Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : UNADIF MEDIAS
  • UNADIF MEDIAS
  • : Pour être informé de l'actualité UNADIF-FNDIR, de l'actualité des ADIF départementales. Pour être informé de l'actualité mémorielle, évènements, cérémonies, expositions, conférences, livres, films, pages d'Histoire ...
  • Contact

  

 

 

 

a2

 

  sur le BLOG MEDIAS

de l'Union Nationale

des Associations de Déportés,

Internés et Familles de Disparus

logo unadifndir grd taille 

et de la Fédération Nationale

des Déportés et Internés

de la Résistance

  

UNADIF - FNDIR

 Triangle rouge

compteur

 

 

__

 

Ici Londres ! Les français parlent aux français !

 

__

 

 

UNADIF est aussi sur

logo-facebook-circulaire.png

Derniers Articles Publies

  • 99ème anniversaire de l'Armistice du 11 novembre 1918
    L'INFO n° 1 153 UNADIF-FNDIR de l'Oise UNADIF-FNDIR 60 COMPIEGNE, samedi 11 novembre 2017 Les cérémonies du 99ème anniversaire débuteront par la Messe célébrée par Monseigneur Jacques Benoit-Gonnin, Evêque de Beauvais-Noyon-Senlis, en l'Eglise Saint Jacques...
  • 47ème anniversaire du décès du Général de Gaulle
    L'INFO n° 1 152 Soyez très nombreux à venir honorer la mémoire du Général de Gaulle, lors des cérémonies organisées, ce jour, dans vos villes et vos villages, partout en France. Page Facebook UNADIF-FNDIR Page Facebook UNADIF-FNDIR de l'OISE
  • Enseigner la Résistance
    L'INFO n° 1 151 L'Atelier Canopé Marseille vous invite mercredi 8 novembre 2017 de 14 à 17 heures à assister à la présentation de l'ouvrage Enseigner la Résistance , dirigé par Laurent Douzou et Tristan Lecoq ( Editions Canopé 2016 ) Programme de l'après-midi...
  • Aux Morts de toutes les guerres
    L'INFO n° 1 150 Mercredi 1er novembre prochain dans toutes les communes sera rendu hommage aux Morts de Toutes les Guerres. Soyez très nombreux à vous associer à cet hommage national en vous rendant, avec vos Drapeaux, devant vos Monuments aux Morts pour...
  • Origines du CNRD
    L'INFO n° 1 149 UNADIF-FNDIR Rappel historique sur les origines du Concours Le Concours de la Résistance et de la Déportation est né progressivement de la volonté des associations de résistants et de déportés relayés par les pouvoirs publics, d'associer...
  • La Résistance oblitérée
    L'INFO n° 1 148 Soirée de lancement de l'ouvrage : LA RESISTANCE OBLITEREE. SA MEMOIRE GRAVEE PAR LES TIMBRES Mardi 14 novembre 2017 à 18 heures à l'Ordre de la Libération Réservation obligatoire par courriel : contact@ordredelaliberation.fr par téléphone...
  • Mémoire de la Déportation Résistante
    L'INFO n° 1 147 UNADIF-FNDIR des Hauts-de-Seine UNADIF-FNDIR 92 PROJET « MEMOIRE DE LA DEPORTATION RESISTANTE » Vendredi 6 octobre 2017, ce projet a été présenté par notre camarade Alain JOLY, Président de l'UNADIF-FNDIR des Hauts-de-Seine, devant les...
  • Hommage aux Combattantes et Combattants de la Résistance
    L'INFO n° 1 146 UNADIF - FNDIR L'UNADIF-FNDIR et des délégations d'UNADIF-FNDIR départementales et leurs Drapeaux étaient présents au Mémorial de la France combattante du Mont Valérien pour le grand hommage annuel rendu aux combattantes et combattants...
  • 100 000 noms de collabos rendus publics
    L'INFO n° 1 145 100 000 noms de collabos rendus publics : un sujet encore tabou La liste officielle des 100 000 collabos français de la Seconde Guerre mondiale est désormais accessible aux historiens. L’historien Dominique Lormier, qui lui consacre un...
  • Comment j'ai infiltré la Gestapo
    L'INFO n° 1 144 "J'ai deux passions : ma Patrie et la Vérité" "J'ai défendu la première, les armes à la main. C'est avec la plume que je veux, aujourd'hui, servir la seconde. [...] C'est sur le sol de France, sur ce sol souillé par l'ennemi, que je voulais...

S'abonner à notre revue

- Vous souhaitez vous abonner à notre revue trimestrielle "Le Déporté pour la Liberté"

- Vous souhaitez acquérir nos livres, notre CD ou autre

Liste et bon de commande

http://www.unadif.fr/histoire-et-temoignages/les-publications

Commander nos ouvrages

20 mai 2017 6 20 /05 /mai /2017 10:00

 

L'INFO n° 1 113

 

 

ADIF-FNDIR de Meurthe-et-Moselle       UNADIF-FNDIR 54

 

 

Lundi 8 mai 20I7

 

Comme tous les ans, j'ai représenté l'UNADIF-FNDIR de Meurthe-et-Moselle aux commémorations de la capitulation nazie, Porte Désilles à NANCY le 8 mai dernier.

Le Colonel Commandant la base de Défense m'a chargé des commentaires au micro pour cette belle cérémonie devant un important public.

Nos trois armes étaient représentées, plus des motocyclistes de la Gendarmerie nationale et la Musique militaire de METZ.

Une remise de décorations et des dépôts de gerbes ont rythmé la commémoration mise en valeur par les nombreux porte-drapeaux salués, ainsi que le commentateur, en fin de cérémonie par les plus hautes autorités civiles et militaires du département.

 

 

 

 

Vendredi 12 mai dernier a eu lieu une cérémonie solennelle, Porte Désilles à NANCY en hommage à tous les morts de la police Nancéenne, en présence des autorités civiles et militaires du département de Meurthe-et-Moselle sous la présidence de monsieur le Préfet Philippe MAHE.

De nombreux policiers remplissaient l'esplanade et le Président interdépartemental des Anciens Combattants du Ministère de l'Intérieur Jean-Pierre PESSON a procédé à l'appel des morts des deux guerres, ainsi que des policiers tués en service commandé avant de déposer une gerbe accompagné du vice-président de l'association.

Le porte-drapeau de l'UNADIF-FNDIR de Meurthe-et-Moselle représentait notre association.

 

 

 

 


Dimanche 14 mai a eu lieu la cérémonie en hommage à Jeanne d'ARC, rue Lafayette à NANCY.

A la suite de la messe traditionnelle en l'église Saint Epvre, les autorités habituelles et Monseigneur Jean-Louis PAPIN évêque de NANCY et de TOUL ont salué la présence du Président départemental de l'UNADIF-FNDIR 54 au cours des remerciements aux porte-drapeaux dont celui de notre association porté par Bernard BILDSTEIN.

 

L'UNADIF-FNDIR est ainsi représentée dans toutes les manifestations patriotiques locales.

 

 

Jean-Pierre PESSON Président départemental de l’UNADIF-FNDIR 54

 

Les Porte-Drapeaux UNADIF-FNDIR et SMLH, le Préfet Philippe Mahé et Jean-Pierre Pesson
Les Porte-Drapeaux UNADIF-FNDIR et SMLH, le Préfet Philippe Mahé et Jean-Pierre Pesson

Les Porte-Drapeaux UNADIF-FNDIR et SMLH, le Préfet Philippe Mahé et Jean-Pierre Pesson

Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans actualité ADIF
commenter cet article
18 mai 2017 4 18 /05 /mai /2017 10:30

 

L'INFO n° 1 112

 

 

ADIF-FNDIR de l'Isère       UNADIF-FNDIR 38

 

 

Témoignage de PIERRE GASCON, Déporté-Résistant, Grand Officier dans l'Ordre National de la Légion d'Honneur, Président de la FNDIR de l'Isère, Président honoraire de l'ADIF de l'Isère, devant 200 élèves :

 

 

 

Téléchargement de l'article de presse

 

 

 

 

 

http://www.unadif.fr/38-isere/jeudi-11-mai-2017-transmettre-et-sengager-ensemble-dans-les-valeurs-de-la-republique

 

 

 

Pierre Gascon et Jean-Paul Blanc  UNADIF-FNDIR 38

Pierre Gascon et Jean-Paul Blanc UNADIF-FNDIR 38

 

 

Gérard BOCQUERY

SGa UNADIF-FNDIR

Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans actualité ADIF
commenter cet article
16 mai 2017 2 16 /05 /mai /2017 10:30

 

L'INFO n° 1 111

 

 

ADIF-FNDIR du Territoire de Belfort       UNADIF-FNDIR 90

 

 

GIROMAGNY (90)

 

Dimanche 30 avril 20I7 : Journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation à Giromagny, organisée par Jean-Pierre Borgo, Président de l’ADIF-FNDIR Nord Franche Comté.

 

Après la levée des couleurs par un élu du Conseil municipal des adolescents, Michaël Verry, Directeur du service départemental de l’ONAC-VG, et Mademoiselle Ludivine Coutelier, Présidente de l’association « Jeunesse et relayeurs », ont remis le nouveau drapeau de l’ADIF-FNDIR 90 (subventionné par l’ONAC-VG) à son jeune porteur, Nathan Vialle-Arthaud, 17 ans.

 

Nathan Vialle-Arthaud, 17 ans, jeune porte-drapeau de l'ADIF-FNDIR 90 - Jean-Pierre Borgo, Président UNADIF-FNDIR 90 - Jean Borgo, Déporté-Résistant
Nathan Vialle-Arthaud, 17 ans, jeune porte-drapeau de l'ADIF-FNDIR 90 - Jean-Pierre Borgo, Président UNADIF-FNDIR 90 - Jean Borgo, Déporté-Résistant
Nathan Vialle-Arthaud, 17 ans, jeune porte-drapeau de l'ADIF-FNDIR 90 - Jean-Pierre Borgo, Président UNADIF-FNDIR 90 - Jean Borgo, Déporté-Résistant
Nathan Vialle-Arthaud, 17 ans, jeune porte-drapeau de l'ADIF-FNDIR 90 - Jean-Pierre Borgo, Président UNADIF-FNDIR 90 - Jean Borgo, Déporté-Résistant

Nathan Vialle-Arthaud, 17 ans, jeune porte-drapeau de l'ADIF-FNDIR 90 - Jean-Pierre Borgo, Président UNADIF-FNDIR 90 - Jean Borgo, Déporté-Résistant

 

La cérémonie s’est déroulée en présence de M. Jean Borgo, l’un des derniers déportés vivant dans le Territoire.

 

L’association « Jeunesse et relayeurs » reprend ainsi le flambeau de la Mémoire, et donne tout son sens au drapeau désormais frappé de la devise « La Mémoire a un avenir ».

 

 

Michaël Verry, directeur du service départemental de l’ONAC-VG du Territoire de Belfort

 

Jeunesse et relayeurs à Belfort
Jeunesse et relayeurs à Belfort
Jeunesse et relayeurs à Belfort

Jeunesse et relayeurs à Belfort

Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans actualité ADIF
commenter cet article
7 mai 2017 7 07 /05 /mai /2017 04:30

 

L'INFO n° 1 110

 

 

UNADIF - FNDIR

 

 

La loi du 2 octobre 1981 a officialisé le 8 MAI



Journée Nationale de la Commémoration de la Victoire du 8 mai 1945 et de la Libération des camps de concentration.

 

 

Les représentants de nos associations déposeront les gerbes UNADIF-FNDIR au pied des Monuments.




Soyez toutes et tous très nombreux devant les Monuments de nos villes et villages, demain, lundi 8 mai, pour rendre un hommage appuyé.

 

 

 

 

LA MEMOIRE A UN AVENIR !
 

Commémorations du 8 mai
Commémorations du 8 mai
Commémorations du 8 mai

 

La cérémonie à Paris sous l'Arc de Triomphe de l'Etoile aura lieu à 11 heures

Commémorations du 8 mai
Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans actualité cérémonie
commenter cet article
5 mai 2017 5 05 /05 /mai /2017 04:30

 

L'INFO n° 1 109

 

 

ADIF-FNDIR des Hauts-de-Seine       UNADIF-FNDIR 92

 

 

Chaque année, le Samedi précédant la Journée Nationale du Souvenir des Victimes et Héros de la Déportation, a lieu dans les Hauts-de-Seine une cérémonie départementale dont le protocole est assuré par l’ADIF-FNDIR 92.

 

 

Cette manifestation s’est déroulée en trois étapes :

 

1 ) Prélèvement de la Flamme de la Résistance, dépôt de gerbe et recueillement dans la Crypte au Monument de la France Combattante du Mont Valérien. A cette partie plus intime de la cérémonie avaient été invités des candidats au CNRD, des élus CMJ des communes du Département et de jeunes porte-drapeaux. 

 

2 ) Cérémonie officielle au monument des Martyrs de la Déportation et de la Résistance de Nanterre , en présence de plusieurs déportés, résistants ou anciens combattants 39/45, du Président du Conseil Départemental , du Préfet des Hauts de Seine , des autorités civiles et militaires , des associations  patriotiques et bien sûr des familles.

 

3 ) Un défilé et les remerciements aux porte-drapeaux dans la cour d’honneur du Conseil Départemental , suivi d’un cocktail.

 

 

 

Cette année ce sont plus de 300 personnes, dont 86 drapeaux et une quarantaine de jeunes qui ont participé à une cérémonie sobre et émouvante

 

Alain JOLY Président de l'UNADIF-FNDIR 92

 

 

 

 

 

 

Voir l'album-photos complet sur la page ADIF de l'OISE
Voir l'album-photos complet sur la page ADIF de l'OISE
Voir l'album-photos complet sur la page ADIF de l'OISE
Voir l'album-photos complet sur la page ADIF de l'OISE
Voir l'album-photos complet sur la page ADIF de l'OISE

Voir l'album-photos complet sur la page ADIF de l'OISE

 

L'UNADIF-FNDIR de l'Oise et son drapeau étaient présents, et renouvellent leurs sincères remerciements au Président Alain Joly pour son invitation.

 

Un album-photos complet de ces belles et émouvantes cérémonies est publié sur la page facebook ADIF de l'OISE (cliquez sur les liens)

 

Cérémonies à Nanterre, samedi 29 avril 20I7

Cérémonies à Nanterre (92)

 

 

Cérémonies à Compiègne, dimanche 30 avril 20I7

Cérémonies à Compiègne (60)

Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans actualité ADIF
commenter cet article
3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 04:30

 

L'INFO n° 1 108

 

 

UNADIF - FNDIR

 

 

Journée du souvenir des déportés : "Nous n'avions qu'un seau avec de l'eau et un autre pour nos besoins"

 

 

Ce dimanche 30 avril 2017 est la journée mondiale du souvenir des victimes de la déportation. Parmi les 42.000 résistants envoyés dans des camps pendant la guerre, Jacqueline Fleury a survécu.

 

 

Chaque année, le monde entier honore, le dernier dimanche d'avril, la mémoire des millions de déportés de la deuxième guerre mondiale. Au mémorial de la Shoah à Paris, sous l'Arc de Triomphe et un peu partout en France, des commémorations sont prévues en mémoire des 75.000 Français déportés pour des raisons raciales et 42.000 pour des raisons de résistance.

Jacqueline Fleury est aujourd'hui vice-présidente d'une fédération d'anciens déportés (FNDIR) © Maxppp / HAMILTON / POOL

Jacqueline Fleury est aujourd'hui vice-présidente d'une fédération d'anciens déportés (FNDIR) © Maxppp / HAMILTON / POOL

 

Tortures et maladies

 

Parmi les survivants, figure Jacqueline Fleury, déportée avec notamment Geneviève de Gaulle et Germaine Tillion. Pendant la guerre, elle distribue des journaux clandestins et participe à un réseau de renseignement. A 17 ans, elle est arrêtée par la Gestapo, et envoyée en train, le 15 août 1944, vers le camp de concentration des femmes de Ravensbrück, près de la mer baltique.

"Nous sommes à peu près une centaine. On nous donne un grand seau avec de l'eau et un autre seau pour nos besoins. Nous sommes pour la plupart passées dans les mains de la Gestapo, et nous sommes encore très marquées par les sévices que nous avons subis", raconte-t-elle, se souvenant que "celle qui a peut-être été la plus marquée est une de mes camarades qui a été écartelée".

 

 

 

"Notre voyage a duré sept jours et sept nuits"

 

 

Jacqueline Fleury passe un mois et demi à Ravensbrück, puis un peu plus de sept mois dans trois camps de travail différents. Aujourd'hui nonagénaire, elle raconte une période infernale : "La vie au camp, c'est d'abord le réveil à quatre heures et demi du matin, autant qu'on ait pu dormir", se souvient-elle. "Très vite nous allons toutes être malades d'une maladie très avilissante qui s'appelle la dysenterie", une maladie du côlon très répandue dans les camps de concentration.

 

"Nous n'avions pas grand chose dans le ventre, car la nourriture était faite de soupes très liquides, qui ne suffisaient pas au travail épuisant qu'on nous faisait faire", explique Jacqueline Fleury. Elle est libérée le 9 mai 1945, et rapatriée trois semaines plus tard. Aujourd'hui, elle prend soin des survivantes des camps au sein de la Fédération nationale des déportés et internés de la Résistance, et contribue à entretenir la mémoire des défuntes. En France, 600 rescapés de la déportation sont encore en vie.

 

 

 

"Aucune pitié"

 

Le colonel Jean Thomas a lui aussi été arrêté par la Gestapo en 1943. Direction le camp d'Oranienbourg, au nord de Berlin. "Les SS à la tête des camps de concentration ne nous faisaient aucune pitié", raconte-t-il. "Ceux qui tentaient de s'évader étaient pendus, et ceux qui étaient accusés de sabotage recevaient 25 coups de schlague", décrit-il. "Quelques jours avant l'arrivée des troupes soviétiques à Berlin, ils ont encore pendu des gens".

 

 

 

"C'est une race de gens formés à tuer"

 

Jusqu'au bout de l'enfer, Jean Thomas est confronté à la violence et à la mort : à partir d'avril 1945 il est contraint de suivre les Allemands dans leur déroute. Il effectue 300km de marche, avec un souvenir qui restera à jamais gravé dans sa mémoire : "Je me souviens d'un garçon qui pour moi représente le pur héros de la résistance. Il n'a jamais voulu travailler pour les SS, il s'est ouvert les deux tibias", raconte-t-il.

 

"J'étais à côté de lui alors qu'il ne pouvait pas marcher. Au bout de quelque kilomètres, le SS nous a fait signe, à moi et au camarade qui l'aidait aussi à marcher, de partir. Et nous avons entendu la détonation", se rappelle-t-il. "Ceux qui ne pouvaient pas suivre ont été exécutés". A 94 ans aujourd'hui, Jean Thomas ne passe pas un jour sans repenser à ses camarades morts en détention.

 

 

 

 

 

Source : https://www.franceinter.fr/histoire/journee-du-souvenir-des-deportes-nous-n-avions-qu-un-seau-avec-de-l-eau-et-un-autre-pour-nos-besoins

 

 

 

NDR

Jacqueline Fleury, Déportée-Résistante, Vice-présidente nationale de la FNDIR, Grand Officier dans l'Ordre National de la Légion d'Honneur, Grand'Croix dans l'Ordre National du Mérite.

 

Gérard Bocquery Secrétaire général adjoint national de l'UNADIF-FNDIR

Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans UNADIF-FNDIR
commenter cet article
29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 04:00

 

L'INFO n° 1 107

 

 

UNADIF - FNDIR

 

 

L’UNADIF-FNDIR exprime sa plus vive indignation à l’encontre de ceux qui ont mis en vente des panoplies de déportés sur internet. Cet acte ignominieux est une insulte envers les milliers d’enfants massacrés, transformés en cobayes humains dans les camps nazis ou gazés dès leur arrivée dans les usines de la mort. Les déportés survivants et leurs familles ont été blessés dans leur chair par un tel mépris de la souffrance humaine.
 
 
RueduCommerce a eu beau retirer cette annonce de son site internet, le mal est fait. Un tel degré d’inconscience lié à la recherche du profit à tout prix, une telle méconnaissance de l’histoire sont coupables de la part de ceux qui ont porté une atteinte grave à l’honneur et à la dignité des Déportés et de leurs familles. La mémoire des Déportés n’est pas à vendre !
 
 
Ce scandale prouve qu’il est plus que jamais indispensable d’enseigner l’histoire de la Deuxième Guerre mondiale et celle de la monstruosité du régime nazi. La déportation n’est pas un jeu. Elle fut une des étapes les plus abominables de l’histoire de l’humanité. La réduire à des accessoires de carnaval est un véritable crime contre la mémoire. Les simples excuses émises par les responsables de cet acte inqualifiable ne suffisent pas. Il est nécessaire de
sévir afin que de tels faits ne puissent se reproduire.
 
 
Jean-Marie MULLER Président national de l’UNADIF

 

Communiqué : Un crime contre la mémoire
Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans UNADIF-FNDIR
commenter cet article
28 avril 2017 5 28 /04 /avril /2017 04:30

 

L'INFO n° 1 106

 

 

UNADIF - FNDIR

 

 

 

Samedi 29 avril 2017

 

16 H 30 Messe de Requiem en l'Eglise Saint-Roch de Paris



Célébrée en souvenir des Déportés morts pour la France



Recueillement et dépôt de gerbes dans la Chapelle des Déportés.



Institué dès 1953 sur l’initiative des associations ANFROMPF-UNADIF-FNDIR, et plus particulièrement d’Irène de LIPKOWSKI et du Révérend Père Michel RIQUET, qui furent vice-présidents de la FNDIR, ce culte du souvenir a lieu chaque année, la veille de la Journée Nationale du Souvenir, au sein de l’Eglise Saint Roch, dans laquelle a été inauguré en 1953 la Chapelle des Déportés.
 

 

 

 

EGLISE SAINT-ROCH - 296, rue Saint-Honoré – 75001 PARIS

EGLISE SAINT-ROCH - 296, rue Saint-Honoré – 75001 PARIS

 

Dimanche 30 avril 2017 

Journée Nationale du Souvenir des Victimes et Héros de la Déportation



en présence des Autorités civiles, militaires et religieuses




15 H 45 Cérémonie et dépôt de gerbes au MEMORIAL DE LA SHOAH - Rue Geoffroy l’Asnier – 75004 Paris.



16 H 30 Cérémonie et dépôt de gerbes au MEMORIAL DES MARTYRS DE LA DEPORTATION - Île de la Cité - Square de l’Île-de-France – 75004 Paris.



18 H 30 Cérémonie de Ravivage de la Flamme du Souvenir et dépôt de gerbes sous l’Arc de Triomphe de l'Etoile - Place Charles de Gaulle – 75008 Paris.

Journée nationale du Souvenir des Victimes et Héros de la Déportation
Journée nationale du Souvenir des Victimes et Héros de la Déportation
Journée nationale du Souvenir des Victimes et Héros de la Déportation
Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans actualité cérémonie
commenter cet article
26 avril 2017 3 26 /04 /avril /2017 04:30

 

L'INFO n° 1 105

 

 

RAPPEL Conférence ce soir à 19 heures

 

 

Les déportations de répression vers le Reich

 

 

Dès 1933, terroriser, réprimer, « rééduquer » la société allemande, sont des objectifs affichés du régime nazi.


Au service de cette idéologie totalitaire, les camps de concentration constituent d’emblée un des rouages essentiels du IIIème Reich.

Ils forment un système concentrationnaire dont le conflit mondial multiplie le nombre des détenus.

Les victimes de la répression nazie sont principalement des résistants, des politiques, des réfractaires au travail et des raflés de représailles, désormais déportés de toute l’Europe occupée.

Dans le cadre du génocide, les Juifs, sont eux envoyés vers des centres d’extermination, pour être majoritairement assassinés dès leur arrivée.

La déportation est l’outil principal de la répression allemande en France occupée. Il est celui qui fait le plus de victimes : près de 70 000… Parmi elles, 42 compagnons de la Libération dont trois femmes.


Thomas Fontaine évoquera notamment les conditions dans lesquelles ces compagnons ont été déportés.

 

Thomas Fontaine, enseignant-chercheur, spécialiste de l'histoire des déportations
Thomas Fontaine, enseignant-chercheur, spécialiste de l'histoire des déportations

Thomas Fontaine, enseignant-chercheur, spécialiste de l'histoire des déportations

 

L'intervenant

Enseignant-chercheur, Thomas Fontaine est spécialiste de l'histoire des déportations.

Sa thèse, soutenue en 2013 s’intitule « Déporter. Politiques de déportation et répression en France occupée ».

Il a coordonné le Livre-Mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation en 2004, et il est l'auteur de plusieurs livres sur le camp allemand du fort de Romainville.

Il a participé à la réalisation de la nouvelle exposition du musée de l'Ordre et il est depuis fin 2016 le directeur du Musée de la Résistance nationale.

 




Entrée libre dans la limite des places disponibles

réservation obligatoire



par téléphone : 01 47 05 35 15

ou par courriel : secretaire.musee@ordredelaliberation.fr

 



Lieu de la conférence :

Musée de l'Ordre de la Libération

Hôtel national des Invalides
51 bis, boulevard de la Tour Maubourg
75007 Paris

 

 

 

Les prochaines conférences au Musée de l'Ordre...


http://www.unadif.fr/eventlist/details/311-conferences-au-musee-de-lordre-de-la-liberation

Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans actualité colloque
commenter cet article
24 avril 2017 1 24 /04 /avril /2017 10:30

 

L'INFO n° 1 104

 

 

ADIF-FNDIR de l'Aisne   UNADIF-FNDIR 02

ADIF-FNDIR de la Seine Maritime   UNADIF-FNDIR 76

 

 

Jean-Jacques BEHAGUE est décédé lundi 10 avril 2017 dans sa 94ème année à Houppeville.

 

 

Jean-Jacques Béhague, Déporté-Résistant

Jean-Jacques Béhague, Déporté-Résistant

 

Issu d’un modeste milieu ouvrier, « gamin du familo », personne de caractère forgé dès l’enfance par la discipline Godin de Guise (02), il a très tôt été lucide du monde qui l’entourait. Après des études très prometteuses, il entre à l’Ecole Normale ; ce parcours sera interrompu par la guerre. Conséquence de l’esprit militaire de son père entré en Résistance, il décide de s’engager à l’âge de 20 ans.

 

 

Lors de la cérémonie religieuse du 21 avril 2017, Mireille Legrand, Présidente Honoraire de l’ADIF-FNDIR de l’Aisne,  a retracé  sa vie et lui a rendu hommage :

 

«  Je suis déléguée pour vous rendre un hommage à vous Membre de notre Association. Vous aviez tenu à adhérer dans l'Aisne, car vous êtes né à Guise et étiez un Résistant de Guise de l'O.R.A. (Organisation de la Résistance Armée)

 

Le 8 octobre 1943 alors que vous tentiez de rejoindre, en Angleterre, l'armée du Général de Gaulle, vous êtes arrêté à la frontière espagnole et dirigé vers différents endroits, puis vers le camp de Compiègne-Royallieu le 1er décembre 1943.

 

Le 16 janvier 1944, vous êtes déporté au camp de concentration de Buchenwald par  un train où, avec vos compagnons, vous êtes entassés à 100 dans des wagons de marchandises de 16 m2.

Dès votre arrivée à Buchenwald, vous n’êtes plus Jean-Jacques BEHAGUE, mais le matricule 41 117, numéro que vous avez intérêt à dire en allemand, sous peine de sévices, voire de pendaison…

Puis vous êtes transféré au camp de Rottleberode et de là, le 4 avril 1945, c'est le départ sur la "Route de la Mort" où ceux qui sont à bout de souffle sont froidement exécutés.

Sur cette route vous êtes enfin libérés le 3 mai 1945 par les russes. Vous réussissez à rentrer chez vous le 25 mai 1945 ; vous avez 21 ans 1/2 et ne pesez plus que 40kg.

 

Vous avez tenu à offrir, à notre ADIF-FNDIR de l'Aisne, vos témoignages écrits pour les insérer sur le site www.adif-aisne.fr, et le site internet national www.unadif.fr, afin de faire connaître  les horribles traitements infligés à des êtres humains dans l’enfer concentrationnaire nazi -traitements qu’on n’infligerait pas à des animaux. Nous n'oublierons pas, pour que " Plus jamais ça".

 

Monsieur Jean-Jacques BEHAGUE vous avez hautement mérité d’entrer dans l’Ordre national des  Chevaliers de la Légion d’Honneur, de recevoir la Médaille militaire, la Croix de Guerre 1939-1945 avec palme, la Croix du Combattant volontaire de la Résistance et la Médaille de la Déportation pour Faits de Résistance.

Nous, Membres de l’ADIF, vous disons au revoir, et adressons, à vos Enfants, à vos Petits-Enfants et à toute votre Famille, nos condoléances émues. »

 

 

Durant sa vie d’enseignant puis de directeur d’établissement il n’eut de cesse de parler de son parcours. Bien des jeunes, sont venus le voir ou lui ont écrit pour dire à quel point son témoignage les avait marqués et qu’à présent ils se faisaient un devoir de transmettre la mémoire du passé. Tous les ans, inlassablement, le jour des déportés ou du 8 mai, il faisait un discours au monument aux morts d’Houppeville nourri de l’actualité afin de délivrer un message de mise en garde face au monde belliqueux. Il s’était investi pour sauvegarder la liberté dont nous profitons tous.

 

Jean-Jacques Béhague était également Officier dans l'Ordre des Palmes académiques.

 

 

http://www.unadif.fr/02-aisne/jean-jacques-behague

Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans nécrologie
commenter cet article