Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : UNADIF MEDIAS
  • UNADIF MEDIAS
  • : Pour être informé de l'actualité UNADIF-FNDIR, de l'actualité des ADIF départementales. Pour être informé de l'actualité mémorielle, évènements, cérémonies, expositions, conférences, livres, films, pages d'Histoire ...
  • Contact

  

 

 

 

a2

 

  sur le BLOG MEDIAS

de l'Union Nationale

des Associations de Déportés,

Internés et Familles de Disparus

logo unadifndir grd taille 

et de la Fédération Nationale

des Déportés et Internés

de la Résistance

  

UNADIF - FNDIR

 Triangle rouge

compteur

 

 

__

 

Ici Londres ! Les français parlent aux français !

 

__

 

 

UNADIF est aussi sur

logo-facebook-circulaire.png

Derniers Articles Publies

  • La Résistance oblitérée
    L'INFO n° 1 148 Soirée de lancement de l'ouvrage : LA RESISTANCE OBLITEREE. SA MEMOIRE GRAVEE PAR LES TIMBRES Mardi 14 novembre 2017 à 18 heures à l'Ordre de la Libération Réservation obligatoire par courriel : contact@ordredelaliberation.fr par téléphone...
  • Mémoire de la Déportation Résistante
    L'INFO n° 1 147 UNADIF-FNDIR des Hauts-de-Seine UNADIF-FNDIR 92 PROJET « MEMOIRE DE LA DEPORTATION RESISTANTE » Vendredi 6 octobre 2017, ce projet a été présenté par notre camarade Alain JOLY, Président de l'UNADIF-FNDIR des Hauts-de-Seine, devant les...
  • Hommage aux Combattantes et Combattants de la Résistance
    L'INFO n° 1 146 UNADIF - FNDIR L'UNADIF-FNDIR et des délégations d'UNADIF-FNDIR départementales et leurs Drapeaux étaient présents au Mémorial de la France combattante du Mont Valérien pour le grand hommage annuel rendu aux combattantes et combattants...
  • 100 000 noms de collabos rendus publics
    L'INFO n° 1 145 100 000 noms de collabos rendus publics : un sujet encore tabou La liste officielle des 100 000 collabos français de la Seconde Guerre mondiale est désormais accessible aux historiens. L’historien Dominique Lormier, qui lui consacre un...
  • Comment j'ai infiltré la Gestapo
    L'INFO n° 1 144 "J'ai deux passions : ma Patrie et la Vérité" "J'ai défendu la première, les armes à la main. C'est avec la plume que je veux, aujourd'hui, servir la seconde. [...] C'est sur le sol de France, sur ce sol souillé par l'ennemi, que je voulais...
  • Songes à Montluc
    L'INFO n° 1 143 La prison de Montluc en dessin Détenue à la maison d’arrêt pour femmes de Lyon la veille de sa fermeture, Louise se réveille seule dans la prison. Entre rêves et réalité, elle rencontre alors d’anciens détenus incarcérés tout au long de...
  • Palmarès national du CNRD 2016-2017
    L'INFO n° 1 142 UNADIF-FNDIR L'UNADIF-FNDIR co-fondatrice (avec la CNCVR et le Réseau du Souvenir) et membre du comité stratégique et du collège des correcteurs du Concours National de la Résistance et de la Déportation est heureuse de vous communiquer...
  • Miyasé TASDELEN remporte le CNRD dans le Morbihan
    L'INFO n° 1 141 UNADIF-FNDIR du Morbihan UNADIF-FNDIR 56 Miyasé TASDELEN remporte le concours de la Résistance et de la Déportation dans le Morbihan Quand Guy JOUAN et Bruno VIGOUROUX sont allés évoquer la Résistance et la Déportation de leurs pères respectifs...
  • Le pouvoir de la rue sur les nazis…
    L'INFO n° 1 140 COMMUNIQUE UNADIF - FNDIR Paris, le lundi 25 septembre 2017 Les Associations nationales UNADIF – FNDIR, leurs membres Résistants Déportés et Internés et leurs Descendants veulent faire part de leur indignation à l’égard de la déclaration...
  • Libération de Nancy et de Pont-à-Mousson
    L'INFO n° 1 139 UNADIF-FNDIR de la Meurthe-et-Moselle UNADIF-FNDIR 54 Samedi 16 septembre a eu lieu la commémoration du 73ème anniversaire de la libération de NANCY à la Petite-Malpierre sur le territoire de la commune de CHAMPIGNEULLES orchestrée par...

S'abonner à notre revue

- Vous souhaitez vous abonner à notre revue trimestrielle "Le Déporté pour la Liberté"

- Vous souhaitez acquérir nos livres, notre CD ou autre

Liste et bon de commande

http://www.unadif.fr/histoire-et-temoignages/les-publications

Commander nos ouvrages

24 octobre 2017 2 24 /10 /octobre /2017 05:00

 

L'INFO n° 1 148

 

 

Soirée de lancement de l'ouvrage :

 

LA RESISTANCE OBLITEREE. SA MEMOIRE GRAVEE PAR LES TIMBRES

 

 

Mardi 14 novembre 2017 à 18 heures à l'Ordre de la Libération

 

 

 

La Résistance oblitérée
La Résistance oblitérée

 

Réservation obligatoire

par courriel : contact@ordredelaliberation.fr

par téléphone : 01 47 053 515

 

 

http://www.unadif.fr/eventlist/details/329-la-resistance-obliteree

Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans actualité lecture
commenter cet article
21 octobre 2017 6 21 /10 /octobre /2017 07:00

 

L'INFO n° 1 147

 

 

UNADIF-FNDIR des Hauts-de-Seine     UNADIF-FNDIR 92

 

 

PROJET « MEMOIRE DE LA DEPORTATION RESISTANTE »

 

Vendredi 6 octobre 2017, ce projet a été présenté par notre camarade Alain JOLY, Président de l'UNADIF-FNDIR des Hauts-de-Seine, devant les 135 Chefs d’établissement des collèges des Hauts-de-Seine.

 

Ce projet consiste à doter tous les CDI du coffret DVD UNADIF ( encore à paraître ) et du livre de Michel Claverie "Une mémoire philatélique des camps" pour accompagner les programmes scolaires et faciliter la participation au CNRD.

Le projet a été labellisé « 70ème anniversaire » en 2015 et est financé par le Ministère des Armées et par le Département 92.

 

Le président du Conseil départemental, Patrick Devedjian a apporté un soutien marqué et remarqué à ce projet mêlant Mémoire et Citoyenneté.

Plusieurs membres du Bureau de l’UNADIF-FNDIR 92 feront des interventions dans les collèges en accompagnement de ces documents et diffuseront par la même occasion le Guide UNADIF spécial CNRD 2017-2018.

 

 

 

Alain Joly est intervenu devant les 135 chefs d'établissement du département (Crédit photos : CD 92 / Stéphanie Gutierrez-Ortéga)
Alain Joly est intervenu devant les 135 chefs d'établissement du département (Crédit photos : CD 92 / Stéphanie Gutierrez-Ortéga)

Alain Joly est intervenu devant les 135 chefs d'établissement du département (Crédit photos : CD 92 / Stéphanie Gutierrez-Ortéga)

Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans actualité ADIF
commenter cet article
18 octobre 2017 3 18 /10 /octobre /2017 04:00

 

L'INFO n° 1 146

 

 

UNADIF - FNDIR

 

 

L'UNADIF-FNDIR et des délégations d'UNADIF-FNDIR départementales et leurs Drapeaux étaient présents au Mémorial de la France combattante du Mont Valérien pour le grand hommage annuel rendu aux combattantes et combattants de la Résistance

 

 

Gérard BOCQUERY Secrétaire général adjoint national de l'UNADIF
Président départemental de l'UNADIF-FNDIR de l'Oise

 

 

plus de 120 Porte-Drapeaux présents, parmi eux les Porte-Drapeaux UNADIF-FNDIR
plus de 120 Porte-Drapeaux présents, parmi eux les Porte-Drapeaux UNADIF-FNDIR
plus de 120 Porte-Drapeaux présents, parmi eux les Porte-Drapeaux UNADIF-FNDIR
plus de 120 Porte-Drapeaux présents, parmi eux les Porte-Drapeaux UNADIF-FNDIR
plus de 120 Porte-Drapeaux présents, parmi eux les Porte-Drapeaux UNADIF-FNDIR
plus de 120 Porte-Drapeaux présents, parmi eux les Porte-Drapeaux UNADIF-FNDIR

plus de 120 Porte-Drapeaux présents, parmi eux les Porte-Drapeaux UNADIF-FNDIR

 

Albums-photos sur les liens ci-dessous :

 

ALBUM N°1 Cérémonie sur l'Esplanade Frantz Stock

 

 

ALBUM N°2 Cérémonie en la Clairière des Fusillés

 

Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans actualité cérémonie
commenter cet article
14 octobre 2017 6 14 /10 /octobre /2017 08:00

 

L'INFO n° 1 145

 

 

100 000 noms de collabos rendus publics : un sujet encore tabou

 

 

 

La liste officielle des 100 000 collabos français de la Seconde Guerre mondiale est désormais accessible aux historiens. L’historien Dominique Lormier, qui lui consacre un livre sorti le 21 septembre 2017, raconte comment elle a été bâtie et approuvée.

 

La connaissance de la collaboration durant la dernière guerre fait un pas décisif avec la publication d’une liste officielle. C’est un véritable tableau historique et social de la France qui explique aussi comment certains sont passés à travers les gouttes. L’historien Dominique Lormier décrypte*.

 

 

Comment a été constituée la liste des 100 000 collaborateurs français ?

 

« Elle a été constituée par le contre-espionnage français, sous la responsabilité d’un Breton, le lieutenant-colonel Paillole, qui fut l’un des rares officiers français à être informé de la date du débarquement en Normandie. Ce fichier a été réalisé dès l’Occupation, jusqu’à la Libération. »

 

 

On peut donc le considérer comme fiable ?

 

« En partie. Le thème de mon livre est justement de montrer qu’il y a eu des oublis volontaires et que la collaboration économique a été totalement sous-estimée. Les grands patrons n’y figurent pas. Cela est dû à la volonté du général de Gaulle, afin de relancer la machine économique après la guerre. La lutte des classes apparaît ainsi clairement à travers ce fichier, illustrée par une entraide évidente entre grands industriels et monde politique. Les petits patrons qui avaient un ou deux employés n’ont pas été épargnés, eux. »

 

 

Que nous dit cette liste de la répartition des collaborateurs sur tout le territoire ?

 

« Dans ce fichier figurent les « actifs ». Si on avait compté les sympathisants, il faudrait multiplier ce chiffre de 100 000 par deux ou par trois. La collaboration a été largement répartie sur l’ensemble du territoire mais, d’un département à l’autre, nous n’avons pas la même sociologie chez les miliciens. Vous avez la noblesse et la haute bourgeoisie dans certaines régions, des ouvriers et des classes moyennes dans d’autres. Des gens d’extrême droite et d’extrême gauche se sont également retrouvés dans la haine du système parlementaire. »

 

 

Pourquoi la liste est-elle déclassée maintenant ?

 

« Elle est sortie au moment du procès de Maurice Papon, en 1997. On s’est alors rendu compte que, parmi les gens qui accusaient Papon, certains figuraient dans le fichier… Il a donc été décidé de ne pas l’utiliser et de le mettre en veille. Jusqu’en décembre 2015, date à laquelle le gouvernement a décidé de rendre accessibles aux historiens les archives de la collaboration. Cette liste est donc désormais officielle et publique. »

 

 

En travaillant le sujet et en publiant ce livre, ne craignez-vous pas de réveiller le climat d’après-guerre, avec des familles de nouveau montrées du doigt ?

 

« Nous avons voulu écrire l’histoire du fichier sans faire de délation. Si nous avions publié intégralement les noms, il y aurait eu des suicides?! Donc, nous avons avancé de manière prudente, en citant tout de même pas mal de noms de gens qui ont réellement été condamnés pour collaboration. Ces noms de collaborateurs, dans chaque région, sont publics. Et leurs descendants connaissent leur histoire. Nous n’avons pas non plus puisé dans les noms des « suspects » et des « douteux » du fichier. La plupart n’ont d’ailleurs pas été jugés, bien qu’ayant réellement agi pour la collaboration. Mais il y a tout de même pas mal de noms surprenants qui apparaissent, comme celui d’un grand comédien… Dans le milieu du cinéma ou du théâtre, il fallait montrer patte blanche à l’occupant pour travailler. Sauf à partir aux États-Unis ou à s’engager comme Jean-Pierre Aumont, Jean Marais ou Jean Gabin. »

 

 

Vous écrivez que cette liste « entérine une forme d’épuration sauvage … »

 

« Cette période a permis tous les règlements de comptes. Elle a laissé s’exprimer toutes les jalousies sociales. Dans chaque département français, il y a eu en moyenne 200 personnes abattues pour des raisons de politique ou de jalousie, et non pour des faits de collaboration. J’établis aussi un parallèle entre ces femmes violées et humiliées par des FFI de la dernière heure, en 1945, et des hommes comme Bousquet et Papon, impliqués directement dans la déportation des juifs, qui sont ensuite devenus des notables de la IVe et de la Ve République. »

 

 

À travers les témoignages de jeunes collabos, on découvre des engagements qui ne semblent pas être le fruit d’errances de jeunesse…

 

« Nous avons les témoignages de Français qui s’engagent dans la Waffen SS en 44 alors qu’ils savent très bien que la guerre est perdue. Mais ils sont fascinés et préfèrent fuir le monde réel. Ils s’engagent dans une quête spirituelle et mystique, fondée sur la haine de la démocratie, avec une vision totalement manichéenne du monde. Ils assument totalement leur engagement, comme Drieu La Rochelle.  »

 

 

La France n’a toujours pas fini de panser ses plaies ?

 

« Non. La collaboration reste un sujet tabou en France. Mais il faut avoir une vision panoramique des choses et si l’on additionne tous les forces de la Résistance, on arrive à un chiffre bien plus élevé que celui des collaborateurs. Ce qu’a toujours souligné quelqu’un comme Simone Veil. »

 

 

 

Ce qu’apporte la publication de cette liste aujourd’hui

 

« Cela donne un très beau tableau historique et social de la France et cela nous permet de comprendre les motivations, extrêmement diverses, des gens qui ont collaboré », estime Dominique Lormier.



« La défaite de 1940 est un véritable traumatisme national car on assiste à l’effondrement de la grande puissance coloniale qu’était la France. Les pensées politiques dominantes, comme le radical-socialisme, sont laminées. On se tourne alors vers le vainqueur du moment, car beaucoup de Français sont persuadés que la guerre va être gagnée par l’Allemagne et qu’il faut s’entendre avec elle, quitte à trouver des boucs émissaires, à travers les juifs notamment », ajoute-t-il.

 

« C’est aussi la mise en lumière de la nature humaine. La collaboration n’est pas une spécificité française. Elle a été beaucoup plus forte en Belgique et en Hollande. Mais quand la France n’a pas sa dimension de grandeur et d’humanisme, elle retombe dans les vieux clivages et dans un climat social délétère », souligne l’historien.

 

 

 

 

* Les 100 000 collabos - Editions du Cherche Midi - 400 pages - 22 €

* Les 100 000 collabos - Editions du Cherche Midi - 400 pages - 22 €

Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans actualité lecture
commenter cet article
11 octobre 2017 3 11 /10 /octobre /2017 05:00

 

L'INFO n° 1 144

 

 

"J'ai deux passions : ma Patrie et la Vérité"



"J'ai défendu la première, les armes à la main. C'est avec la plume que je veux, aujourd'hui, servir la seconde.


[...] C'est sur le sol de France, sur ce sol souillé par l'ennemi, que je voulais me battre. Ce fut une lutte souterraine, un combat masqué.


Je suis entré dans la Gestapo, sur l'ordre de mes chefs de l'Armée secrète. J'ai porté, comme un cilice, l'uniforme à la tête de mort.


[...] J'ai connu le fond de la bassesse humaine. J'ai vécu avec la pègre des délateurs, traîtres et tortionnaires. Pire que cela, je les ai commandés ; ils ont été "mes hommes". Mais je ne suis pas revenu désespéré de ce cercle de l'Enfer, car j'y ai rencontré quelques hommes admirables, mes camarades, qui, à l'aube, partaient en chantant vers le poteau.


C'est à eux, à mes amis de la Résistance, que je pense en mettant aujourd'hui ma plume au service de la Vérité."

 



C'est par ces mots que débutent les mémoires de Jean Lacipiéras, héros de la Résistance.



Récit authentique et haletant, ce livre vous fera découvrir de l'intérieur la lutte clandestine contre l'occupant : vous suivrez la mission des plus périlleuses confiée à Jean Lacipiéras : infiltrer la police Gestapo !

 



Si cet extrait vous a donné envie d'en savoir plus sur ce héros méconnu de la Seconde Guerre mondiale, vous pouvez retrouver cet ouvrage ici : http://bit.ly/2pIgNcz

 

 



source : https://www.facebook.com/Éditions-Pierre-de-Taillac-228239233864505/

Comment j'ai infiltré la Gestapo
Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans actualité lecture
commenter cet article
6 octobre 2017 5 06 /10 /octobre /2017 05:30

 

L'INFO n° 1 143

 

 

La prison de Montluc en dessin

 

 

Détenue à la maison d’arrêt pour femmes de Lyon la veille de sa fermeture, Louise se réveille seule dans la prison. Entre rêves et réalité, elle rencontre alors d’anciens détenus incarcérés tout au long de l’histoire de la prison de Montluc.

 

La bande dessinée Songes à Montluc a été présentée les 16 et 17 septembre derniers, à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine, où elle a été distribuée aux jeunes visiteurs du Mémorial de la Prison de Montluc.

 

Editée par l’Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre (ONAC-VG) et le Mémorial de la prison de Montluc, cette bande dessinée s’adresse à tous les publics. Réalisée à partir de portraits de détenus historiques, cette bande dessinée vise à faire comprendre la complexité de l’histoire de la prison de Montluc ainsi que ses différentes strates historiques et mémorielles. Une frise chronologique permet également aux lecteurs de bien situer les différents personnages entre l’ouverture de la prison en 1921 et sa fermeture en 2009.

 

Elle a vocation à être distribuée gratuitement dans les Hauts-Lieux de la Mémoire Nationale, les Centres de Documentation et d’Information ainsi que dans les bibliothèques et être offerte aux lauréats des différents concours nationaux (CNRD, bulles de Mémoire et petits artistes de la mémoire...).

 

 

Pour plus de renseignements :

 

Mémorial National de la Prison de Montluc - 69003 Lyon.

 


www.memorial-montluc.fr
 

adrienallier@gmail.com

 

 

ONAC-VG
© Adrien Allier et Mathieu Rebière

 

BD Songes à Montluc

BD Songes à Montluc

 

 

MÉMORIAL NATIONAL DE LA PRISON MONTLUC

 

La prison militaire de Montluc, localisée en face du fort Montluc, ouvre ses portes en 1921. Utilisée pendant la Seconde Guerre mondiale, elle devient prison civile à partir de 1947 et ferme ses portes en 2009 comme maison d’arrêt pour femmes.

 

Prison militaire du régime de Vichy de 1940 à 1943, elle est réquisitionnée par l’occupant nazi à partir de janvier 1943 et ce jusqu’au 24 août 1944. Montluc est alors à Lyon et pour toute la région, la principale porte d'entrée vers la déportation et les exécutions. Lieu d’internement de près de 10 000 hommes, femmes et enfants durant l’occupation allemande, et notamment des enfants d’Izieu, de Jean Moulin et de Marc Bloch, la prison de Montluc est un lieu emblématique des politiques de répression allemandes dans la région de Lyon.

 

Le Mémorial National de la prison de Montluc ouvre ses portes au public en 2010 avec pour objectif de rendre hommage aux milliers de Résistants, Juifs, et otages, victimes des nazis et de Vichy, pendant la période de la Seconde Guerre mondiale, et de mieux comprendre la mise en place des politiques de répression.

 

Haut lieu de la Mémoire nationale, le Mémorial a rejoint en 2010 les sites gérés par le Ministère de la Défense, propriétés de l'État. Ces hauts lieux de la mémoire nationale évoquent chacun un aspect de la mémoire des conflits contemporains. Ce sont des lieux de cérémonies et de recueillement, mais aussi de transmission de la mémoire où sont notamment organisées des actions pédagogiques à destination du jeune public.

 

 

Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans actualité lecture
commenter cet article
3 octobre 2017 2 03 /10 /octobre /2017 05:30

 

L'INFO n° 1 142

 

 

UNADIF-FNDIR

 

 

L'UNADIF-FNDIR co-fondatrice (avec la CNCVR et le Réseau du Souvenir) et membre du comité stratégique et du collège des correcteurs du Concours National de la Résistance et de la Déportation est heureuse de vous communiquer le PALMARES NATIONAL du CNRD pour l'année scolaire 20I6-20I7

 

PALMARES NATIONAL 2016-2017

 

 

Le thème de la session 2016-2017 du concours était « La négation de l’homme dans l’univers concentrationnaire nazi ».

 

Pour l'année scolaire 2016-2017, 42 938 élèves issus de 1 843 établissements répartis sur l'ensemble du territoire national ainsi que d'établissements français à l'étranger ont participé au concours. Une légère baisse par rapport à la session 2015-2016.

 

Les Bureaux nationaux de l’UNADIF-FNDIR félicitent chaleureusement l’ensemble des lauréats et leurs professeurs.

 

 

 

Gérard Bocquery Secrétaire général adjoint national

 

Palmarès national du CNRD 2016-2017
Palmarès national du CNRD 2016-2017
Palmarès national du CNRD 2016-2017

 

La remise des prix nationaux aura lieu au cours de l'année scolaire 2017-2018, la date et le lieu seront communiqués ultérieurement

Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans C N R D
commenter cet article
1 octobre 2017 7 01 /10 /octobre /2017 12:00

 

L'INFO n° 1 141

 

 

UNADIF-FNDIR du Morbihan     UNADIF-FNDIR 56

 

 

Miyasé TASDELEN remporte le concours de la Résistance et de la Déportation dans le Morbihan

 

Quand Guy JOUAN et Bruno VIGOUROUX sont allés évoquer la Résistance et la Déportation de leurs pères respectifs au lycée Joseph LOTH de Pontivy dans la classe de 1ère ES  de Mme Delphine SEGUET, en vue du concours, ils n’avaient pas remarqué une élève attentive Miyasé TASDELEN.

 

Cette élève de 17 ans, née en Savoie, porte un nom avec une histoire. Son grand père, appartenant à une minorité opprimée turque, s’est réfugié en France dans les années 70. Miayasé est née en Savoie. Ses parents ont rejoint la Bretagne pour ouvrir un restaurant turque en 2002. Cette jeune fille aide ses parents en travaillant le soir et ensuite fait ses devoirs de lycéenne studieuse.

 

Pour la remise des prix, Miyasé accompagnée de son papa sont venus sous les ors de la Préfecture du Morbihan. ’’Avoir des origines différentes et réussir dans son pays d’accueil, c’est possible’’ nous dit tout simplement Miyasé.

 

Miyasé, la bretonne envisage l’avenir à défendre les gens contre l’injustice et défendre aussi partout les valeurs de la République Française.

 

 

 

Miyasé TASDELEN remporte le concours de la Résistance et de la Déportation dans le Morbihan

Miyasé TASDELEN remporte le concours de la Résistance et de la Déportation dans le Morbihan

 

L'UNADIF-FNDIR renouvelle ses plus sincères félicitations à cette brillante lauréate

Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans C N R D
commenter cet article
28 septembre 2017 4 28 /09 /septembre /2017 11:00

 

L'INFO n° 1 140

 

 

COMMUNIQUE  UNADIF - FNDIR

 

 

Paris, le lundi 25 septembre 2017
 
 
Les Associations nationales UNADIF – FNDIR, leurs membres Résistants Déportés et Internés et leurs Descendants veulent faire part de leur indignation à l’égard de la déclaration de Monsieur Jean-Luc MELENCHON, lors d’une manifestation publique, le samedi 23 septembre, Place de la République à Paris, qui a affirmé que « les nazis ont été vaincus par la rue ».
 
 
 
Cette déclaration est évidemment gratuite et sans fondement. Elle bafoue l’histoire car ce n’est pas la rue qui a chassé les nazis mais bien la résistance intérieure et extérieure et les alliés de la France. Pourquoi commettre un tel contre sens. Quel gain y-a-t-il pour un responsable politique, élu de la Nation, à jouer avec les références historiques incontestables de notre pays ?
 
 
 
Ce mépris affiché à l’égard des Résistants Déportés et Internés est intolérable. Aucune manoeuvre politique ne peut justifier une telle banalisation de l’histoire, une instrumentalisation des consciences au prétexte de légitimer le pouvoir de la rue.
 
 
 
Alors, les derniers déportés survivants pour faits de résistance et leurs descendants exigent un démenti de la part de Monsieur MELENCHON concernant cette allégation mensongère et réaffirment avec force qu’ils seront vigilants quant au respect de la vérité historique et aux éventuelles tentations de « refaire l’histoire ».
 
 
 
 
Pierre GASCON, Déporté-Résistant, Président de la FNDIR ;
Jean-Marie MULLER, Fils de Déporté-Résistant, Président de l’UNADIF ;
Les Membres des Conseils d’Administration UNADIF et FNDIR

 

 

Le pouvoir de la rue sur les nazis…
Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans UNADIF-FNDIR
commenter cet article
24 septembre 2017 7 24 /09 /septembre /2017 07:30

 

L'INFO n° 1 139

 

 

UNADIF-FNDIR de la Meurthe-et-Moselle      UNADIF-FNDIR 54

 

 

Samedi 16 septembre a eu lieu la commémoration du 73ème anniversaire de la libération de NANCY à la Petite-Malpierre sur le territoire de la commune de CHAMPIGNEULLES orchestrée par mes soins comme de tradition, sous l'autorité du Préfet de Meurthe-et-Moselle Philippe MAHE et du Colonel Jean-Marc REGNIER Délégué Militaire Départemental.

 

Les 74 noms des fusillés dans cette clairière ont été énumérés avant le dépôt de gerbes par les Associations et les autorités civiles et militaires. 

 

Une gerbe au nom de l'UNADIF-FNDIR 54 a été déposée conjointement avec la FNDIRP pendant la diffusion du chant des partisans.

 

La même cérémonie a eu lieu un peu plus tard au Monument de la Résistance à LAXOU en présence des même autorités et du nouveau Député Laurent GARCIA.

 

 

 

Dimanche 17 septembre a eu lieu à PONT-A-MOUSSON la cérémonie commémorative de la libération de cette localité en 1944.

 

A la demande du Président des Associations Résistantes de Lorraine, j'ai déposé une gerbe devant le monument érigé en la mémoire des maquisards locaux, accompagné d'un ancien déporté de MAUTHAUSEN. l'hymne américain, l'hymne anglais ont précédé la Marseillaise avant que des élèves  et leur professeur entonnent le Chant des Marais à capella. 

 

Le Délégué Militaire Départemental Adjoint, le Colonel CALERO a remercié notre Association pour sa présence et sa disponibilité.

 

Jean-Pierre PESSON Président départemental de l'UNADIF-FNDIR 54

 

 

 

Le Président Jean-Pierre Pesson dépose la gerbe UNADIF-FNDIR

Le Président Jean-Pierre Pesson dépose la gerbe UNADIF-FNDIR

Repost 0
Publié par Gérard BOCQUERY - dans actualité ADIF
commenter cet article