • Comment devient-on le général de Gaulle ?
    L'INFO n° 1 309 UNADIF - FNDIR des Deux-Sèvres UNADIF-FNDIR 79 Nicole Sibileau, Présidente UNADIF-FNDIR des Deux-Sèvres vous convie à une Conférence de Frédérique Neau-Dufour, Historienne : " Comment devient-on le général de Gaulle ? " Mardi 13 octobre...
  • Timbres UNADIF-FNDIR du 75ème anniversaire
    L'INFO n° 1 308 UNADIF - FNDIR L’UNADIF - FNDIR a toujours été liée historiquement à la Poste, et notamment par Eugène THOMAS, membre fondateur de la FNDIR, Président de l’UNADIF en 1959 et ancien Ministre des PTT, notamment sous le Général de Gaulle...
  • Nouveau Mur des Noms
    L'INFO n° 1 307 UNADIF - FNDIR de l'Oise UNADIF-FNDIR 60 COMPIEGNE, vendredi 14 février 2020 C’est un bel hommage qui a été rendu avec l’inauguration du nouveau Mur des Noms au Mémorial de l’Internement et de la Déportation du camp du Royal Lieu de Compiègne....
  • La Voix du rêve - Le film
    L'INFO n° 1 306 UNADIF - FNDIR La Voix du rêve - Le film Ce film-documentaire vient d'être validé, en février 2020, par le ministère de l'Education nationale et de la Jeunesse. Ce documentaire est consacré aux derniers témoignages des Déportés-Résistants...
  • Cérémonie-hommage à Nathalie Demeurisse
    L'INFO n° 1 305 UNADIF-FNDIR de l'Oise UNADIF-FNDIR 60 Soucy, samedi 15 février 2020 Hommage à Nathalie Demeurisse-Sokolowsky, porte-drapeau UNADIF-FNDIR, décédée brutalement à 54 ans, le 15 février 2019. Le Président Gérard Bocquery et des membres UNADIF-FNDIR...
  • Sortie républicaine et mémorielle
    L'INFO n° 1 304 UNADIF-FNDIR de la Meurthe-et-Moselle UNADIF-FNDIR 54 Paris, Palais-Bourbon A l'invitation de notre Député Laurent GARCIA, nous avons affrété un car afin de nous rendre, le mardi 4 février 2020, à l'Assemblée nationale pour une visite...
  • Journées nationales et cérémonies officielles
    L'INFO n° 1 303 UNADIF - FNDIR Pour répondre à de nombreuses demandes d'internautes, voici la liste des journées nationales et cérémonies officielles : JOURNEES NATIONALES & CEREMONIES OFFICIELLES Photo d'illustration D.R. 11 MARS La journée nationale...
  • 75ème anniversaire de la libération d'Auschwitz
    L'INFO n° 1 302 UNADIF - FNDIR de l'Oise UNADIF-FNDIR 60 COMPIEGNE , mémorial de l'internement et de la déportation du camp du Royal Lieu Lundi 27 janvier 2020 Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l'holocauste et de la prévention...

S'abonner à notre revue

- Vous souhaitez vous abonner à notre revue trimestrielle "Le Déporté pour la Liberté"

- Vous souhaitez acquérir nos livres, notre CD ou autre

Liste et bon de commande

http://www.unadif.fr/histoire-et-temoignages/les-publications

Commander nos ouvrages

6 décembre 2019 5 06 /12 /décembre /2019 06:00

 

L'INFO n° 1 281

 

Jean Morel nous a quittés, le dimanche 24 novembre 2019, à l'âge de 97 ans.

 

Nous renouvelons nos plus sincères condoléances à toute sa famille, ses amis et frères d'arme.

 

Ils ne sont plus que deux désormais...

 

Jean Morel, un des 177 du Commando Kieffer
Jean Morel, un des 177 du Commando Kieffer

Jean Morel, un des 177 du Commando Kieffer

 

J'apprends avec tristesse la disparition de Jean Morel à l'âge de 97 ans. Il était l'un des trois derniers survivants des 177 bérets verts conduits par Philippe Kieffer à avoir débarqué sur Sword Beach au matin du 6 juin 1944.

 

Malouin d'origine, Jean était né dans le XVe arrondissement de Paris le 27 septembre 1922. Entré à l’École des Mousses en 1939 avant de s’engager en novembre 1939 dans la Marine nationale pour faire son apprentissage de radio, Jean fait partie des premiers Français à quitter leur pays en juin-juillet 1940, à 18 ans.. À bord du « Pourquoi pas », sablier de 8,50m, Jean et 31 autres évadés de France parviennent à quitter le port de Carantec puis à rallier Plymouth, le 4 juillet 1940, après 31 heures de traversée. Conduit à Portsmouth, il rallie la France Libre. Transféré au dépôt de l’Olympia Hall, il embarque rapidement à bord de la « Reine des Flots » puis sur l' « Arras » à Portsmouth.

 

C’est au cours de ses visites au dépôt de Portsmouth, qu’il rencontre Philippe Kieffer qui cherche un radio pour sa future unité commando. Volontaire de la première heure pour participer à ce projet, il suit le deuxième stage commando à Achnacarry avec Charles Trépel et Philippe Kieffer (qui vient déjà de subir le stage commando avec le premier groupe et renouvelle avec le second). Sa troop s’installe au n°2 commando à Ayr puis à Criccieth. Il participe au défilé du 14 juillet 1942 devant le général De Gaulle et l'amiral Muselier. En 1943, Jean Morel est détaché de la troop 1 pour devenir instructeur à la troop 8. Il fait partie de l’équipe formée à Ringway pour un raid commando parachutiste sur Lorient qui n’aura jamais lieu. Il faisait partie de l’équipe devant sauter sur Vannes pour détruire ensuite la base sous-marine de Lorient. Le raid fut annulé au dernier moment car voué au suicide. Ainsi, il est également l’un des premiers commandos marine à avoir été breveté parachutiste.

 

En tant que l’un des premiers volontaires pour les commandos, Jean portait le badge n°20, bien qu’il devait initialement porter le badge 9 ou 10 (Kieffer l'avait rétrogradé dans la liste à cause d’une « bêtise »).

 

Jean Morel débarque le 6 juin 1944 à Colleville. Tombé entre deux barges, il manqua de se noyer. Sur la plage, il prendra l’arme d’un camarade blessé. Chargé par Kieffer d’effectuer une jonction avec les hommes de la troop 8 lors des combats dans Ouistreham, il dut courir sous le feu des mitrailleuses allemandes et eut pour l’occasion la peur de sa vie. Blessé à la jambe et au bas ventre à Bavent, il fut rapatrié inconscient en Angleterre, avec le béret vert et la dague qu’un de ses camarades lui avait mis entre les mains. Blessé trop grièvement, il ne revint jamais au commando et ne fit pas la campagne des Pays-Bas.

 

Démobilisé à Cherbourg en 1946, Jean refusa de passer devant une commission (d’ancien vichystes) qui lui demandaient de « baisser son froc » pour attester de sa blessure. Il ne reçut donc pas de médaille des blessés ni de pension. Il fit ensuite de nombreux métiers : démineur, docker, électronicien.

 

Ce n’est qu’en 1983, qu’il reviendra sur le lieu des combats de Normandie avec sa femme. Passant devant le musée du n°4 commando, celle-ci voulut le visiter. C’est là qu’il vit Léon Gautier. Celui-ci ne le reconnut pas et lui expliqua l’histoire du 1er BFMC alors que Jean regardait la liste des noms. Il sortit alors sa carte d’identité. C’est lors de cette soirée à parler souvenirs que la femme de Jean Morel découvrit l’histoire de son mari. Il avait gardé tout cela au fond de lui et n’avait jamais raconté son histoire à personne.

 

D’une grande gentillesse, Jean Morel était le premier vétéran à qui j’avais parlé, il y a des années de cela, lorsque j’avais 16 ans et que cette passion débutait.


Jean était un homme en or, humble, discret et généreux qui manquera à tous ceux qui le connaissaient. Selon une promesse faite avec ses camarades Robert Piaugé et Michel Vincent, chacun d'entre-eux devait se faire enterrer avec un accessoire pour "se retrouver là-haut" et fêter ça : champagne, flutes et gâteaux. Jean Morel avait donc toujours avec lui un paquet de gâteaux, « au cas où ». Maintenant qu’il a rejoint ses camarades, nous leur souhaitons tous de très bonnes retrouvailles !

 

 

Benjamin MASSIEU

 

 

SOURCE :

https://www.facebook.com/CommandantPhilippeKieffer/posts/3084393381576289

 

La cérémonie religieuse a eu lieu mardi 3 décembre en l'église de Paramé

Partager cet article

Repost0
2 décembre 2019 1 02 /12 /décembre /2019 06:00

 

L'INFO n° 1 280

 

 

Les archives Arolsen viennent de mettre à disposition sur leur site environ 850 000 documents concernant 10 millions de personnes persécutées par les nazis.

Ce fonds situé à Bad Arolsen, dans le centre de l’Allemagne, et en partie classé par l'Unesco, est le plus complet sur ces persécutions.

 

Depuis mardi 19 novembre 2019, la base unique au monde des archives Arolsen est très largement enrichie. Elle propose un nouvel accès à des centaines de milliers de documents après une première mise en disposition en mai dernier. Il suffit de rentrer un nom dans le moteur de recherche de ce fonds (anciennement appelé "ITS") pour obtenir le détail des persécutions nazies sur des millions de personnes. Avec notamment la présentation des fiches jaunies correspondant aux dates de l’arrestation d’une personne déportée, son enregistrement en camp de concentration ou son exécution. Les descendants des victimes de la Shoah peuvent ainsi, de l’autre bout du monde, connaître la destinée tragique de leurs aïeux. 

 

 

850 000 documents concernant 10 millions de personnes

 

Environ 850 000 nouveaux documents sur des victimes du nazisme ont été mis en ligne le 19 novembre 2019 par le S.I.R, le Service international de recherches ou archives Arolsen. Concernant 10 millions de personnes, ils proviennent du secteur d’occupation américain en Allemagne. Ils ont été collectés à la fin de la guerre dans les administrations ou les entreprises qui employaient les travailleurs forcés. À l'hiver 1945/46, les quatre puissances occupantes avaient en effet donné des ordres aux communautés allemandes, aux entreprises, à la police et à d'autres institutions pour créer des listes d'étrangers, de juifs allemands et d'apatrides enregistrés auprès d'eux. Cela comprenait des précisions sur les lieux de sépulture.

 

Ces données constituent aujourd'hui une source précieuse d’informations pour les familles ou les chercheurs. Dans le communiqué lié à cet évènement, Rebecca Boehling, directrice par intérim de l'Institut national de l'Holocauste (US Holocaust Memorial Museum), souligne l'importance de cette nouveauté : 

" La zone d'occupation américaine étant la plus grande zone alliée, le nombre de personnes persécutées par le régime nazi qui ont été enregistrées à la fin de la guerre est d’une importance extraordinaire pour la recherche des personnes disparues et pour en savoir plus sur les voies de persécution des victimes et des survivants. "

 

Les archives Arolsen expliquent avoir obtenu pour cette prouesse technique le soutien d'Ancestry, la plus grande plateforme de recherche généalogique en ligne au monde. 

 

 

Un fonds unique avec des documents classés au patrimoine documentaire mondial de l'Unesco "Mémoire du monde"

 

Créé à la fin de la Seconde Guerre mondiale pour "œuvre[r] en faveur des victimes des persécutions nazies et de leurs familles en établissant leur sort à l'aide de ses archives", le Service international de Recherches de Bad Arolsen (dans la Hesse) est régi depuis 1955 par des accords internationaux, racontent les Archives nationales de France. La France est en effet partie prenante car "selon ces accords, une Commission internationale, composée de représentants de 11 pays, dont la France, définit les missions du SIR et nomme son directeur". Et en 2006, "les représentants des 11 États membres de la Commission ont décidé l'ouverture des archives du SIR à la recherche historique et la possibilité, pour les États membres, de disposer d'une copie numérique de ces archives. C'est ainsi que la France a demandé et obtenu une copie, déposée aux Archives nationales."

 

Longtemps appelée "ITS" (pour International Tracing Service), l'institution a commencé à rendre accessible ses pièces sur internet en mai 2019 et, avec ses 240 employés, elle oeuvre sur la base de nombreux partenariats internationaux, dont un permanent avec l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA). 

 

 

50 millions de fiches sur 17,5 millions de victimes seront en ligne d'ici 2025

 

Les archives Arolsen représentent aujourd'hui un fonds de 27 kilomètres de linéaires ! Avec 50 millions de fiches sur 17,5 millions de victimes, que le service souhaite mettre en ligne dans son intégralité d’ici 2025. Une grande partie a été enregistrée par l'Unesco dans son Registre "Mémoire du monde", en 2013, et la prochaine publication sur internet concernera les documents collectés dans le secteur britannique d'occupation de l'Allemagne.

 

 

" Puisse ces archives, qui servent à racheter les victimes et leurs proches, rappeler à toutes les générations futures de ne plus jamais laisser un tel mal se reproduire sur l'humanité. "          

                    
Citation de l'acte de détermination tripartite initiant ces archives, le 20 août 1952

 

 

 

 

 

image d'illustration

image d'illustration

 

SOURCE :

Partager cet article

Repost0
28 novembre 2019 4 28 /11 /novembre /2019 06:00

 

L'INFO n° 1 279

 

 

 

UNADIF - FNDIR

 

 

 

Paris, mercredi 20 novembre 2019

 

 

Assemblée générale historique de notre Union UNADIF-FNDIR

 

 

 

Après la création en 1945 et en 1950 par les déportés survivants des camps de la mort, les associations nationales FNDIR et UNADIF, structurées en 80 associations départementales, fusionnées en mai 2019 au terme d’un décret validé par le Conseil d’Etat, après signature du Premier ministre, ont tenu ce jour une assemblée générale extraordinaire afin de renouveler intégralement le Conseil d’administration unique.

 

Les administrateurs nationaux, nouvellement élus, ont ensuite procédé à l’élection des membres du Bureau national unique UNADIF-FNDIR comportant les déportés-survivants et les descendants.

 

 

Ont été élus à l’unanimité :

Président : Jean-Marie Muller
Présidente du Conseil représentatif des déportés et internés de la Résistance : Jacqueline Fleury
Vice-président chargé du Secrétariat général : Bernard Lebrun
Vice-présidents : Jean-Paul Blanc, Jean Paul Jouachim
Trésorière générale : Isabelle Charrier
Trésorier général adjoint : Alain Vallon
Secrétaires généraux adjoints : Gérard Bocquery , Alain Joly , Jean-Pierre Pesson.

L'ensemble des membres du CA et du BN UNADIF-FNDIR
L'ensemble des membres du CA et du BN UNADIF-FNDIR

L'ensemble des membres du CA et du BN UNADIF-FNDIR

Partager cet article

Repost0
24 novembre 2019 7 24 /11 /novembre /2019 07:00

 

L'INFO n° 1 278

 

 

 

Les comités internationaux des camps de concentration et d’extermination nazis contestent la résolution du parlement européen du 19 septembre 2019, qui ne respecte pas la vérité historique et publient la

 

« DECLARATION DE MADRID ».


Le Comité International du camp de concentration de Natzweiler -Struthof est co-signataire de la déclaration de Madrid.
Jean-Marie Muller
Président

 

 

 

 

Jean-Marie Muller, président du comité international du camp de Natzweiler-Struthof
Jean-Marie Muller, président du comité international du camp de Natzweiler-Struthof

Jean-Marie Muller, président du comité international du camp de Natzweiler-Struthof

 

Le réseau des Comités Internationaux des camps d’extermination et de concentration nazis s’est réuni le 2 novembre à Madrid.


C’est la 4ème réunion de ce réseau (Milan : juillet 2018 ; Berlin : novembre 2018 ; Mauthausen : mai 2019).


Nous avons à cœur de préserver de l’oubli, de la banalisation, de la destruction les anciens camps devenus lieux de mémoire de l’humanité.

 

Ci-dessous l’appel signé par 12 organisations internationales.

 

 

 

DÉCLARATION DE MADRID


Réunis à Madrid le 2 novembre 2019 - à la veille du 75ème anniversaire de la libération des camps - nous, présidents et secrétaires généraux des Comités internationaux des camps d’extermination et de concentration nazis, saluons le travail accompli par les autorités espagnoles et l’Amical de Mauthausen y otros campos pour la reconnaissance de la déportation des Républicains espagnols dans les camps nazis.


Ayant pris connaissance de la résolution du 19 septembre 2019 du Parlement européen sur l’importance de la mémoire européenne pour l’avenir de l’Europe (2919/2819 RSP),


nous exprimons notre vive préoccupation devant la vision erronée de l’histoire du XXème siècle que traduit ce texte. Nous voyons dans cette résolution la tentative de mettre sur un pied d´égalité les victimes de la terreur nazie et celles du stalinisme sous le terme irréfléchi de «totalitarisme».

 

Nous nous inclinerons toujours avec respect devant les tragédies des victimes du stalinisme, mais nous ne saurions admettre toute tentative d'assimilation des uns avec les autres ou d'opposition des uns contre les autres.


Nous ne pouvons accepter que les fondements philosophiques des camps nazis, où régnait une violence systémique assumée, à savoir le racisme et l'antisémitisme, l'extermination industrielle de groupes ethniques entiers - hommes, femmes et enfants - ne soient pas nommés dans cette résolution.


Nous espérons pouvoir apporter notre contribution pour que, à l’occasion du 75ème anniversaire de la libération des camps et de la fin de la seconde guerre mondiale, les députés du Parlement européen élaborent une nouvelle résolution respectueuse de la mémoire de toutes les victimes du nazisme et des messages ambitieux qu’elles nous ont laissés, résolution manifestant un engagement clair du Parlement européen contre le racisme, l'antisémitisme, le nationalisme et l'exclusion et une prise de position sans équivoque pour les Droits de l'Homme, la solidarité et une attitude d'ouverture vis-à-vis de l'Autre.


Nous réaffirmons notre exigence du plein respect de la résolution du Parlement européen du 11 février 1993 sur la protection européenne et internationale, comme monuments historiques, des sites des camps de concentration nazis.


Nous saluons l'initiative prise par le Comité International de Mauthausen de lancer un nouvel itinéraire culturel dans le cadre du programme spécifique du Conseil de l'Europe :

cet itinéraire veut rendre visible l'histoire dans la géographie et dans l'espace européen. Il documentera le réseau européen de la terreur nazie, que ce soit dans les camps de concentration et les camps d'extermination ou dans les ghettos et durant les marches de la mort.


Nous saluons l’engagement de nombreux jeunes Européens en faveur de la mémoire des victimes des camps nazis. Nous les encourageons à poursuivre leur combat pacifique pour la préservation des valeurs de liberté, de respect des Droits de l’Homme, de solidarité internationale que nous ont léguées les déportés et internés et qui ont nourri la construction européenne.

 


Signataires :


Comités internationaux d'Auschwitz, Buchenwald-Dora, Dachau, Mauthausen, Natzweiler-Struthof, Neuengamme, Ravensbrück, Sachsenhausen, Association de Flossenbürg, ANED (Assoziatione Nazionale Ex Deportati Campi Nazisti), FIR (International Freedom Fighters Federation), IHRA (International Holocaust Remembrance Alliance).

L'ensemble des membres dirigeants des 12 organisations internationales.
L'ensemble des membres dirigeants des 12 organisations internationales.
L'ensemble des membres dirigeants des 12 organisations internationales.

L'ensemble des membres dirigeants des 12 organisations internationales.

Partager cet article

Repost0
20 novembre 2019 3 20 /11 /novembre /2019 06:00

 

L'INFO n° 1 277

 

 

 

UNADIF - FNDIR de l'Oise

 

 

UNADIF-FNDIR 60

 

 

Compiègne, samedi 9 novembre 2019

 

Monument aux Morts pour la France

 

 

49ème anniversaire du décès du Général de Gaulle

 

 

La ville de Compiègne, comme chaque année, a honoré la mémoire du Général Charles de Gaulle. Une assistance nombreuse est venue.

 

Merci aux membres UNADIF-FNDIR de l'Oise pour leur présence.

 

 

L'année 2020 verra le 130ème anniversaire de la naissance du Général, le 80ème anniversaire de son Appel historique et le 50ème anniversaire de sa disparition
 

 

#DeGaulle2020

 

 

#UNADIF #ADIFDELOISE #COMPIEGNE #OISE #DEGAULLE2020

Union nationale des associations de déportés et internés de la Résistance et familles.

49ème anniversaire du décès du Général de Gaulle
49ème anniversaire du décès du Général de Gaulle
49ème anniversaire du décès du Général de Gaulle
49ème anniversaire du décès du Général de Gaulle
49ème anniversaire du décès du Général de Gaulle
49ème anniversaire du décès du Général de Gaulle

Partager cet article

Repost0
16 novembre 2019 6 16 /11 /novembre /2019 07:00

 

L'INFO n° 1 276

 

 

 

UNADIF - FNDIR de l'Isère

 

 

UNADIF-FNDIR 38

 

 

Elle a espionné le pillage des oeuvres d'art par les nazis :

une exposition rend hommage à Rose Valland à Grenoble

 

Le musée dauphinois à Grenoble propose jusqu'au 27 avril 2020 une exposition consacrée à l'histoire de Rose Valland. Une héroïne iséroise qui durant la seconde guerre mondiale réussit a consigner les œuvres d'art lors de leur pillage par les nazis. 

 

Elle était résistante, passionnée d'art et... espionne. Petite femme discrète aux lunettes rondes, Rose Valland a pourtant permis la restitution de près de 45 000 œuvres d'art spoliées par les nazis. Jusqu'au 27 avril 2020, le musée dauphinois de Grenoble relate le parcours hors normes de cette figure de la Résistance à travers l'exposition Rose Valland. En quête de l’art spolié. 

 

 

Espionne improvisée

 

Au coeur de la seconde guerre mondiale, Paris sous l'Occupation devient une plaque tournante des œuvres d'art. Les Allemands installent au Louvre un vaste trafic d'objets qu'ils confisquent aux Juifs ou aux Francs-maçons, pour les envoyer ensuite en Allemagne.

 

Des mouvements savamment observés et notés par Rose Valland qui travaillait alors au musée du Jeu de Paume, tout à côté du prestigieux musée parisien du Louvre. C'est ainsi que la sage conservatrice, qui parlait parfaitement allemand, enfile le costume de l'espionne. 

Elle comprenait ce que disait Göring, elle enregistrait tout dans sa tête, fouillait les poubelles et le soir elle notait tout sur des carnets (Jacqueline Barthalay La mémoire de Rose Valland).

 

Une mine d'informations précieuses qui renseignent les historiens de l’art sur les spoliations perpétrées durant toute l’occupation. Un travail solitaire, dans l'ombre, qui a permis à la Libération de retrouver, dans les anciens territoires du Reich, quelque 45 000 œuvres volées et de les restituer à leurs propriétaires légitimes. 

 

 

Monument Woman au Jeu de Paume !

 

A la manière des Monuments Men, dont l'histoire a été mise en lumière par George Clooney, Rose Valland a résisté contre le pillage des nazis. Nommée capitaine de l’Armée française en 1945, Rose prend d'ailleurs part à ce travail de terrain aux côtés notamment des Monuments Men américains. Jusqu’à sa disparition en 1980, elle n’aura de cesse d'agir à la restitution. "Même après sa retraite elle a œuvré pour retrouver les oeuvres", souligne Christine Verney, la petite cousine de Rose Valland.

 

 

Le musée Dauphinois raconte le travail acharné de Rose Valland pour la protection de l'art. Une mission qui n'est pas terminée, 40 000 oeuvres n'ont toujours pas été restituées.

Rose Valland publia en 1961, Le Front de l’art (Plon) qui fut réédité en 1997 et en 2014 par les éditions de la Réunion des musées nationaux, et demeure aujourd’hui encore disponible.

 

 

"Rose Valland, en quête de l'art spolié"

 

Musée Dauphinois
30 rue Maurice Gignoux 38000 Grenoble


Horaires : Jusqu'au 27 avril 2020 , tous les jours (sauf mardi) de 10h à 18h,

samedi et dimanche de 10h à 19h. 


Entrée libre et gratuite

 

Rose Valland, en quête de l’art spolié

Partager cet article

Repost0
12 novembre 2019 2 12 /11 /novembre /2019 06:00

 

L'INFO n° 1 275

 

 

 

UNADIF - FNDIR de l'Oise

 

 

UNADIF-FNDIR 60

 

 

Compiègne, vendredi 1er novembre 2019

 

Monument des Internés, Déportés et Fusillés du camp de Royallieu

 

 

Le matin du 1er novembre à Compiègne, nous avons honoré la mémoire de tous les Morts pour la France, de tous les conflits.

Honoré également la mémoire de tous les Résistants, Déportés, Fusillés, Internés, Raflés, Otages, toutes les victimes de la barbarie nazie de la Seconde Guerre mondiale.

 

Le président départemental UNADIF-FNDIR, Gérard Bocquery, accompagné de Camille Tumerelle, arrière petite-fille de Déporté-Résistant ont déposé la gerbe des Résistants et des Déportés (photo).

 

Représentants d'associations patriotiques et mémorielles, porte-drapeaux et élus, unis pour que la mémoire ait un avenir.

 

 

 


 

#ADIFDELOISE #UNADIF #compiegne #OISE

 

 

 

Dépôt de gerbes devant le Monument des Déportés, Internés et Fusillés du camp du Royal Lieu
Dépôt de gerbes devant le Monument des Déportés, Internés et Fusillés du camp du Royal Lieu
Dépôt de gerbes devant le Monument des Déportés, Internés et Fusillés du camp du Royal Lieu

Dépôt de gerbes devant le Monument des Déportés, Internés et Fusillés du camp du Royal Lieu

Partager cet article

Repost0
8 novembre 2019 5 08 /11 /novembre /2019 06:00

 

L'INFO n° 1 274

 

 

 

UNADIF - FNDIR du Finistère

 

 

UNADIF-FNDIR 29

 

 

QUIMPER

 

 

Maurice Laval, Déporté-Résistant, nous a quittés, jeudi 31 octobre, à l'âge de 99 ans.

 

« J’ai un moral increvable. Ma vie a été assez active mais elle est derrière moi. Il en reste un état d’indignation, comme disait mon ami Stéphane Hessel. Je continuerai à défendre l’idéal de la Résistance. J’essaie de transmettre un optimisme qui m’a permis de vivre », confiait-il au « Télégramme de Brest » lors de son élévation au grade de Commandeur dans l'Ordre national de la Légion d’honneur, en 2014.

 

La vie de Maurice Laval fut une belle et grande aventure. Né en septembre 1920, il devient ouvrier imprimeur, il entre très jeune en résistance dans la région parisienne. Arrêté, il est déporté. Il connaîtra plusieurs camps de concentration et une marche de la mort de 200 kms de Berlin à la mer Baltique. Après avoir survécu à toutes ces épreuves, Maurice Laval se lance dans la politique. Homme de gauche convaincu, il fait partie des fondateurs de « L’Observateur » qui deviendra par la suite « Le Nouvel Observateur ». Sa route avait croisé à « Combat » celle d’Albert Camus.

 

Membre de l’UNADIF-FNDIR, il a longuement témoigné sur la Déportation et la Résistance auprès des jeunes collégiens et lycéens. Il fut aussi un fervent défenseur du CNRD.

 

Outre son grade de Commandeur dans l'Ordre national de la Légion d’honneur, Maurice Laval était titulaire de nombreuses décorations, témoins de sa vie exceptionnelle : Croix de Guerre 1939-1945, Médaille de la Résistance française, Croix du Combattant volontaire de la Résistance, Croix du Combattant volontaire, Croix du Combattant, Médaille de la Déportation pour faits de Résistance...

 

Un hommage lui a été rendu jeudi 7 novembre au crématorium de Quimper.

 

Le Président Jean-Marie Muller, ainsi que tous les membres du Conseil d’Administration et du Bureau national de notre association UNADIF-FNDIR assurent son épouse Marie-France, présidente départementale du Finistère, de toute leur sympathie et lui présentent, ainsi qu'à toute sa famille, leurs plus sincères condoléances attristées.

 

 

 

 

#UNADIF

 

Maurice LAVAL, Déporté-Résistant
Maurice LAVAL, Déporté-Résistant

Maurice LAVAL, Déporté-Résistant

Partager cet article

Repost0
5 novembre 2019 2 05 /11 /novembre /2019 06:00

 

L'INFO n° 1 273

 

 

 

UNADIF - FNDIR de la Marne

 

 

UNADIF-FNDIR 51

 

 

C'est avec beaucoup d'émotion et une profonde tristesse que nous apprenons le décès, ce dimanche 3 novembre 2019, de notre grande amie Yvette Lundy, Déportée-Résistante, dignitaire de la République, à l'âge de 103 ans.

 

Infatigable témoin auprès des jeunes générations pendant des décennies.

 

Titulaire des plus hautes distinctions nationales pour ses nombreux actes de Résistance durant l'occupation, Yvette était Grand Officier dans l'Ordre national de la Légion d'honneur et Commandeur dans l'Ordre national du Mérite, Médaille Militaire, Croix de Guerre 1939-1945 avec palme, Médaille de la Résistance française avec rosette, Croix du Combattant volontaire de la Résistance, Croix du Combattant volontaire, Croix du Combattant, Médaille de la Déportation pour faits de Résistance ... et de plusieurs autres distinctions françaises et étrangères.
Yvette était également Commandeur dans l'Ordre ministériel des Palmes académiques.

 

Nous n'oublierons jamais sa grande gentillesse, son sens de l'humour et de l'autodérision, et son rire si contagieux.

 

Yvette Lundy fut durant de nombreuses années, Vice-présidente de l'UNADIF-FNDIR de la Marne.

 

Le Président national Jean-Marie Muller et l'ensemble des membres du Conseil d'administration UNADIF-FNDIR, renouvellent leurs plus sincères condoléances à ses enfants, petits-enfants et à toute sa famille.

 

 

 

Yvette Lundy (photo G.Garitan)
Yvette Lundy (photo G.Garitan)

Yvette Lundy (photo G.Garitan)

Partager cet article

Repost0
1 novembre 2019 5 01 /11 /novembre /2019 06:00

 

L'INFO n° 1 272

 

 

 

UNADIF - FNDIR

 

 

 

Le Guide pédagogique UNADIF pour le CNRD 2019-2020 est disponible !
 
 
 
Renseignement et commande par téléphone : 01 53 704 700
 
 
ou par courriel : contact@unadif.fr
 
 
 
~~~~~~~~
 
 
 
Guider, Accompagner, Transmettre
 
 
L’UNADIF-FNDIR est l’une des trois associations instigatrices du Concours National de la Résistance et de la Déportation en 1961. C’est pourquoi, elle est au coeur de sa mission d’utilité publique lorsqu’elle propose à nouveau aux enseignants, chercheurs, collégiens, lycéens, apprentis et étudiants, ce guide préparatoire à la session 2019-2020 du Concours.
 
 
Dans un contexte où l’exigence du sens doit résister au pouvoir de l’instantané, histoire et mémoire se rejoignent pour apporter les éléments objectifs nécessaires à la construction d’une conscience critique.
 
 
Les descendants des résistants déportés ont constitué, il y a trois ans, une équipe projet pour renouer avec la tradition d’un guide propre à l’UNADIF-FNDIR.
 
 
Le sujet de la session 2019-2020 intitulé « 1940 : entrer en résistance. Comprendre, refuser, résister » présente l’intérêt et la difficulté d’un questionnement progressif et nuancé sur la réaction ambivalente de la population française traumatisée par la défaite sans précédent de son armée et l’occupation allemande, partagée à l’égard du Maréchal Pétain et du rôle du Gouvernement de Vichy dans sa relation à l’occupant.
 
 
Cet état d’esprit, qui reflète sans aucun doute l’effondrement des valeurs d’une société tout entière, peut expliquer la genèse difficile des mouvements de résistance et leur difficulté à s’organiser. L’appel fédérateur du Général de Gaulle, le 18 juin 1940, qui incarne l’espoir d’une France libre, réveille les consciences, mobilise et galvanise les forces du refus et de la résistance.
 
 
Monsieur Tristan Lecoq, Inspecteur Général de l’Education nationale, Président du Collège des Correcteurs, encourage une fois encore l’équipe projet de l’UNADIF-FNDIR dans la réalisation de ce guide. Il doit être chaleureusement remercié pour la reconnaissance qu’il témoigne à notre association, ses déportés, internés, résistants, descendants.
 
 
 
 
Jean-Marie Muller, fils de Déporté-Résistant, président UNADIF

Bernard Lebrun, fils et petit-fils de Déportés-Résistants, vice-président UNADIF
 
Guide pédagogique UNADIF - CNRD 2019-2020
Guide pédagogique UNADIF - CNRD 2019-2020
Guide pédagogique UNADIF - CNRD 2019-2020
Guide pédagogique UNADIF - CNRD 2019-2020

 

Renseignement et commande
 
 
par téléphone : 01 53 704 700
 
 
ou par courriel : contact@unadif.fr
 
 
 
 
Le guide pédagogique UNADIF - CNRD 2019-2020 est en vente
au prix unitaire de :
 
- 4,50€ (de 1 à 3 exemplaires),
- 4,00€ (de 4 à 10 exemplaires),
- 3,50€ (de 11 à 24 exemplaires),
- 3,20€ (de 25 à 49 exemplaires),
- 2,50€ (de 50 à 99 exemplaires),
- 2,00€ (100 exemplaires et +)
 
 Le port est inclus.

 

Partager cet article

Repost0