Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : UNADIF MEDIAS
  • : Pour être informé de l'actualité UNADIF-FNDIR, de l'actualité des UNADIF départementales. Pour être informé de l'actualité mémorielle, évènements, cérémonies, expositions, conférences, livres, films, pages d'Histoire ...
  • Contact

  

 

 

 

a2

 

  sur le BLOG MEDIAS

de l'Union Nationale

des Associations de Déportés,

Internés et Familles de Disparus

logo unadifndir grd taille 

et de la Fédération Nationale

des Déportés et Internés

de la Résistance

  

UNADIF - FNDIR

 Triangle rouge

compteur

 

 

__

 

Ici Londres ! Les français parlent aux français !

 

__

 

 

UNADIF est aussi sur

logo-facebook-circulaire.png

Derniers Articles Publies

  • Le livre des 9 000 déportés de France à Mittelbau-Dora
    L'INFO n° 1 311 Le projet initié en 1998 par notre ami André Sellier, Déporté-Résistant, Historien, Président de l'UNADIF-FNDIR de la Somme, voit le jour cette année, le " livre des 9 000 déportés de France à Mittelbau-Dora " c'est un mémorial de papier...
  • Entretenir la mémoire des résistants et des victimes du nazisme
    L'INFO n° 1 310 UNADIF - FNDIR de la Manche UNADIF-FNDIR 50 Il se bat pour entretenir la mémoire des résistants et des victimes du nazisme Dans le Val-de-Saire, Yves Sassignol est marqué par l'histoire de son grand-père, résistant, qui fut déporté suite...
  • Comment devient-on le général de Gaulle ?
    L'INFO n° 1 309 UNADIF - FNDIR des Deux-Sèvres UNADIF-FNDIR 79 Nicole Sibileau, Présidente UNADIF-FNDIR des Deux-Sèvres vous convie à une Conférence de Frédérique Neau-Dufour, Historienne : " Comment devient-on le général de Gaulle ? " Mardi 13 octobre...
  • Timbres UNADIF-FNDIR du 75ème anniversaire
    L'INFO n° 1 308 UNADIF - FNDIR L’UNADIF - FNDIR a toujours été liée historiquement à la Poste, et notamment par Eugène THOMAS, membre fondateur de la FNDIR, Président de l’UNADIF en 1959 et ancien Ministre des PTT, notamment sous le Général de Gaulle...
  • Nouveau Mur des Noms
    L'INFO n° 1 307 UNADIF - FNDIR de l'Oise UNADIF-FNDIR 60 COMPIEGNE, vendredi 14 février 2020 C’est un bel hommage qui a été rendu avec l’inauguration du nouveau Mur des Noms au Mémorial de l’Internement et de la Déportation du camp du Royal Lieu de Compiègne....
  • La Voix du rêve - Le film
    L'INFO n° 1 306 UNADIF - FNDIR La Voix du rêve - Le film Ce film-documentaire vient d'être validé, en février 2020, par le ministère de l'Education nationale et de la Jeunesse. Ce documentaire est consacré aux derniers témoignages des Déportés-Résistants...
  • Cérémonie-hommage à Nathalie Demeurisse
    L'INFO n° 1 305 UNADIF-FNDIR de l'Oise UNADIF-FNDIR 60 Soucy, samedi 15 février 2020 Hommage à Nathalie Demeurisse-Sokolowsky, porte-drapeau UNADIF-FNDIR, décédée brutalement à 54 ans, le 15 février 2019. Le Président Gérard Bocquery et des membres UNADIF-FNDIR...
  • Sortie républicaine et mémorielle
    L'INFO n° 1 304 UNADIF-FNDIR de la Meurthe-et-Moselle UNADIF-FNDIR 54 Paris, Palais-Bourbon A l'invitation de notre Député Laurent GARCIA, nous avons affrété un car afin de nous rendre, le mardi 4 février 2020, à l'Assemblée nationale pour une visite...
  • Journées nationales et cérémonies officielles
    L'INFO n° 1 303 UNADIF - FNDIR Pour répondre à de nombreuses demandes d'internautes, voici la liste des journées nationales et cérémonies officielles : JOURNEES NATIONALES & CEREMONIES OFFICIELLES Photo d'illustration D.R. 11 MARS La journée nationale...
  • 75ème anniversaire de la libération d'Auschwitz
    L'INFO n° 1 302 UNADIF - FNDIR de l'Oise UNADIF-FNDIR 60 COMPIEGNE , mémorial de l'internement et de la déportation du camp du Royal Lieu Lundi 27 janvier 2020 Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l'holocauste et de la prévention...

S'abonner à notre revue

- Vous souhaitez vous abonner à notre revue trimestrielle "Le Déporté pour la Liberté"

- Vous souhaitez acquérir nos livres, notre CD ou autre

Liste et bon de commande

http://www.unadif.fr/histoire-et-temoignages/les-publications

Commander nos ouvrages

17 octobre 2020 6 17 /10 /octobre /2020 07:00

 

L'INFO n° 1 311

 

 

Le projet initié en 1998 par notre ami André Sellier, Déporté-Résistant, Historien, Président de l'UNADIF-FNDIR de la Somme, voit le jour cette année, 

le "livre des 9 000 déportés de France à Mittelbau-Dora" c'est un mémorial de papier de 4,2 kilos, 2 600 pages et 3 000 photos.

 

 

Le livre des 9 000 déportés de France à Mittelbau-Dora

 

IMPORTANT : DATES DES REMISES DES LIVRES AUX FAMILLES -

 

SOUS RESERVE DES MESURES SANITAIRES EN VIGUEUR

 

Avec toutes les incertitudes liées au contexte sanitaire, voici les prochaines dates pour la remise du Livre aux familles :

 

 

- Jeudi 29 octobre. Fondation de la Résistance de Paris


- Vendredi 20 novembre. Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon


- Mardi 24 novembre. Thouars. Centre Régional Résistance et Liberté


- Vendredi 27 novembre. Hôtel du département d'Orléans


- Samedi 28 novembre. Mayenne. Musée de la Résistance et de la Déportation


- Mercredi 6 janvier 2021. Alençon. Archives Départementales


- Dimanche 17 janvier 2021. Mémorial de la Shoah. Paris

 

 

 

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2020 7 26 /01 /janvier /2020 07:00

 

L'INFO n° 1 292

 

 

Evènement organisé par "Conférences Sara Yalda" et "Éditions Les Arènes"



Simone Veil - L’aube à Birkenau



Textes lus par Léa Drucker et Talila
En présence de Paul Schaffer, rescapé des camps
Récit recueilli et mis en espace par David Teboul



Pour cette soirée unique, le cinéaste David Teboul a demandé à la comédienne Léa Drucker et la chanteuse Talila de faire entendre la voix de Simone Veil dans un montage des textes de son livre : L’aube à Birkenau (éditions les arènes).



L’enfance à Nice, l’arrestation, la déportation, la relation à sa mère, le retour des camps. Simone Veil raconte là l’origine de ses combats, de ses prises de position politiques et personnelles, l’histoire d’une femme libre.



Paul Schaffer, compagnon de déportation et ami de Simone Veil, apportera son témoignage au regard des images inédites filmées et présentées par David Teboul.

 



La genèse du projet :

À la fin des années 1990, David Teboul, jeune cinéaste, propose à Simone Veil de lui consacrer un documentaire. C’est le point de départ d’une amitié qui va durer jusqu’à sa mort. Au fil des années, il enregistre plus de quarante heures d’entretiens.

C’est cette intimité qu’il donne à lire dans L’aube à Birkenau, qu’il donne à entendre sur la scène du théâtre Antoine.

La vérité qui se dégage du texte est saisissante. Les sentiments de David Teboul à son égard, son obsession d’écouter et de comprendre, le temps passé avec elle, expliquent pourquoi Simone Veil s’est livrée telle qu’elle était, sans fard, digne et vibrante.

Simone Veil - L'aube à Birkenau

 

Informations pratiques :

Lundi 27 janvier 2020 à 20 heures

Durée : 1 heure

Théâtre Antoine - 14 Boulevard de Strasbourg - 75010 Paris

Tarifs : de 17 à 41 euros

Billetterie en ligne : www.theatre-antoine.com

Réservation par téléphone : 01 42 08 77 71

Une production Sara Yalda, le théâtre Antoine - Jean-Marc Dumontet et les éditions les arènes.

Lien de l'évènement : https://www.facebook.com/events/539580419962561/

Partager cet article

Repost0
10 décembre 2019 2 10 /12 /décembre /2019 06:00

 

L'INFO n° 1 282

 

 

UNADIF-FNDIR des Yvelines

 

 

UNADIF-FNDIR 78

 

 

Jacqueline Fleury, Déportée-Résistante, présidente nationale du Conseil représentatif des Déportés et Internés de la Résistance, administratrice nationale et présidente départementale UNADIF-FNDIR des Yvelines .

Haute Dignitaire de la République, notre amie Jacqueline est la femme la plus hautement décorée de France, Grand'Croix dans les Ordres nationaux de la Légion d'honneur et du Mérite.

 

 

Sa détermination et sa mémoire son intactes. Et c'est ce qui vous frappe en premier lorsque vous rencontrez Jacqueline Fleury-Marié dans le bureau de son appartement du quartier Montreuil à Versailles.

À 96 ans, celle qui est l'une des dernières rescapées de la déportation encore en vie habitant le département, dit, poétiquement, être « une feuille qui vole, mais d'un arbre qui a beaucoup souffert ».

 

Elle était présente dimanche 24 novembre au salon du livre d'Histoire de Versailles pour y dédicacer son livre sobrement intitulé « Résistante », sorti début octobre. Le récit d'une vie, celle d'une jeune adolescente qui, à 17 ans, s'engage dans la Résistance avec le mouvement Défense de la France puis au sein du réseau de renseignement Mithridate, dont sont déjà membres ses parents et son frère.

 

Torturée par la Gestapo

 

Au début de l'été 1944, elle est arrêtée à Versailles justement, avec sa mère, puis emprisonnée à Fresnes (Val-de-Marne). Torturée par la Gestapo, déportée vers l'Allemagne, elle va subir, d'août 1944 au 13 avril 1945, l'enfer du camp de Ravensbrück avec le matricule 57 595 frappé sur sa poitrine.

 

Élevée par Emmanuel Macron à la Dignité de Grand'Croix dans l'Ordre national de la Légion d'honneur, la plus haute distinction possible, le 14 juillet dernier, Jacqueline Fleury-Marié préside aussi l'association des Anciennes Déportées et Internées de la Résistance (ADIR) où elle a succédé à Geneviève de Gaulle-Anthonioz, une de ses camarades de déportation. Elle est aussi à l'origine du Concours national de la Résistance et de la Déportation qu'elle a créée dans les Yvelines en 1961.

 

 

«On ne peut pas accepter n'importe quoi ! »

 

La Résistance, pour elle, c'est une affaire de famille. « Ma mère est originaire de la région de Soissons, dans l'Aisne qui a été meurtrie par les Allemands en 1914-1918. Mon grand-père maternel a été emprisonné dès 1914 et je ne leur pardonnerai jamais ce qu'ils ont fait aux enfants dans les camps. Ce n'est pas pensable », lâche-t-elle.

 

Si elle s'engage dès 1940 dans la Résistance, c'est pour dire non à la situation de la France. « Je ne comprends pas comment Pétain, qui avait été un grand soldat, a pu se compromettre en serrant la main d'Hitler. Il y a des moments où l'on ne peut pas accepter n'importe quoi », martèle-t-elle.

 

Insouciante du danger dans le Versailles de ce début de la guerre, Jacqueline y mène une double vie. Elle a d'abord fui la ville au début des hostilités avant de revenir et découvrir la croix gammée qui flotte sur le château de Versailles et à Satory, transformé en camp de la Wehrmacht. Un « choc », confie-t-elle.

 

 

Elle a recopié les plans du Mur de l'Atlantique

 

Elle se souvient encore de tous les noms des résistants à Versailles : Yvette Gouineau, sa vacharde prof de lettres qui s'avère être une grande résistante. Andrée Bes, l'amie qui l'introduit à Défense de la France où Jacqueline se fait appeler « Kaky », Marcel D. Roubaix, son fils « Mickey » et les résistants Triboulet et Fontenailles qui incendient le fichier central du STO (Service du travail obligatoire). Elle évoque aussi Serge François, le radio de Mithridate hébergé dans sa propre maison.

 

Puis les arrestations des docteurs Lafaye et Holstein, celle des frères Bleton, l'engagement des frères Tricaud, de Marie Cadennes ou de Anasthasia Walk, dite « Nanette ». Ou bien encore le démantèlement du réseau Confrérie Notre-Dame que la famille Facq-Laurent paiera par la déportation. Quand son frère parvient à voler avec des complices les plans du Mur de l'Atlantique ou de l'Arsenal de Cherbourg, Jacqueline recopie à toute vitesse ces documents dans l'arrière-salle d'un restaurant, proche du marché.

 

 

«Nous ne sommes plus qu'une poignée à pouvoir témoigner »

 

À partir de juin 1944, sa vie bascule. Arrestation, emprisonnement, torture puis les sept longues journées de train dans les wagons à bestiaux. À Ravensbrück, le camp réservé aux femmes, il faut survivre. En sortant des douches, elle retrouve par hasard sa mère. Toutes les deux, plus une autre femme, vont partager un lit de 70 cm de large, souffrir de la soif et de la faim mais croiser aussi de grands personnages : Germaine Tillion et Geneviève de Gaulle-Anthonioz.

 

En souvenir de toutes ses camarades du Lager*, Jacqueline écrit : « Chaque nuit, je vois vos visages. Chaque nuit, j'entends vos voix, Chaque nuit, je vous sens là, près de moi. Mes sœurs de combat, mes compagnes des ténèbres. Nous ne sommes plus qu'une poignée à pouvoir témoigner et le monde nous oublie ».

 

Et Jacqueline, qui dit s'être reconstruite « toute seule » après la guerre, de conclure. « Ce livre, c'est celui de l'amitié. Si certaines sont revenues, c'est grâce à la fraternité. Le partage nous a sauvées ». Les derniers mots de son livre sont sans équivoque : « La Résistance est un combat de chaque jour. Mon combat ».

 

* « Camp » en allemand.

 

 

Source  :    http://www.leparisien.fr/yvelines-78/yvelines-jacqueline-fleury-marie-la-resistance-dans-la-peau-22-11-2019-8199276.php?fbclid=IwAR3zTIrbzm9XJdi-ZtJ3YT8cUPPYUSem7oY87LzmqoSrSrNKtjrgdAsyj0Q

« Résistante », de Jacqueline Fleury-Marié, Calmann-Lévy, 180 pages, 15,90 €  -  Jacqueline Fleury (photo : Le Parisien novembre 2019)
« Résistante », de Jacqueline Fleury-Marié, Calmann-Lévy, 180 pages, 15,90 €  -  Jacqueline Fleury (photo : Le Parisien novembre 2019)

« Résistante », de Jacqueline Fleury-Marié, Calmann-Lévy, 180 pages, 15,90 € - Jacqueline Fleury (photo : Le Parisien novembre 2019)

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2019 6 26 /01 /janvier /2019 05:30

 

L'INFO n° 1 227

 

 

Des noms derrière des numéros

 

Les Presses universitaires de Strasbourg éditent la traduction en français du livre de Hans-Joachim Lang - Die Namen der Nummern - qui retrace son enquête pour retrouver les noms des 86 victimes juives gazées au camp de Natzweiler.

Des noms derrière des numéros

 

En août 1943, des membres de la SS assassinèrent, dans la chambre à gaz du camp de concentration de Natzweiler-Struthof, 29 femmes et 57 hommes, tous Juifs ou d'origine juive. Le commanditaire de ces meurtres était un institut de recherche, l’Ahnenerbe, qui, probablement à des fins de propagande, voulait utiliser les squelettes des victimes pour enrichir la collection anthropologique de l’institut d’anatomie de la Reichsuniversität Straßburg, dirigé par le professeur Hirt.

 

Le destin de ces 86 victimes condense en substance les dimensions de la persécution et de l’extermination européenne des Juifs. Retrouver les noms trop longtemps dissimulés derrière des numéros de matricule et restituer des bribes du monde des vivants auquel ces hommes et ces femmes ont été arrachés, tel est le double objectif de l’enquête de Hans-Joachim Lang.

 

Quiconque fait, grâce à lui, un bout de chemin posthume avec Alice Simon de Berlin et Elisabeth Klein de Vienne, Frank Sachnowitz de Larvik et Maurice Francès de Thessalonique, Jean Kotz de Paris et Levie Khan d’Amsterdam, ou encore Marie Sainderichin de Bruxelles et Fajsch Gichman de Pologne, et avec tous les autres, acquiert des repères dans la topographie de la terreur qui a conduit à la Shoah.

 

 

Le livre sera présenté

 

  • le 11 février à 20h au cinéma Star de Strasbourg
  •  le 14 mars à 18h30 à la BNU de Strasbourg dans le cadre d'une conférence sur "Le patrimoine concentrationnaire, entre histoire et mémoire".

Partager cet article

Repost0
1 novembre 2017 3 01 /11 /novembre /2017 07:00

 

L'INFO n° 1 151

 

 

 

L'Atelier Canopé Marseille vous invite

 

mercredi 8 novembre 2017 de 14 à 17 heures

 

à assister à la présentation de l'ouvrage

 

Enseigner la Résistance, dirigé par Laurent Douzou et Tristan Lecoq

( Editions Canopé 2016 )

 

 

 

 

Programme de l'après-midi :

 

- Présentation des enjeux académiques, didactiques et pédagogiques de l'ouvrage par Tristan Lecoq, codirecteur de la publication, inspecteur général de l'Education nationale, professeur des universités associé (histoire contemporaine) à l'université Paris-Sorbonne, président du jury national des correcteurs du CNRD.

 

- Présentation des contenus scientifiques de l'ouvrage par Jean-Marie Guillon, professeur des universités émérite (Histoire contemporaine), membre du Laboratoire Temps, Espaces, Langages, Europe méridionale - Méditerranée (Université Aix-Marseille-CNRS).

 

- Présentation de l'espace pédagogique en ligne "Enseigner la Résistance", par Hélène Staes, responsable des activités pédagogiques de la Fondation de la Résistance.

 

Enseigner la Résistance

 

Inscription à cet évènement sur le lien ci-dessous

 

https://www.reseau-canope.fr/service/enseigner-la-resistance-une-ressource-canope.html

 

 

 

Site internet UNADIF-FNDIR

 

 

 

Lieu de l'évènement :

 

Atelier Canopé

31, boulevard d'Athènes

13001 Marseille

Partager cet article

Repost0
24 octobre 2017 2 24 /10 /octobre /2017 05:00

 

L'INFO n° 1 148

 

 

Soirée de lancement de l'ouvrage :

 

LA RESISTANCE OBLITEREE. SA MEMOIRE GRAVEE PAR LES TIMBRES

 

 

Mardi 14 novembre 2017 à 18 heures à l'Ordre de la Libération

 

 

 

La Résistance oblitérée
La Résistance oblitérée

 

Réservation obligatoire

par courriel : contact@ordredelaliberation.fr

par téléphone : 01 47 053 515

 

 

http://www.unadif.fr/eventlist/details/329-la-resistance-obliteree

Partager cet article

Repost0
14 octobre 2017 6 14 /10 /octobre /2017 08:00

 

L'INFO n° 1 145

 

 

100 000 noms de collabos rendus publics : un sujet encore tabou

 

 

 

La liste officielle des 100 000 collabos français de la Seconde Guerre mondiale est désormais accessible aux historiens. L’historien Dominique Lormier, qui lui consacre un livre sorti le 21 septembre 2017, raconte comment elle a été bâtie et approuvée.

 

La connaissance de la collaboration durant la dernière guerre fait un pas décisif avec la publication d’une liste officielle. C’est un véritable tableau historique et social de la France qui explique aussi comment certains sont passés à travers les gouttes. L’historien Dominique Lormier décrypte*.

 

 

Comment a été constituée la liste des 100 000 collaborateurs français ?

 

« Elle a été constituée par le contre-espionnage français, sous la responsabilité d’un Breton, le lieutenant-colonel Paillole, qui fut l’un des rares officiers français à être informé de la date du débarquement en Normandie. Ce fichier a été réalisé dès l’Occupation, jusqu’à la Libération. »

 

 

On peut donc le considérer comme fiable ?

 

« En partie. Le thème de mon livre est justement de montrer qu’il y a eu des oublis volontaires et que la collaboration économique a été totalement sous-estimée. Les grands patrons n’y figurent pas. Cela est dû à la volonté du général de Gaulle, afin de relancer la machine économique après la guerre. La lutte des classes apparaît ainsi clairement à travers ce fichier, illustrée par une entraide évidente entre grands industriels et monde politique. Les petits patrons qui avaient un ou deux employés n’ont pas été épargnés, eux. »

 

 

Que nous dit cette liste de la répartition des collaborateurs sur tout le territoire ?

 

« Dans ce fichier figurent les « actifs ». Si on avait compté les sympathisants, il faudrait multiplier ce chiffre de 100 000 par deux ou par trois. La collaboration a été largement répartie sur l’ensemble du territoire mais, d’un département à l’autre, nous n’avons pas la même sociologie chez les miliciens. Vous avez la noblesse et la haute bourgeoisie dans certaines régions, des ouvriers et des classes moyennes dans d’autres. Des gens d’extrême droite et d’extrême gauche se sont également retrouvés dans la haine du système parlementaire. »

 

 

Pourquoi la liste est-elle déclassée maintenant ?

 

« Elle est sortie au moment du procès de Maurice Papon, en 1997. On s’est alors rendu compte que, parmi les gens qui accusaient Papon, certains figuraient dans le fichier… Il a donc été décidé de ne pas l’utiliser et de le mettre en veille. Jusqu’en décembre 2015, date à laquelle le gouvernement a décidé de rendre accessibles aux historiens les archives de la collaboration. Cette liste est donc désormais officielle et publique. »

 

 

En travaillant le sujet et en publiant ce livre, ne craignez-vous pas de réveiller le climat d’après-guerre, avec des familles de nouveau montrées du doigt ?

 

« Nous avons voulu écrire l’histoire du fichier sans faire de délation. Si nous avions publié intégralement les noms, il y aurait eu des suicides?! Donc, nous avons avancé de manière prudente, en citant tout de même pas mal de noms de gens qui ont réellement été condamnés pour collaboration. Ces noms de collaborateurs, dans chaque région, sont publics. Et leurs descendants connaissent leur histoire. Nous n’avons pas non plus puisé dans les noms des « suspects » et des « douteux » du fichier. La plupart n’ont d’ailleurs pas été jugés, bien qu’ayant réellement agi pour la collaboration. Mais il y a tout de même pas mal de noms surprenants qui apparaissent, comme celui d’un grand comédien… Dans le milieu du cinéma ou du théâtre, il fallait montrer patte blanche à l’occupant pour travailler. Sauf à partir aux États-Unis ou à s’engager comme Jean-Pierre Aumont, Jean Marais ou Jean Gabin. »

 

 

Vous écrivez que cette liste « entérine une forme d’épuration sauvage … »

 

« Cette période a permis tous les règlements de comptes. Elle a laissé s’exprimer toutes les jalousies sociales. Dans chaque département français, il y a eu en moyenne 200 personnes abattues pour des raisons de politique ou de jalousie, et non pour des faits de collaboration. J’établis aussi un parallèle entre ces femmes violées et humiliées par des FFI de la dernière heure, en 1945, et des hommes comme Bousquet et Papon, impliqués directement dans la déportation des juifs, qui sont ensuite devenus des notables de la IVe et de la Ve République. »

 

 

À travers les témoignages de jeunes collabos, on découvre des engagements qui ne semblent pas être le fruit d’errances de jeunesse…

 

« Nous avons les témoignages de Français qui s’engagent dans la Waffen SS en 44 alors qu’ils savent très bien que la guerre est perdue. Mais ils sont fascinés et préfèrent fuir le monde réel. Ils s’engagent dans une quête spirituelle et mystique, fondée sur la haine de la démocratie, avec une vision totalement manichéenne du monde. Ils assument totalement leur engagement, comme Drieu La Rochelle.  »

 

 

La France n’a toujours pas fini de panser ses plaies ?

 

« Non. La collaboration reste un sujet tabou en France. Mais il faut avoir une vision panoramique des choses et si l’on additionne tous les forces de la Résistance, on arrive à un chiffre bien plus élevé que celui des collaborateurs. Ce qu’a toujours souligné quelqu’un comme Simone Veil. »

 

 

 

Ce qu’apporte la publication de cette liste aujourd’hui

 

« Cela donne un très beau tableau historique et social de la France et cela nous permet de comprendre les motivations, extrêmement diverses, des gens qui ont collaboré », estime Dominique Lormier.



« La défaite de 1940 est un véritable traumatisme national car on assiste à l’effondrement de la grande puissance coloniale qu’était la France. Les pensées politiques dominantes, comme le radical-socialisme, sont laminées. On se tourne alors vers le vainqueur du moment, car beaucoup de Français sont persuadés que la guerre va être gagnée par l’Allemagne et qu’il faut s’entendre avec elle, quitte à trouver des boucs émissaires, à travers les juifs notamment », ajoute-t-il.

 

« C’est aussi la mise en lumière de la nature humaine. La collaboration n’est pas une spécificité française. Elle a été beaucoup plus forte en Belgique et en Hollande. Mais quand la France n’a pas sa dimension de grandeur et d’humanisme, elle retombe dans les vieux clivages et dans un climat social délétère », souligne l’historien.

 

 

 

 

* Les 100 000 collabos - Editions du Cherche Midi - 400 pages - 22 €

* Les 100 000 collabos - Editions du Cherche Midi - 400 pages - 22 €

Partager cet article

Repost0
11 octobre 2017 3 11 /10 /octobre /2017 05:00

 

L'INFO n° 1 144

 

 

"J'ai deux passions : ma Patrie et la Vérité"



"J'ai défendu la première, les armes à la main. C'est avec la plume que je veux, aujourd'hui, servir la seconde.


[...] C'est sur le sol de France, sur ce sol souillé par l'ennemi, que je voulais me battre. Ce fut une lutte souterraine, un combat masqué.


Je suis entré dans la Gestapo, sur l'ordre de mes chefs de l'Armée secrète. J'ai porté, comme un cilice, l'uniforme à la tête de mort.


[...] J'ai connu le fond de la bassesse humaine. J'ai vécu avec la pègre des délateurs, traîtres et tortionnaires. Pire que cela, je les ai commandés ; ils ont été "mes hommes". Mais je ne suis pas revenu désespéré de ce cercle de l'Enfer, car j'y ai rencontré quelques hommes admirables, mes camarades, qui, à l'aube, partaient en chantant vers le poteau.


C'est à eux, à mes amis de la Résistance, que je pense en mettant aujourd'hui ma plume au service de la Vérité."

 



C'est par ces mots que débutent les mémoires de Jean Lacipiéras, héros de la Résistance.



Récit authentique et haletant, ce livre vous fera découvrir de l'intérieur la lutte clandestine contre l'occupant : vous suivrez la mission des plus périlleuses confiée à Jean Lacipiéras : infiltrer la police Gestapo !

 



Si cet extrait vous a donné envie d'en savoir plus sur ce héros méconnu de la Seconde Guerre mondiale, vous pouvez retrouver cet ouvrage ici : http://bit.ly/2pIgNcz

 

 



source : https://www.facebook.com/Éditions-Pierre-de-Taillac-228239233864505/

Comment j'ai infiltré la Gestapo

Partager cet article

Repost0
6 octobre 2017 5 06 /10 /octobre /2017 05:30

 

L'INFO n° 1 143

 

 

La prison de Montluc en dessin

 

 

Détenue à la maison d’arrêt pour femmes de Lyon la veille de sa fermeture, Louise se réveille seule dans la prison. Entre rêves et réalité, elle rencontre alors d’anciens détenus incarcérés tout au long de l’histoire de la prison de Montluc.

 

La bande dessinée Songes à Montluc a été présentée les 16 et 17 septembre derniers, à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine, où elle a été distribuée aux jeunes visiteurs du Mémorial de la Prison de Montluc.

 

Editée par l’Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre (ONAC-VG) et le Mémorial de la prison de Montluc, cette bande dessinée s’adresse à tous les publics. Réalisée à partir de portraits de détenus historiques, cette bande dessinée vise à faire comprendre la complexité de l’histoire de la prison de Montluc ainsi que ses différentes strates historiques et mémorielles. Une frise chronologique permet également aux lecteurs de bien situer les différents personnages entre l’ouverture de la prison en 1921 et sa fermeture en 2009.

 

Elle a vocation à être distribuée gratuitement dans les Hauts-Lieux de la Mémoire Nationale, les Centres de Documentation et d’Information ainsi que dans les bibliothèques et être offerte aux lauréats des différents concours nationaux (CNRD, bulles de Mémoire et petits artistes de la mémoire...).

 

 

Pour plus de renseignements :

 

Mémorial National de la Prison de Montluc - 69003 Lyon.

 


www.memorial-montluc.fr
 

adrienallier@gmail.com

 

 

ONAC-VG
© Adrien Allier et Mathieu Rebière

 

BD Songes à Montluc

BD Songes à Montluc

 

 

MÉMORIAL NATIONAL DE LA PRISON MONTLUC

 

La prison militaire de Montluc, localisée en face du fort Montluc, ouvre ses portes en 1921. Utilisée pendant la Seconde Guerre mondiale, elle devient prison civile à partir de 1947 et ferme ses portes en 2009 comme maison d’arrêt pour femmes.

 

Prison militaire du régime de Vichy de 1940 à 1943, elle est réquisitionnée par l’occupant nazi à partir de janvier 1943 et ce jusqu’au 24 août 1944. Montluc est alors à Lyon et pour toute la région, la principale porte d'entrée vers la déportation et les exécutions. Lieu d’internement de près de 10 000 hommes, femmes et enfants durant l’occupation allemande, et notamment des enfants d’Izieu, de Jean Moulin et de Marc Bloch, la prison de Montluc est un lieu emblématique des politiques de répression allemandes dans la région de Lyon.

 

Le Mémorial National de la prison de Montluc ouvre ses portes au public en 2010 avec pour objectif de rendre hommage aux milliers de Résistants, Juifs, et otages, victimes des nazis et de Vichy, pendant la période de la Seconde Guerre mondiale, et de mieux comprendre la mise en place des politiques de répression.

 

Haut lieu de la Mémoire nationale, le Mémorial a rejoint en 2010 les sites gérés par le Ministère de la Défense, propriétés de l'État. Ces hauts lieux de la mémoire nationale évoquent chacun un aspect de la mémoire des conflits contemporains. Ce sont des lieux de cérémonies et de recueillement, mais aussi de transmission de la mémoire où sont notamment organisées des actions pédagogiques à destination du jeune public.

 

 

Partager cet article

Repost0
6 avril 2017 4 06 /04 /avril /2017 04:00

 

L'INFO n° 1 097

 

 

La Fondation de la France Libre inaugure, à partir de ce mois d’avril 2017, dans ses nouveaux locaux, un cycle de conférences

 



Mercredi 12 avril à 18 heures

 



Jean-Paul Ollivier interviendra sur le Général de Gaulle et le ralliement des Sénans à la France Libre, sujet qu’il a retracé dans



Sein, 18 juin 1940 : Ils étaient le quart de la France,



livre paru aux Éditions Palantines en 2013.

 



La conférence sera suivie d’une séance de dédicaces.

 

 

 

Sein, 18 juin 1940 : Ils étaient le quart de la France

 

L’accès à cette conférence est libre et gratuit, dans la limite des places disponibles.

 

 

Les personnes intéressées doivent s’inscrire par téléphone au 01 53 62 81 82

ou par courriel à contact@france-libre.net .

 

 

Lieu : Salle de conférence de la Fondation
16, cour des Petites-Ecuries - 75010 Paris

(proche de notre siège national)
 

 



Gérard BOCQUERY Secrétaire général adjoint

 

 

http://www.unadif.fr/eventlist/details/317-conferences-a-la-fondation-de-la-france-libre

Partager cet article

Repost0