Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : UNADIF MEDIAS
  • : Pour être informé de l'actualité UNADIF-FNDIR, de l'actualité des UNADIF départementales. Pour être informé de l'actualité mémorielle, évènements, cérémonies, expositions, conférences, livres, films, pages d'Histoire ...
  • Contact

  

 

 

 

a2

 

  sur le BLOG MEDIAS

de l'Union Nationale

des Associations de Déportés,

Internés et Familles de Disparus

logo unadifndir grd taille 

et de la Fédération Nationale

des Déportés et Internés

de la Résistance

  

UNADIF - FNDIR

 Triangle rouge

compteur

 

 

__

 

Ici Londres ! Les français parlent aux français !

 

__

 

 

UNADIF est aussi sur

logo-facebook-circulaire.png

Derniers Articles Publies

  • Hubert Germain, dernier compagnon
    L'INFO n° 1 333 "Il réside dans une petite chambre de l’Institution des Invalides, qui, depuis Louis XIV, accueille et prend soin des vieux soldats qui ont servi la France. S’il en est un qui répond à cette qualité, c’est bien lui, Hubert Germain, ancien...
  • Meilleurs voeux
    L'INFO n° 1 332 UNADIF - FNDIR L'ensemble des membres du Bureau national et du Conseil d'administration national UNADIF-FNDIR se joint au Président national Jean-Marie Muller, pour vous présenter ses meilleurs voeux pour 2021 MEILLEURS VOEUX À TOUTES...
  • De Gaulle, un homme du Nord (ep 10)
    L'INFO n° 1 331 "De Gaulle, un homme du Nord", est une web-série créée à partir des archives de l'Institut national de l'Audiovisuel pour comprendre comment le Général a été marqué et façonné toute sa vie durant par sa région natale, qu'il n'a jamais...
  • De Gaulle, un homme du Nord (ep 9)
    L'INFO n° 1 330 "De Gaulle, un homme du Nord", est une web série créée à partir des archives de l'INA (Institut National de l'Audiovisuel) pour comprendre comment le Général a été marqué et façonné toute sa vie durant par sa région natale, qu'il n'a jamais...
  • De Gaulle, un homme du Nord (ep 8)
    L'INFO n° 1 329 "De Gaulle, un homme du Nord", est une web série créée à partir des archives de l'INA (Institut National de l'Audiovisuel) pour comprendre comment le Général a été marqué et façonné toute sa vie durant par sa région natale, qu'il n'a jamais...
  • De Gaulle, un homme du Nord (ep 7)
    L'INFO n° 1 328 Créée à l'occasion de l'année « De Gaulle, Hauts-de-France 2020 » lancée par la région des Hauts-de-France, cette série inédite retrace les liens entre le Général et sa région natale grâce aux images de l'@Ina Officiel. Episode 7 / 10...
  • De Gaulle, un homme du Nord (ep 6)
    L'INFO n° 1 327 Créée à l'occasion de l'année « De Gaulle, Hauts-de-France 2020 » lancée par la région des Hauts-de-France, cette série inédite retrace les liens entre le Général et sa région natale grâce aux images de l'@Ina Officiel. Episode 6 / 10...
  • De Gaulle, un homme du Nord (ep 5)
    L'INFO n° 1 326 "De Gaulle, un homme du Nord", est une web série créée à partir des archives de l'INA (Institut National de l'Audiovisuel) pour comprendre comment le Général a été marqué et façonné toute sa vie durant par sa région natale, qu'il n'a jamais...
  • De Gaulle, un homme du Nord (ep 4)
    L'INFO n° 1 325 "De Gaulle, un homme du Nord", est une web série créée à partir des archives de l'INA (Institut National de l'Audiovisuel) pour comprendre comment le Général a été marqué et façonné toute sa vie durant par sa région natale, qu'il n'a jamais...
  • De Gaulle, un homme du Nord (ep 3)
    L'INFO n° 1 324 "De Gaulle, un homme du Nord", est une web série créée à partir des archives de l'INA (Institut National de l'Audiovisuel) pour comprendre comment le Général a été marqué et façonné toute sa vie durant par sa région natale, qu'il n'a jamais...

S'abonner à notre revue

- Vous souhaitez vous abonner à notre revue trimestrielle "Le Déporté pour la Liberté"

- Vous souhaitez acquérir nos livres, notre CD ou autre

Liste et bon de commande

http://www.unadif.fr/histoire-et-temoignages/les-publications

Commander nos ouvrages

12 janvier 2021 2 12 /01 /janvier /2021 06:00

 

L'INFO n° 1 333

 

 

"Il réside dans une petite chambre de l’Institution des Invalides, qui, depuis Louis XIV, accueille et prend soin des vieux soldats qui ont servi la France. S’il en est un qui répond à cette qualité, c’est bien lui, Hubert Germain, ancien officier de la 13e DBLE. L’homme a aujourd’hui 100 ans bien sonnés, et la mort du secrétaire de Jean Moulin, Daniel Cordier, le 20 novembre dernier, a eu pour conséquence de lui ouvrir un destin singulier : conformément aux statuts de l’ordre de la Libération, à sa mort il sera inhumé au Mont-Valérien, dans la crypte du Mémorial, caveau n° 9. S’il n’en reste qu’un…
 
 
Quand le gouverneur des Invalides, le général de Saint Chamas, se plante à l’entrée de sa chambre et lance un «bonjour mon lieutenant», Germain savoure. À tout, à «monsieur le ministre», ou «monsieur le président», il préfère ce grade de jeune homme, gagné en Syrie et justifié en Libye, puis en Italie et en Alsace. «Mon lieutenant», c’est le salut fraternel d’un cadet qui a commandé la Légion étrangère à un ancien qui a combattu dans ses rangs.
 
Le lieutenant a franchi le cap du siècle mais il a belle allure encore.
 
 
Évidemment, le grand chef de section efflanqué, le colosse entré en politique (il sera député de Paris), s’est tassé au fil des ans, mais il est encore bien présent, au milieu de photos, de dessins d’enfants et de souvenirs. Il en a autant que s’il avait mille ans. Longtemps, Hubert Germain a été sinon le plus jeune, du moins parmi les plus jeunes: engagé de la France libre à 19 ans, chevalier de la Légion d’honneur à 21, compagnon de la Libération à 23.
 
Aurait-il parié sur pareil destin, lui le lycéen turbulent à qui son père, le général Maxime Germain, brillant sujet de la méritocratie française, passé d’une ferme du Dauphiné à l’École polytechnique, membre du cabinet du ministre de la Guerre en 1934, un certain maréchal Pétain, disait pour le convaincre de travailler: «N’oublie pas que tu devras faire la guerre»?
«Ceux qui ont réfléchi n’ont pas bougé»
 
 
Il la fera. En juin 1940, Hubert passe les concours des grandes écoles. École de l’air ou navale, il hésite… Nous sommes le 14 juin, les Allemands sont à Paris, alors les tergiversations ne sont plus de mise. L’élève Germain se lève au bout de quelques minutes, et rend copie blanche. Serait-ce qu’il sèche devant le sujet? «Tout ça, c’est inutile, je pars faire la guerre.» Il gagne Saint-Jean-de-Luz et embarque sur un bateau avec des troupes polonaises en route pour l’Angleterre. L’aventure commence.
 
 
Quatre-vingts ans plus tard, Hubert Germain est assis dans son fauteuil, droit, regardant devant lui, comme si le film des événements passait sous ses yeux. Sa mémoire est impeccable. Il en a confié la substance, au fil des mots, à Marc Leroy dans un petit livre (1), qui vient d’être récompensé par le prix Erwan-Bergot de l’armée de terre. On y entend sa voix, intacte.
«C’est un conteur, disent Catherine Bon et Guillemette de Sairigné, les filles du colonel de Sairigné, qui le visitent régulièrement. À l’Assemblée nationale, il paraît que ses prises de parole étaient mémorables. Même ses adversaires politiques en convenaient.»
 
 
En septembre 1941, Germain sort de l’école d’officiers de Damas (Syrie) et choisit la Légion étrangère. Cinq mois plus tard, il rejoint un bataillon de la 13e DBLE. Il aime être à l’avant, en pointe. Avec cette unité auréolée du prestige de Narvik, il combattra à El Himeimat, El Alamein, et bien sûr Bir Hakeim. Il sera de la célèbre sortie du camp retranché à travers les champs de mines, dans la nuit du 10 au 11 juin 1942, à la tête de ses légionnaires qui lui décerneront la plus belle des citations: «Nous apercevions votre grande silhouette, il n’y avait qu’à vous suivre.» «Bir Hakeim n’était évidemment pas Austerlitz, ceux qui s’y sont battus ont pourtant été des témoins», dira le général de Gaulle à Malraux (Les Chênes qu’on abat).
 
 
Pendant la guerre, la trajectoire fulgurante de Germain croise celle de son père, emporté par le cours de la politique suivie par le gouvernement de Vichy. Tandis que le fils gagnait Londres, le général Germain était envoyé à Djibouti pour s’assurer de la loyauté des troupes françaises des côtes des Somalies. Il sera ensuite inspecteur général des troupes coloniales, avant d’être mis à la retraite en 1942 puis déporté en juin 1944. Un exemple classique d’officier fidèle au vainqueur de Verdun, Pétain, celui que Malraux qualifiera d’«émouvant protecteur des ruines». Maxime Germain, patriote et loyaliste, ne se remettra jamais des cas de conscience que la guerre engendra.
 
 
Aujourd’hui, Hubert Germain ne juge pas son père à qui il voue une affection pudique. Il regrette de ne jamais avoir pris le temps de lui parler. D’expliquer son attitude réfractaire («ceux qui ont réfléchi n’ont pas bougé», lance-t-il), de comprendre la fidélité paternelle au Maréchal. À son retour de déportation, Hubert ira chercher Maxime à la gare de Cannes. Il ne sera pas seul, emmenant sa compagnie de légionnaires, et le jeune lieutenant FFL fera présenter les armes au vieil homme déchu, flottant dans son costume. Émouvant hommage d’une génération à une autre, celle de Bir Hakeim à celle de Verdun.
 
 
Reconnaissance aux aumôniers militaires
 
Dans le récit qu’il fait de sa guerre, Germain n’oublie pas ses hommes, le légionnaire Heizel, ancien soldat de la Reichwehr tué en Italie en mai 1944, le vieux sergent-chef Struzyna, un Polonais qui disait au jeune officier, dans un style poétique et touchant: «Mon lieutenant vous serez toujours pour nous comme la neige sur ces montagnes.»
 
 
Mais la reconnaissance de ce chrétien à la fois fidèle et hanté va aussi aux aumôniers militaires, à ces hommes de Dieu plongés dans l’enfer avec pour mission d’encourager les vivants et de tenir la main des mourants: ainsi le père Hirlemann, qu’il retrouva dans les années 1960 vivant misérablement. Il l’emmena à Messmer qui lui assura une retraite décente, et une place au carré des légionnaires au cimetière de Puyloubier. Ainsi le père Starky, fait compagnon avec lui le 30 juin 1944, et qui lui confiera: «À Bir Hakeim, nous avons brûlé notre meilleur charbon.»
 
 
On le comprend. Ils étaient des «hommes partis de rien» (le mot est de Cassin), tendus vers le plus beau des objectifs, la libération de leur pays. Tels les soldats d’Hugo, ils avaient le sentiment d’avoir «vaincu toute la terre, chassé vingt rois, passé les Alpes et le Rhin, et leur âme chantait dans les clairons d’airain!». Mais la paix revenue… Va-t-il rester sous les drapeaux?
 
 
«Je me suis engagé pour faire la guerre, pas des réceptions»
 
 
Germain a gardé son franc-parler pour juger ses supérieurs: de Gaulle, «un deuxième père» ; Legentilhomme, un seigneur ; Koenig, dont il fut l’aide de camp, et avec qui les relations furent houleuses: «Il n’avait pas la classe d’un De Lattre.» C’est à cause de lui qu’il claquera la porte de l’armée en 1946. Alors que le vainqueur de Bir-Hakeim, devenu commandant des forces françaises en Allemagne, demande à son jeune subordonné d’organiser un cocktail, celui-ci songe: «Je me suis engagé pour faire la guerre, pas des réceptions.» Koenig est mécontent de sa prestation: «Germain, par qui avez-vous été élevé?
 
 
- Par un officier général, mon général.»
 
Le voici libre, et perdu. La guerre est finie. Une nouvelle ère s’ouvre. Sur le curriculum vitae d’Hubert Germain on trouve quelques expériences dans le privé: chez Cinzano, alcools et spiritueux, chez Geigy, une entreprise suisse de l’industrie chimique, à la Société française de télédistribution (qu’il dirigea). Drôles de points de chute, en vérité, quand on a été décoré des mains du chef de la France libre, en pleine campagne d’Italie.
 
 
Après la Libération, les compagnons ont formé une phalange présente dans toutes les strates de la société. De Gaulle, dit Germain, l’avait voulue pour reconstruire la France: les hommes des petites heures de Carlton Gardens, les héros des «trois glorieuses» d’août 1940 et de la Résistance intérieure seront chefs d’entreprise, hauts fonctionnaires, écrivains, chercheurs, marchands d’art. Et même ministres: pendant la IVe et la Ve République, on trouvera dans les divers cabinets les Schumann, Bidault, Pleven, Malraux.
 
C’est donc naturellement que Germain entre au gouvernement quand Messmer en devient le chef. Celui-ci lui avait d’abord proposé le portefeuille des Anciens combattants. Il refusa théâtralement - on imagine que c’est le mot «ancien» qui le gênait. Il ne l’envoya pas dire à son ami: «Qu’est-ce que j’en ai à foutre des anciens combattants?» Insistance du premier ministre. Nouveau refus. «Nomme-moi et tu te paieras un communiqué à l’AFP disant qu’Hubert Germain refuse le poste.»
 
 
Il sera ministre des PTT. Avec une pensée pour son père quand, à la première réunion de ministère, il se retrouve entouré de polytechniciens. Mais d’embarras devant ces esprits affûtés, point.
«Pour être ministre, il faut d’abord une bonne santé», assure-t-il goguenard.
Dans le silence d’une nuit d’hiver tôt venue, Hubert Germain se raconte, avec un mélange de fierté et de morosité
 
 
Encore un mot de soldat, qui dit l’humour intact du vieux lutteur. Toujours badin, il cite les instruments selon lui nécessaires pour exercer le pouvoir: une balance pour évaluer la situation, un stylo pour signer les bonnes décisions… et un fouet pour les faire appliquer.
On sourit devant ce management simple et tout d’exécution. Il date d’une époque où le président Pompidou donnait au gouvernement des directives simples: «Vous tenez votre légitimité du peuple. C’est à lui que vous rendrez des comptes.»
 
 
Dans le silence d’une nuit d’hiver tôt venue, Hubert Germain se raconte, avec un mélange de fierté et de morosité. Il parle du colonel de Sairigné qu’il vénère, de son vieil ami l’aviateur Pierre Clostermann, de Pierre Simonet, qu’il a connu au lycée de Hanoï, retrouvé à Londres, et qui fut, comme lui, engagé à Bir Hakeim, et comme lui fait compagnon de la Libération. Simonet s’est éteint le 12 novembre dernier. C’est la première fois qu’il le laissait faire cavalier seul. Huit jours après, le 20 novembre, c’était Daniel Cordier…
 
 
Ses parents sont morts en 1953, à trois semaines d’intervalle. Puis ses sœurs. Et en 2007, sa femme Simone, épousée en 1945, sur un coup de foudre. Quand il parle d’elle Hubert Germain cite ce que son ami l’acteur Paul Meurisse lui a dit un jour: «Le vrai moment de l’amour, c’est quand on est là pour fermer les yeux de l’autre.»
 
Et le vieil homme, qui attend sereinement son heure, de conclure sobrement: «J’ai passé ma vie à fermer les yeux des miens.»

 

 

 

  photo (c) Hubert Germain lors de l’hommage national rendu à Daniel Cordier, le 26 novembre 2020, aux Invalides. Jean-Christophe MARMARA / Le Figaro
  photo (c) Hubert Germain lors de l’hommage national rendu à Daniel Cordier, le 26 novembre 2020, aux Invalides. Jean-Christophe MARMARA / Le Figaro

photo (c) Hubert Germain lors de l’hommage national rendu à Daniel Cordier, le 26 novembre 2020, aux Invalides. Jean-Christophe MARMARA / Le Figaro

 

Très bel article d'Etienne de Montéty sur Hubert Germain, le "dernier des Compagnons"
 
Journal Le Figaro, 9 janvier 2021
 
 
 
(1) «Espérer pour la France», Les Belles Lettres, 90 p., 17 €."
 
 

Partager cet article

Repost0
2 janvier 2021 6 02 /01 /janvier /2021 09:00

 

L'INFO n° 1 332

 

 

UNADIF - FNDIR

 

 

L'ensemble des membres du Bureau national et du Conseil d'administration national UNADIF-FNDIR se joint au Président national Jean-Marie Muller, pour vous présenter ses meilleurs voeux pour 2021
 
 
MEILLEURS VOEUX À TOUTES ET À TOUS POUR UNE BONNE ANNÉE 2021 !
 
 
Laissons nous unir par de belles valeurs et énergies !
Meilleurs voeux

Partager cet article

Repost0
25 décembre 2020 5 25 /12 /décembre /2020 07:30

 

L'INFO n° 1 331

 

 

"De Gaulle, un homme du Nord", est une web-série créée à partir des archives de l'Institut national de l'Audiovisuel pour comprendre comment le Général a été marqué et façonné toute sa vie durant par sa région natale, qu'il n'a jamais oubliée. 

Une série créée à l'occasion de l'année "De Gaulle, Hauts-de-France 2020", lancée par la région Hauts-de-France.

 

A partir d’archives audiovisuelles de l’INA et d’images tournées dans la région, nous découvrons, en 10 épisodes, comment l’homme et la figure nationale que fut Charles de Gaulle ont été profondément marqués et façonnés par les liens intimes qu’il a toujours entretenus avec un territoire devenu aujourd’hui les Hauts-de-France.

 


Une série de Jimmy Leipold et Marc Fosseux, produite par la Content Factory de l’INA en lien avec la délégation INA Nord

Avec la participation de la Région Hauts-de-France.

De Gaulle, un homme du Nord (ep 10)

 

Nous voici arrivés au terme de cette web-série de 10 épisodes, aujourd'hui 25 décembre, voici le dixième et dernier épisode.

 

Je vous souhaite à toutes et à tous un TRES JOYEUX NOËL et de TRES BONNES FÊTES de FIN d'ANNEE et vous donne rendez-vous à l'année prochaine !!

 

Gérard BOCQUERY

Secrétaire général adj.

 

 

 

EPISODE 10 / 10

 

 

Les racines du Nord

 

 

Le 28 avril 1969, de Gaulle met fin volontairement et définitivement à ses fonctions, après l’annonce des résultats du référendum sur la régionalisation et le Sénat. Il rentre chez lui à Colombey-les-Deux-Églises, et part quelques jours plus tard pour un séjour de six semaines en Irlande, sur les traces de ses ancêtres Mac Cartan qui avaient émigré à la fin du XVIIe siècle dans le nord de la France.

 

Ce souhait d’un retour aux racines familiales permet de comprendre l’attachement très fort de Charles de Gaulle à sa région natale, le Nord, non seulement au plan familial, mais aussi au plan charnel et même spirituel. Toute sa vie, de Gaulle s’est senti fier d’être ce qu’il appelle “un petit Lillois de Paris”, fier aussi de la capacité des gens du Nord à affronter les épreuves, à regarder les choses avec lucidité et avec courage, sans se « payer de mots » selon une expression utilisée lors du discours prononcé à Lille à la Libération en 1944.

 

Ce trait de caractère est aussi celui de son épouse, Yvonne. Cette fille d’industriels calaisiens, très croyante, partage avec lui les mêmes valeurs de la bourgeoise catholique du Nord. Ces valeurs influencent profondément Charles de Gaulle. Marqué depuis son enfance par la pauvreté et la misère qu’il découvre dans les rues de Lille, il restera toute sa vie sensible aux inégalités sociales et soutiendra l’idée d’une meilleure coopération entre les patrons et les salariés, ce qu’il appellera la participation.

 

Charles de Gaulle sait que son tempérament et ses valeurs d’homme du Nord, catholique et patriote, l’ont aidé à mener ses multiples combats pour la France et pour tous les hommes.

 

Visionnez l'EPISODE 10 sur le lien ci-dessous  :

 

https://youtu.be/NyPgtoItvOo

Partager cet article

Repost0
22 décembre 2020 2 22 /12 /décembre /2020 05:30

 

L'INFO n° 1 330

 

 

"De Gaulle, un homme du Nord", est une web série créée à partir des archives de l'INA (Institut National de l'Audiovisuel) pour comprendre comment le Général a été marqué et façonné toute sa vie durant par sa région natale, qu'il n'a jamais oubliée. Une série créée à l'occasion de l'année "De Gaulle, Hauts-de-France 2020", lancée par la région Hauts-de-France.

De Gaulle, un homme du Nord (ep 9)

 

ÉPISODE 9 / 10

 

 

une certaine vision de l’avenir

 

 

Réélu pour un deuxième mandat le 19 décembre 1965, mais après avoir été mis en ballottage au premier tour contre toute attente, de Gaulle comprend qu’il ne lui suffit plus de parler aux Français de la France et de ses grandes ambitions, mais qu’ils veulent aussi qu’on s’intéresse à leurs problèmes. Si la situation économique et sociale n’inspire pas d’inquiétudes, de Gaulle sait qu’il faut engager des mutations importantes pour permettre à la France d’affronter le choc extérieur que constitue l’ouverture au Marché commun européen et pour assurer un meilleur accès de tous les Français à la prospérité et au développement. C’est dans ce but qu’il engage un nouveau déplacement dans le Nord-Pas-de-Calais du 23 au 26 avril 1966. Si la région lui a été fidèle lors de l’élection présidentielle, elle fait face à des problèmes économiques et sociaux dont le plus pressant est la perspective de la fin de l’exploitation du charbon qui nécessite un immense effort de reconversion de l’appareil productif et des mineurs eux-mêmes.

 

Visionnez l'EPISODE 9 sur le lien ci-dessous  :

 

https://youtu.be/Q2IO46VKOTM

Partager cet article

Repost0
19 décembre 2020 6 19 /12 /décembre /2020 07:00

 

L'INFO n° 1 329

 

 

"De Gaulle, un homme du Nord", est une web série créée à partir des archives de l'INA (Institut National de l'Audiovisuel) pour comprendre comment le Général a été marqué et façonné toute sa vie durant par sa région natale, qu'il n'a jamais oubliée. Une série créée à l'occasion de l'année "De Gaulle, Hauts-de-France 2020", lancée par la région Hauts-de-France.

De Gaulle, un homme du Nord (ep 8)

 

EPISODE 8 / 10

 

 

un président face aux doutes

 

 

Au printemps 1964, le général de Gaulle est à la tête de l’État depuis six ans. S’il apparaît au sommet de son parcours politique, il doit aussi faire face à des doutes illustrés par des mouvements de contestation sociale comme la grande grève des mineurs de l’hiver 1963 ou les réactions des grandes puissances, États-Unis en tête, face à ses initiatives en politique internationale. De plus, on s’approche du terme de son mandat, prévu fin 1965, et personne ne sait s’il compte se représenter. Cette incertitude est renforcée par l’intervention chirurgicale qu’il subit en avril.

 

C’est dans ce contexte que de Gaulle entreprend un voyage dans les trois départements picards du 11 au 14 juin 1964 pour, de nouveau, expliquer sa politique directement aux Français. Il y expose ses vues, notamment sur la politique internationale, défendant la politique de coopération avec les anciennes colonies françaises en Afrique et avertissant les Américains du danger de s’engager trop loin dans le conflit vietnamien. Ce voyage se déroule dans une ferveur et un enthousiasme populaires extraordinaires, même dans les villes où le climat politique et social fait craindre dans un premier temps des réactions hostiles de la population.

 

En sillonnant, sous le soleil, les routes de l’Aisne, de la Somme et de l’Oise, de Gaulle se rappelle que c’est là qu’en mai-juin 1940, dans des circonstances autrement plus dramatiques, il forgea sa résolution de continuer le combat quoi qu’il arrive. De nombreux commentateurs n’hésitent pas à dresser un parallèle avec la situation politique, et à imaginer que ce voyage réussi en Picardie, qui ressemble à un bain de jouvence pour le général, l’incitera à se représenter pour un deuxième mandat présidentiel à l’élection de décembre 1965.

 

Visionnez l'EPISODE 8 sur le lien ci-dessous  :

 

https://youtu.be/kLgqlLX5c3o

 

 

Partager cet article

Repost0
16 décembre 2020 3 16 /12 /décembre /2020 05:30

 

L'INFO n° 1 328

 

 

Créée à l'occasion de l'année « De Gaulle, Hauts-de-France 2020 » lancée par la région des Hauts-de-France, cette série inédite retrace les liens entre le Général et sa région natale grâce aux images de l'@Ina Officiel.

De Gaulle, un homme du Nord (ep 7)

 

Episode 7 / 10 

 

 

L’HOMME DE L'UNITE NATIONALE

 

 

Rappelé au pouvoir après les événements de mai 1958 en Algérie, Charles de Gaulle engage immédiatement la rédaction d’une nouvelle Constitution qui sera ratifiée par le peuple français lors du référendum de septembre 1958 et donne naissance à la Ve République. Il en devient le premier président le 8 janvier 1959.

 

L’esprit nouveau comme sa personnalité historique le conduisent à chercher à établir une relation directe avec les Français qui se traduit par une série inédite de déplacements dans l’ensemble des départements français. Le 24 septembre 1959, il arrive au Touquet pour une visite de quatre jours dans le Pas-de-Calais puis le Nord.

 

Ce déplacement intervient alors que, huit jours plus tôt, le général de Gaulle a annoncé aux Français un tournant majeur de la politique en Algérie avec le droit à l’autodétermination. Il veut faire valider sa politique en allant directement à la rencontre des Français. Les habitants et les élus des deux départements nordistes approuvent sans réserve cette orientation nouvelle qui laisse entrevoir une solution politique au drame algérien.

 

Durant quatre jours, de Gaulle est acclamé partout où il passe, il est véritablement l’homme de l’unité nationale. Ce voyage se déroule dans une ambiance exceptionnelle qu’on ne retrouve dans aucun de ses autres voyages en province. La descente au fond de la mine à Haillicourt en reste l’un des moments forts.

 

 

Visionnez l'EPISODE 7 sur ce lien :

 

https://youtu.be/J3BFQeMhtCY

Partager cet article

Repost0
13 décembre 2020 7 13 /12 /décembre /2020 07:30

L'INFO n° 1 327

 

 

Créée à l'occasion de l'année « De Gaulle, Hauts-de-France 2020 » lancée par la région des Hauts-de-France, cette série inédite retrace les liens entre le Général et sa région natale grâce aux images de l'@Ina Officiel.

De Gaulle, un homme du Nord (ep 6)

 

Episode 6 / 10

 

 

DANS L'ARENE POLITIQUE

 

 

Après son départ volontaire de la présidence du gouvernement en janvier 1946, le général de Gaulle s’oppose au projet de nouvelle Constitution et expose ses vues dans un discours à Bayeux le 16 juin 1946. N’ayant pu empêcher l’adoption de la Constitution de la IVe République, il décide de lancer en avril 1947 son propre mouvement politique, le Rassemblement du peuple français (RPF).

 

Très vite, le RPF, qui vise à dépasser les clivages politiques et sociaux, attire un grand nombre de militants et d’électeurs. Le nord de la France devient l’un des bastions les plus solides du mouvement gaulliste, comme en témoigne le succès du grand meeting du 29 juin 1947 au Croisé-Laroche à Lille puis le raz-de-marée électoral lors des élections municipales d’octobre 1947 où un grand nombre de villes élisent des municipalités RPF, à commencer par Lille, Boulogne, Valenciennes, Compiègne ou Soissons.

 

Toutefois, en dépit de ce large appui populaire, le RPF ne parvient pas à remporter les élections législatives de 1951. Il entame alors un déclin, qui conduira le général de Gaulle à entrer dans une semi-retraite politique à partir de 1953. Beaucoup pensent alors qu’il ne reviendra pas en politique, mais lui sait que la IVe République est condamnée à l’impuissance et que, tôt ou tard, les Français le rappelleront.

 

Visionnez l'EPISODE 6 sur ce lien :

 

https://youtu.be/JvJ0wVKMJfA

Partager cet article

Repost0
10 décembre 2020 4 10 /12 /décembre /2020 05:30

 

L'INFO n° 1 326

 

 

"De Gaulle, un homme du Nord", est une web série créée à partir des archives de l'INA (Institut National de l'Audiovisuel) pour comprendre comment le Général a été marqué et façonné toute sa vie durant par sa région natale, qu'il n'a jamais oubliée. 

Une série créée à l'occasion de l'année "De Gaulle, Hauts-de-France 2020", lancée par la région Hauts-de-France.

De Gaulle, un homme du Nord (ep 5)

 

EPISODE 5 / 10

 

5. LE HEROS DE LA LIBERATION

(Résistance et libération – 1940/1945)

 

15 jours après son entrée dans Paris libéré et sa descente triomphale sur les Champs-Elysées, le général de Gaulle entame une tournée des principales villes françaises pour y affirmer l’autorité de l’État républicain et de son gouvernement provisoire.



Après Lyon, Marseille, Bordeaux, Toulouse, il arrive à Lille le 30 septembre 1944. Par dizaines de milliers, les Lillois acclament l’enfant du pays, oubliant pendant quelques instants les privations et les souffrances. Car dans le Nord plus encore qu’ailleurs, tout est à reconstruire, et la population est épuisée par des années de privations.



Un an après, en août 1945, le général de Gaulle se rend dans l’Oise, dans la Somme, dans le Nord et dans le Pas-de-Calais pour appeler les travailleurs, et d’abord les mineurs, à un effort de reconstruction qui sera entendu. La ferveur populaire est à la hauteur du héros national qu’il est devenu. Partout où il s’arrête, les habitants veulent lui témoigner leur reconnaissance.



Un sentiment sans doute renforcé par la fierté de partager avec lui les mêmes origines. Ces moments privilégiés de partage et d’émotion avec le peuple du Nord marquent profondément Charles de Gaulle qui écrira dans ses Mémoires de Guerre : "La Picardie et la Flandre me démontrèrent, à leur tour, que leur foi en l’avenir était de taille à tout surmonter". Le libérateur de la patrie apparaît comme l’homme providentiel.

 

 

Visionnez l'EPISODE 5 sur ce lien :

https://youtu.be/nBf2hIP-lZI

Partager cet article

Repost0
7 décembre 2020 1 07 /12 /décembre /2020 05:30

 

L'INFO n° 1 325

 

 

"De Gaulle, un homme du Nord", est une web série créée à partir des archives de l'INA (Institut National de l'Audiovisuel) pour comprendre comment le Général a été marqué et façonné toute sa vie durant par sa région natale, qu'il n'a jamais oubliée. Une série créée à l'occasion de l'année "De Gaulle, Hauts-de-France 2020", lancée par la région Hauts-de-France.

 

A partir d’archives audiovisuelles de l’INA et d’images tournées dans la région, nous découvrons, en 10 épisodes de quatre minutes, comment l’homme et la figure nationale que fut Charles De Gaulle ont été profondément marqués et façonnés par les liens intimes qu’il a toujours entretenus avec un territoire devenu aujourd’hui les Hauts-de-France.
Une série de Jimmy Leipold et Marc Fosseux, produite par la Content Factory de l’
INA en lien avec la délégation INA Nord. Avec la participation de la Région Hauts-de-France.

De Gaulle, un homme du Nord (ep 4)

 

EPISODE 4 / 10

 

 

4. UN ESPOIR NOMME DE GAULLE

(Résistance et libération – 1940/1945)

 

 

Occupés dès fin mai-début juin 1940, les départements du Nord, du Pas-de-Calais, de l’Aisne, de la Somme et de l’Oise, déjà durement éprouvés par les combats et les bombardements destructeurs, subissent d’emblée un régime d’occupation particulièrement sévère qui les coupe littéralement du reste de la France.

Les habitants du Nord se sentent abandonnés, et placent leurs espoirs dans l’allié britannique dont le souvenir durant la Première Guerre mondiale reste encore présent. Nombre d’entre eux ont pu entendre l’appel du général de Gaulle à la radio de Londres, largement écoutée dans la région : il devient rapidement le chef qu’on ne voit pas mais à qui se rallie une population qui prend très vite ses distances avec Vichy tant la région se voit pressurée, pillée et détruite par les nazis comme aucune autre région française.



Après de premiers actes de résistance dès 1940, les premiers mouvements s’organisent. Le soutien à la France Libre est très étendu dans toute la population et des Croix de Lorraine peintes sur les murs ne tardent pas à apparaître à Lille ou dans d’autres villes. Des journaux clandestins, comme la Voix du Nord, publient leurs premiers feuillets en 1941.



En mai 1941, les mineurs déclenchent courageusement une grève qui perturbe les livraisons de charbon à l’Allemagne et sera réprimée par l’occupant. Tenu au courant de l’esprit de résistance qui anime les gens du Nord, de Gaulle cite en exemple les actes de résistance dans sa région natale pour montrer aux Alliés que la population française le soutient.



Le 14 juin 1944, huit jours après le débarquement en Normandie, de Gaulle remet le pied sur le sol français pour la première fois depuis 1940, à Bayeux. Il lui faudra attendre encore quelques semaines pour retrouver ses compatriotes du Nord.

 

Visionnez l'EPISODE 4 sur ce lien :

https://youtu.be/OAed4lg2b8c

 

 

Partager cet article

Repost0
4 décembre 2020 5 04 /12 /décembre /2020 05:15

 

L'INFO n° 1 324

 

 

"De Gaulle, un homme du Nord", est une web série créée à partir des archives de l'INA (Institut National de l'Audiovisuel) pour comprendre comment le Général a été marqué et façonné toute sa vie durant par sa région natale, qu'il n'a jamais oubliée. Une série créée à l'occasion de l'année "De Gaulle, Hauts-de-France 2020", lancée par la région Hauts-de-France.

De Gaulle, un homme du Nord (ep 3)

 

EPISODE 3 / 10

 

3. UN VISIONNAIRE EN ACTION

 

En mai 1940, le colonel Charles de Gaulle, spécialiste des chars, est envoyé dans la région de Laon (Aisne) pour tenter d’arrêter l’avancée des Panzer allemands. On lui confie une nouvelle division cuirassée qu’il est chargé de constituer en un temps record.



Le 17 mai, avec ses chars, il s’élance en direction de Montcornet, déjà occupé par l’ennemi. Si les chars français infligent aux Allemands de lourdes pertes, ils ne peuvent reprendre Montcornet faute d’appui aérien et de moyens de communication efficaces. Dans le contexte de la déroute des armées françaises, ce fait d’armes est toutefois remarqué.



Promu général de brigade à titre temporaire quelques jours plus tard, de Gaulle est envoyé avec sa division dans le secteur d’Abbeville, avec l’objectif de réduire la tête de pont allemande. Au cours de trois jours de combats très intenses, il parvient avec ses hommes à faire reculer l’armée allemande d’une quinzaine de kilomètres, créant dans cette dernière un début de mouvement de panique sans équivalent ailleurs sur le front au cours de la campagne de France.


À Montcornet puis à Abbeville, de Gaulle a forgé sa détermination à poursuivre le combat quoi qu’il arrive.

 

 

Visionnez l'EPISODE 3 sur le lien ci-dessous :

https://youtu.be/Yjz0o6_BJIo

Partager cet article

Repost0